Hockey Québec retire son financement à Hockey Canada

Hockey Canada est engluée dans des scandales d’agressions sexuelles depuis plusieurs mois.
Jeff McIntosh La Presse canadienne Hockey Canada est engluée dans des scandales d’agressions sexuelles depuis plusieurs mois.

Aux prises avec de multiples scandales d’agressions sexuelles, Hockey Canada est désavouée par son partenaire Hockey Québec. La fédération québécoise, qui se dit « troublée » par les méthodes de gestion de l’organisation nationale, gèlera une partie de son financement.

Dans une motion adoptée mardi soir, d’abord relayée par La Presse puis obtenue par Le Devoir, Hockey Québec dit ne plus avoir « confiance en la capacité de la Fédération [canadienne] d’agir efficacement pour changer la culture du hockey avec la structure en place ».

Hockey Québec indique dans cette déclaration qu’elle cessera ses transferts de 3 $ par inscription obtenus grâce à la cotisation de ses membres. Les sommes servant à couvrir les frais d’assurance continueront cependant à être versées. L’organisation demandera également « une reddition financière de l’utilisation de l’ensemble des sommes [qu’elle] aura transféré[es] à Hockey Canada ».

La branche québécoise critique notamment le plan d’action mis en place par Hockey Canada après que des scandales sexuels eurent secoué l’organisation, notamment des allégations de viols collectifs qui seraient survenus en 2003 et en 2018.

Hockey Québec se dit « troublée qu’aucun expert ou organisme oeuvrant en éducation, en sensibilisation et en prévention de la violence sexuelle, des abus, de l’intimidation et de la discrimination ait été consulté ou ait contribué au contenu du plan ».

Un peu plus tôt mardi, la présidente par intérim du CA de Hockey Canada, Andrea Skinner, avait défendu en comité parlementaire les gestionnaires de la fédération et leur avait donné son appui malgré les multiples appels des élus fédéraux à ce que l’organisation fasse table rase de sa direction. La veille, le Globe and Mail révélait l’existence d’un deuxième fonds visant à régler les plaintes d’agression sexuelle.

Selon le président du CA de Hockey Québec, Claude Fortin, « l’image » du hockey doit « changer ». « Je suis en train d’éteindre des feux pour Hockey Canada, ce n’est pas mon rôle », a-t-il déploré mercredi matin en entrevue à Tout un matin.

« Le mouvement est engagé »

La ministre fédérale des Sports, Pascale St-Onge, croit que d’autres fédérations provinciales suivront l’exemple de Hockey Québec. « Le mouvement pour réformer Hockey Canada est engagé avec la décision de [mercredi] matin », a-t-elle affirmé en mêlée de presse.

Devant la presse, le premier ministre Justin Trudeau a déclaré que « les parents à travers le pays ont perdu confiance envers Hockey Canada ». « Ce n’est pas une surprise qu’une organisation provinciale [comme Hockey Québec, NDLR] se questionne sur son soutien [à] une organisation qui ne comprend pas le sérieux de la situation. »

« Un premier domino tombe »

La décision de Hockey Québec de restreindre le financement versé à l’organisation nationale a été applaudie par de nombreux citoyens et élus sur les réseaux sociaux mercredi.

Le député du Bloc québécois et porte-parole du parti en matière de sports, Sébastien Lemire, a félicité le « leadership de Hockey Québec » sur Twitter. « Comme parent de joueur de hockey qui a payé une cotisation, je tiens à saluer […] [sa] décision de ne pas envoyer les frais d’inscription à Hockey Canada ! Un premier domino tombe enfin. Assez, c’est assez ! »

Selon le député libéral de Mont-Royal, Anthony Housefather, la méfiance de Hockey Québec envers Hockey Canada est la conséquence d’une « organisation bornée ». « La direction de Hockey Canada doit changer maintenant », a-t-il tonné sur le réseau social.

« C’est décidé, je biffe “Hockey Canada” sur le logo de mon chandail d’arbitre à compter de ce soir. Ça suffit », a réagi l’internaute Guillaume Vaillancourt, arbitre au hockey mineur. La sortie de Hockey Québec l’a poussé à « faire sa part », dit-il en entrevue. « [Les arbitres sont] ceux qui incarnent l’autorité et le respect des règles sur la glace. Si on cache le logo, c’est un signal. Du moins, je l’espère ! »

Plusieurs internautes espèrent d’ailleurs que les autres fédérations provinciales du pays emboîtent le pas à Hockey Québec.

À voir en vidéo