Roger Federer dépose sa raquette de façon définitive

Roger Federer lors de chacune de ses victoires en simple au tournoi de Wimbledon. De gauche à droite, le voici prenant la pose en 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2009, 2012 et 2017.
Photo: Archives Agence France-Presse Roger Federer lors de chacune de ses victoires en simple au tournoi de Wimbledon. De gauche à droite, le voici prenant la pose en 2003, 2004, 2005, 2006, 2007, 2009, 2012 et 2017.

Vingt titres du Grand Chelem et une empreinte indélébile dans l’histoire du tennis. À 41 ans, et après plus d’une année sans jouer, la légende suisse Roger Federer a annoncé jeudi sa retraite, au terme de la Laver Cup, compétition prévue du 23 au 25 septembre.

Moins de deux semaines après Serena Williams, un autre monument du jeu tire sa révérence, au moment même où s’avance une nouvelle génération incarnée par l’Espagnol Carlos Alcaraz, sacré aux Internationaux des États-Unis et no 1 mondial à seulement 19 ans.

Mais si l’Américaine de 40 ans a fait ses — grands — adieux devant son public, ceux du Suisse sont tombés par surprise, et plus discrètement, avec un message vidéo et un long texte adressé à ses (nombreux) admirateurs.

« La Laver Cup, la semaine prochaine à Londres, sera mon dernier événement ATP », a publié sur les réseaux sociaux l’ex-no 1 mondial, qui a subi à l’été 2021 une troisième opération du genou droit en un an et demi et bataillait depuis pour revenir.

« Je jouerai encore au tennis à l’avenir, bien sûr, mais ce ne sera plus lors des tournois du Grand Chelem ou sur le circuit », a ajouté Federer, qui a gagné 103 trophées au cours de sa carrière, mais qui n’a disputé que six matchs en 2020 et treize en 2021.

Le Bâlois n’a plus rejoué en compétition depuis son élimination en quart de finale de Wimbledon en 2021 et laissait depuis plusieurs mois filtrer ses doutes sur ses chances de revenir sur les courts.

« Une décision douce-amère »

Mais s’il a « travaillé dur » pour se reconstruire physiquement, son corps lui a envoyé « un message clair », explique-t-il. « J’ai 41 ans. J’ai joué plus de 1500 matchs en 24 ans. Le tennis m’a traité avec plus de générosité que tout ce que j’aurais pu imaginer, et je dois reconnaître quand il est temps d’arrêter. »

« J’ai appris il y a quelques semaines que sa rééducation ne se déroulait pas aussi bien que ce qu’il espérait. Quelques semaines après Wimbledon, il m’a informé que son genou ne réagissait pas aussi bien que prévu et qu’il tentait maintenant de trouver une façon de mettre un terme à sa carrière », a confié Tony Godsick, l’agent de Federer depuis 2005, dans un entretien téléphonique accordé jeudi à l’Associated Press.

« Je lui ai suggéré il y a déjà plusieurs années de se retirer. Très peu de tennismen peuvent jouer à ce niveau-là dans la quarantaine. Mais il a toujours aimé relever des défis, a-t-il ajouté. Et en fin de compte, après plus de 1500 matchs, il s’est finalement rendu à l’évidence. Il a plein d’autres projets à accomplir maintenant. »

« C’est une décision douce-amère, parce que tout ce que le circuit m’a apporté va me manquer. Mais, en même temps, il y a tellement de choses à fêter », a souligné l’ancien détenteur du record des titres en Grand Chelem chez les hommes, dépassé depuis par Rafael Nadal (22), puis Novak Djokovic (21), ses deux compères du « Big three ».

Roger Federer, adulé pour son élégance raquette en main bien plus que pour des chiffres désormais dépassés, se considère comme « l’une des personnes les plus chanceuses sur Terre » dans son message d’abord diffusé sur Instagram.

« On m’a doté d’un don pour jouer au tennis, et je l’ai élevé à un niveau que je n’aurais jamais pu imaginer et pendant bien plus longtemps que je ne le pensais possible », a-t-il expliqué.

