Price aimerait un miracle pour revenir au jeu 

Carey Price, qui est sur la liste de réserve des blessés à long terme, s’est adressé aux médias au centre d’entraînement de l’équipe lundi matin.
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Carey Price, qui est sur la liste de réserve des blessés à long terme, s’est adressé aux médias au centre d’entraînement de l’équipe lundi matin.

Carey Price a admis qu’il faudrait peut-être « un miracle » afin qu’il protège à nouveau le filet du Canadien de Montréal.

Price, qui est âgé de 35 ans, est toujours ennuyé par une blessure à un genou. Il a été opéré le 23 juillet 2021, mais sa rééducation n’a pas fonctionné comme il l’espérait, et il a été limité à cinq rencontres la saison dernière.

Les traitements subis au cours de l’été, notamment une injection de plasma riche en plaquettes, n’ont pas amélioré la situation.

« Il y a encore des chances qu’un miracle se produise et que j’effectue un retour au jeu, a dit Price en conférence de presse, lundi. J’ai toujours été un gars assez optimiste. Je ne veux pas abandonner. Je n’ai pas fait une croix sur l’idée de gagner un jour la coupe Stanley, dans un rôle ou l’autre. »

« Je me concentre présentement sur les aspects positifs de ma vie. Mes enfants m’offrent ce bonheur. Ma conjointe est là pour m’appuyer. Je suis chanceux. Ça met les choses en perspective. »

Price continue de ressentir de la douleur au genou, notamment quand il monte et descend les escaliers.

Il a noté que sa priorité était de ne plus ressentir de douleur au quotidien.

Le natif d’Anahim Lake, en Colombie-Britannique, a indiqué qu’il pourrait recevoir d’autres injections. Une nouvelle opération est possible. On prendrait alors du cartilage ailleurs dans son genou pour remplacer le cartilage qui est endommagé.

« Je ne suis pas particulièrement friand de ce type d’opération très intrusive, a mentionné Price. Je crois que ça représente un risque pour ma qualité de vie à long terme. »

« Le taux de succès est d’environ 50 %, a ajouté Price. Si le reste de ma vie en dépendait, je penserais à passer sous le bistouri. Mais quand je vois mes enfants, le plus important pour moi est d’être en mesure de jouer avec eux tous les jours. »

Pas prêt pour la retraite

 

Malgré tout, Price a refusé de parler de retraite. Il faut dire qu’il écoule la cinquième saison d’un contrat de huit ans, qui lui rapporte un salaire moyen annuel de 10,5 millions de dollars américains.

Si Price raccrochait officiellement ses patins, cette décision aurait des conséquences sur ses revenus et un impact sur la masse salariale du Canadien.

Sélectionné par le Tricolore au cinquième rang du repêchage de 2005, Price est le gardien ayant accumulé le plus de victoires dans l’histoire de l’équipe, avec 361 triomphes.

Price a connu sa meilleure campagne en 2014-2015, quand il a remporté le trophée Vézina, remis au gardien par excellence du circuit, ainsi que les trophées Hart et Ted-Lindsay, décernés au joueur par excellence de la LNH selon, respectivement, les médias et les joueurs.

Le printemps précédent, il avait été victime d’un violent contact avec l’attaquant des Rangers de New York Chris Kreider. Il avait subi une blessure à un genou. Si certains sont tentés de qualifier cet incident de début de la fin pour Price, le principal intéressé a rappelé à quel point son métier était exigeant.

« Ç’a probablement commencé quand j’étais âgé de 8 ans, a-t-il dit en riant. C’est une position tellement exigeante pour le corps, surtout quand vous vieillissez. Il y a eu une progression — un problème à une cheville, à la hanche, au dos. Quand vous êtes plus vieux, vous ne récupérez pas aussi bien. »

Quand on lui a demandé si le programme d’enseignement auprès des jeunes gardiens devrait être différent afin qu’ils évitent d’user trop vite leurs articulations, Price y est allé d’un message fort.

« Présentement, les gardiens n’ont jamais été aussi bons et c’est parce qu’ils se préparent comme ils le font, a-t-il dit. Nous vivons dans un monde de compétition, et tout le monde voudrait être à notre place. Il n’y a pas un jeune qui ne serait pas prêt à faire des sacrifices pour être ici. [...] Ça fait partie du prix à payer, et je l’ai payé. Est-ce que je le ferais encore ? Absolument. »

Price a indiqué qu’il allait rester dans l’entourage du Canadien cet hiver. Il a toutefois ajouté qu’il souhaitait le faire tout en gardant une certaine distance, par respect pour les joueurs actuels.

« Je ne ferai pas partie du processus ici cette saison et je ne veux pas avoir l’impression d’être dans leurs jambes, a-t-il dit. Mais je ne serai jamais bien loin. Je vais m’ennuyer de passer du temps avec les gars. »

Au cours des dernières semaines, Price a été aperçu avec sa famille au match préparatoire des Raptors de Toronto au Centre Bell, puis au match des Alouettes, ce week-end au stade Percival-Molson.

Il a affirmé qu’il appréciait le fait d’avoir du temps pour enfin découvrir un peu plus la grande région montréalaise et le Québec.

Price a promis de continuer à participer à des événements caritatifs et d’être présent dans la communauté. Mais pour ce qui est d’un retour sur la patinoire, il est impossible pour lui d’en faire une promesse.

À voir en vidéo