Vingegaard accueilli en héros au Danemark après sa victoire du Tour de France

Jonas Vingegaard a fait mercredi un retour triomphal dans son pays.
Photo: Mads Claus Rasmussen / Ritzau Scanpix / AFP Jonas Vingegaard a fait mercredi un retour triomphal dans son pays.

Escorte d’avions de chasse, cortège en décapotable, grande foule dans Copenhague : le vainqueur danois du Tour de France Jonas Vingegaard a fait mercredi un retour triomphal au pays, célébré par des dizaines de milliers de personnes.

Vingt-six ans après Bjarne Riis, premier vainqueur danois de la Grande Boucle, en 1996 — qui a reconnu s’être dopé après sa carrière —, le maillot jaune a eu droit aux honneurs du balcon de l’hôtel de ville de la capitale, lieu des grandes célébrations du sport danois.

« C’est complètement fantastique, complètement dingue, je n’en prends pas conscience », a déclaré le timide Jonas devant une marée humaine colorée de drapeaux rouge et blanc, mais aussi de tuniques jaunes, massée sur la grand-place.

Trois jours après son sacre sur les Champs-Élysées, il a sorti son téléphone pour filmer la foule, qui a entamé l’hymne danois pour fêter son champion de 25 ans. « Vingegaard ! Vingegaard ! » a aussi crié ce parterre, qui remplissait toute l’immense place.

Deux heures plus tôt, deux F-16 de l’armée de l’air danoise en livrée rouge et blanc avaient escorté le petit avion privé affrété par un commanditaire pour transporter le vainqueur du Tour de France et sa famille.

Le grimpeur danois a ensuite embarqué dans une décapotable pour déambuler à travers les rues de Copenhague.

Des milliers de personnes s’étaient massées le long du trajet, agitant des drapeaux danois et tapant à d’innombrables reprises dans la main du cycliste.

Pour Allan Olsen, un Danois de 59 ans, la victoire du jeune cycliste l’emporte même sur la victoire danoise à l’Euro 1992 de football ou sur les titres en handball au panthéon sportif du Danemark.

« Rassemblé la nation »

« C’est sans doute la plus grande chose qui soit arrivée dans l’histoire du sport danois », dit-il à l’AFP en peignant une banderole jaune proclamant « nous sommes rouges, nous sommes blancs » sur la place de l’hôtel de ville.

De retour dans un pays qui avait déjà fait la démonstration de sa passion pour le vélo lors du départ inédit de la Grande Boucle depuis Copenhague, Jonas Vingegaard doit ensuite rejoindre le célèbre parc d’attractions de Tivoli, situé juste à côté, pour une nouvelle cérémonie de célébration.

« Tout le Tour à travers le Danemark a été fantastique, mais cet accueil de Jonas, c’est encore un cran au-dessus », a salué Kasper Asgreen, présent avec d’autres cyclistes danois du Tour.

La performance impressionnante de Vingegaard, qui a dominé le favori slovène, Tadej Pogačar, et écrasé le reste de la concurrence avec son équipe de la Jumbo-Visma, a suscité des interrogations dans un sport longtemps gangrené par le dopage. « On est complètement propres, chacun de nous dans l’équipe », avait assuré le Danois samedi, une fois sa victoire acquise le lendemain à Paris.

Outre Bjarne Riis, le cyclisme danois a été éclaboussé par le dopage avec le cas de Michael Rasmussen, exclu du Tour 2007, qu’il s’apprêtait à remporter.

Les parents et les premiers entraîneurs du petit Jonas ont raconté que ses débuts sur un vélo avaient été poussifs, avec son physique très frêle et aucune victoire dans son club local. « Il était petit et il ne gagnait pas », a déclaré à la télévision DR Ole Iversen, qui avait accueilli Jonas lorsqu’il avait 11 ans dans le petit club du Thy Cykle Ring, dans le nord-ouest du pays scandinave.

Jeudi après-midi, Vingegaard doit continuer les célébrations dans sa petite ville de Glyngøre, dans l’ouest du pays. Plus de 10 000 personnes sont attendues, soit six fois plus que le nombre d’habitants de la bourgade.

« Il a rassemblé la nation. C’est vraiment grand », s’est réjoui Claus, le père du cycliste, au micro de la télévision nationale DR.

À voir en vidéo