« Merci pour la joie »

Avec les années, Roger Federer s’est attiré l’estime unanime de ses pairs, qui l’ont exprimée de manière aussi admirative qu’enlevée dès l’annonce du joueur, jeudi matin.

C’est d’ailleurs le tournoi londonien, théâtre de huit succès et de ses plus somptueuses batailles, qui lui a rendu le premier un hommage ému : « Roger, par où commencer ? » ont écrit les organisateurs sur Twitter. « Tout ce qu’on peut dire, c’est merci, pour les souvenirs et la joie que tu as donnés à tant » de gens.

Plus sobrement, Roland-Garros a publié sur Twitter les mots « légende du tennis », accompagné d’une photo du joueur sur la terre battue parisienne, alors que les Internationaux des États-Unis ont lancé un « Merci Roger » suivi d’un émoji en forme de coeur sur le réseau social, pendant que Carlos Alcaraz accompagnait simplement « Roger… » d’un coeur brisé.

Son rival et ami Rafael Nadal a aussi commenté ce départ : « Cher Roger, mon ami et mon rival. J’aurais aimé que ce jour n’arrive jamais. » Une pensée partagée par un grand nombre d’amateurs de ce sport.

Avec l’Associated Press

Federer dans les mots des autres

Durant sa longue et glorieuse carrière, Roger Federer s’est attiré l’estime unanime de ses pairs, qui l’ont exprimée de manière aussi admirative qu’enlevée.

« Je lui ai balancé l’évier de la cuisine, mais il est allé chercher sa baignoire dans la salle de bain. » — l’Américain Andy Roddick après sa défaite en finale de Wimbledon en 2004
« Dans le tennis moderne, vous êtes soit un spécialiste de terre battue, soit un spécialiste de gazon, soit un spécialiste du dur. Ou vous êtes Roger Federer. » — Jimmy Connors
« J’ai le sentiment que cette rivalité dépasse le tennis. C’est un sujet de conversation pour les gens extérieurs à notre monde. Et c’est bon pour notre sport. » — l’Espagnol Rafael Nadal à l’Open d’Australie en 2017, sur son duel avec le Suisse
« Il fait des coups que les autres ne font pas. Parfois, vous avez envie de passer de l’autre côté et de lui faire un “high five”. » — l’Américain Sam Querrey après un match à Wimbledon en 2015
« Roger est capable de pratiquer un tennis qui devrait être déclaré illégal… » — l’ancienne joueuse américaine Tracy Austin
« Je conseillerais à ses prochains adversaires de ne pas me demander conseil. » — Andre Agassi après sa défaite contre Federer à l’Open d’Australie en 2005
« Federer est le joueur le plus fantastique à regarder jouer au tennis. » — John McEnroe
« Le meilleur moyen de le battre serait de le frapper sur la tête avec une raquette. » — Rod Laver
« Si j’étais son entraîneur, que pourrais-je lui dire ? Avec une raquette, c’est un magicien. » — Goran Ivanisevic, ancien vainqueur à Wimbledon
« Je suis capable de pleurer comme Roger ; dommage que je ne puisse pas jouer comme lui. » — le Britannique Andy Murray, après sa défaite contre Federer en finale de l’Open d’Australie en 2010
« L’explication métaphysique est que Roger Federer est l’un de ces rares sportifs surnaturels qui semblent s’affranchir, au moins en partie, de certaines lois de la physique. » — l’écrivain David Foster Wallace en 2006 dans un éditorial du New York Times titré « Federer comme expérience religieuse »
« C’est une vraie personne. Ce n’est pas une énigme. Si vous le rencontrez au McDonald’s sans savoir qui il est, vous ne pourriez imaginer qu’il est l’un des plus grands sportifs du monde. » — Andy Roddick
« Impossible de ne pas se demander s’il est de la même planète. » — Novak Djokovic



À voir en vidéo