Avec persévérance, le Canada décroche l’or au Championnat du monde de hockey junior

En avance 2-0 après deux périodes, les Canadiens ont pris la mesure des Finlandais 3-2 en prolongation.
Jeff McIntosh La Presse canadienne En avance 2-0 après deux périodes, les Canadiens ont pris la mesure des Finlandais 3-2 en prolongation.

Équipe Canada a connu l’adversité de près au cours des 18 derniers mois. Toutes les péripéties que ses joueurs ont vécues ont rapporté des dividendes avec la conquête de la médaille d’or au Championnat du monde de hockey junior samedi soir à Edmonton.

Après avoir pris une avance de 2-0 à mi-chemin de la deuxième période, la formation canadienne a vu la Finlande réagir et porter le score 2-2 au troisième vingt, poussant ainsi le duel ultime en prolongation.

Lors de la période additionnelle, le capitaine Mason McTavish a privé les Finlandais de ce qui semblait être un but certain avant que son coéquipier Kent Johnson, environ une minute plus tard, n’inscrive le filet décisif.

« Il s’est passé presque un an et demi depuis notre premier camp d’entraînement, et de voir que tout ce travail a été payant, c’est tellement spécial », a déclaré McTavish, médaille d’or autour du cou.

C’est à l’été de 2021 qu’Équipe Canada a été assemblée avec pour cible, un tournoi qui devait s’amorcer au mois de décembre de cette même année, dans les villes albertaines d’Edmonton et de Red Deer.

Une hausse de cas de la COVID-19 parmi les joueurs et les officiels a forcé des équipes à déclarer forfait avant des matchs. Éventuellement, le tournoi a été annulé après seulement quatre jours.

Les dirigeants de la Fédération internationale de hockey sur glace ont promis d’organiser de nouveau le tournoi, mais le mois d’août était le seul moment pour le faire. Or, il s’agit d’une période de l’année où les jeunes joueurs de hockey sont souvent en pleins préparatifs pour les camps d’entraînement.

Entre-temps, le hockey canadien a été la cible de critiques à la suite d’allégations d’agressions sexuelles contre des joueurs de deux anciennes équipes mondiales junior. Hockey Canada a fait l’objet d’un examen approfondi pour la façon dont il a traité ces allégations, alors que le gouvernement fédéral a gelé le financement de l’organisation et des commanditaires de renom ont retiré leur soutien.

Plusieurs joueurs ont choisi de ne pas participer à la version estivale du tournoi, créant un important chambardement au sein de l’équipe canadienne. Mais le groupe a persévéré, a affirmé l’entraîneur-chef, Dave Cameron.

« C’est déjà un tournoi assez difficile à gagner lorsqu’il est tenu à sa période habituelle, pendant le temps des Fêtes », a-t-il noté.

« Ce groupe (de joueurs) s’est présenté ici sous le nuage qui planait au-dessus d’eux, avec ce qui se passait avec Hockey Canada, et tous ces changements car sept ou huit joueurs ne se sont pas présentés. C’est cet engagement. […] Ce groupe s’est accroché. Ç’a un peu été un thème. »

Le Canada a gagné chacun de ses sept matchs pendant le tournoi. L’équipe n’a tiré de l’arrière qu’une seule fois, 1-0 lors d’une rencontre du volet préliminaire contre la Tchéquie — le pays anciennement connu sous le nom de la République tchèque — avant de signer une victoire de 5-1.

McTavish — le joueur le plus utile du tournoi — a été le meilleur marqueur de la compétition avec 17 points, dont huit buts. Cette performance lui a permis de rejoindre Wayne Gretzky et Eric Lindros au deuxième rang pour le plus grand nombre de points par un joueur canadien au Championnat mondial junior.

« Ce sont des joueurs qui sont au Temple de la renommée, et de ne connaître que le quart de leur carrière, des succès qu’ils ont amassés, serait une réussite pour moi », a déclaré McTavish. « Je me sens tellement honoré. J’ai l’impression que je n’ai pas ma place là. »

Âgé de 18 ans et un espoir des Ducks d’Anaheim, McTavish a connu une année occupée. Il a revêtu l’uniforme lors de neuf matchs dans la Ligue nationale de hockey avant de retourner dans la Ligue junior de l’Ontario. Là-bas, il a aidé les Bulldogs de Hamilton à se qualifier pour la Coupe Memorial où ils ont perdu en finale. Entre-temps, il a aussi représenté son pays aux Jeux olympiques de Pékin, en février dernier.

Cependant, la conquête de la médaille d’or au Championnat mondial junior est un rêve qui se réalise, a affirmé McTavish.

« Je pense que chaque championnat que vous gagnez est tellement spécial. Ici, c’est une sensation incroyable. Chaque fois que vous avez la chance de gagner quelque chose, il s’agit de l’une des meilleures sensations au monde, et c’est tellement contagieux. J’espère donc pouvoir y arriver de nouveau. »

McTavish est l’un des 11 joueurs de l’équipe canadienne qui seront admissibles à participer à l’édition de 2023 du tournoi, qui sera présentée à Moncton et à Halifax.

Le défenseur Olen Zellweger croit que le groupe a beaucoup d’outils sur lesquels s’appuyer pour connaître du succès dans le futur.

« Je pense que de participer à ce tournoi apporte une expérience et un apprentissage qui n’ont pas de prix », a souligné Zellweger, qui a récolté 11 points, dont neuf mentions d’aide, pendant le tournoi.

« Y participer de nouveau me permettra de savoir à quel point c’est difficile de gagner, à quel point vous devez être engagé et à quel point vous devez former un groupe uni pour aller jusqu’au bout », a-t-il ajouté.

Malgré le fait que l’édition 2022 du Championnat mondial junior aura été pour le moins particulière — jouée en plein été sans les imposantes foules que l’on voit généralement en décembre — le groupe a appris que le tournoi est accompagné de beaucoup de matchs serrés et de beaucoup d’attentes, a fait remarquer Cameron.

Selon l’entraîneur-chef, l’expérience que les jeunes joueurs viennent de vivre leur sera utile.

« C’est certain qu’ils pourront tirer profit de l’expérience qu’ils ont vécue ici et de la pression. Ainsi, lorsqu’ils participeront à ce tournoi, il n’y aura pas de surprises liées aux attentes. »

À voir en vidéo