Nouvelle offre d’indemnisation aux victimes des attentats aux JO de Munich

Onze Israéliens et un policier ouest-allemand meurent au fil des événements, y compris lors d’une tentative de sauvetage ratée.
Photo: Astrid Vellguth Agence France-Presse Onze Israéliens et un policier ouest-allemand meurent au fil des événements, y compris lors d’une tentative de sauvetage ratée.

Le gouvernement allemand s’est dit prêt mercredi à verser une nouvelle indemnisation aux familles des 11 athlètes israéliens tués par un groupe palestinien lors des Jeux olympiques d’été de 1972 à Munich. Le montant proposé a toutefois déjà été qualifié d’« insultant » par ceux à qui il serait destiné.

Des proches des athlètes ont longtemps critiqué la manière dont les autorités allemandes ont géré l’attaque et ses conséquences, une mésentente qui menace maintenant d’éclipser les commémorations du 50e anniversaire du massacre.

Le ministère allemand de l’Intérieur a affirmé qu’il était en pourparlers avec les proches et que les « graves conséquences pour les personnes à charge survivantes des victimes en termes immatériels et matériels » devraient être réévaluées. « Une offre de paiements de reconnaissance supplémentaires aux proches survivants des victimes de l’attentat » était prévue, a déclaré le ministère à l’agence de presse allemande DPA, ajoutant que « la cérémonie commémorative du 50e anniversaire devrait être l’occasion d’une classification politique claire des événements ».

Le 5 septembre 1972, des membres du groupe palestinien Septembre noir font irruption dans le village olympique de Munich. Ils prennent en otage des athlètes de l’équipe nationale d’Israël dans le but de forcer la libération de prisonniers détenus par l’État juif et l’Allemagne de l’Ouest. Onze Israéliens et un policier ouest-allemand meurent au fil des événements, y compris lors d’une tentative de sauvetage ratée.

Immédiatement après l’attaque, l’Allemagne avait versé aux proches des victimes un montant d’environ 4,19 millions de marks (environ 2,68 millions de dollars canadiens), selon le ministère de l’Intérieur. En 2002, les proches survivants ont ensuite reçu 3 millions d’euros (près de 4 millions de dollars canadiens) supplémentaires, a rapporté DPA.

Une demande d’indemnisation s’élevant à environ 40 millions de marks avait cité des erreurs massives dans l’opération de police, mais elle avait été rejetée en raison du délai de prescription.

« Dégradant » et « insultant »

En Israël, Ilana Romano, la veuve de Yossef Romano, un haltérophile qui a été l’un des premiers Israéliens tués, a affirmé mardi à la chaîne publique Kan que l’offre de réparation actuelle de l’Allemagne était « dégradante » et que les survivants des victimes l’ont rejetée.

Ankie Spitzer, la veuve d’Andre Spitzer, un entraîneur d’escrime tué dans l’attentat, a également rejeté la somme offerte par l’Allemagne. « La somme qui nous a été offerte est insultante », a déclaré Mme Spitzer mercredi au groupe de presse RedaktionsNetzwerk Deutschland. « Nous sommes en colère et déçus. »

Citant les familles des victimes, le groupe de presse a rapporté que l’Allemagne avait offert 10 millions d’euros (environ 13 millions de dollars canadiens) aux familles, ce qui inclurait les paiements déjà effectués dans le passé. Le gouvernement allemand n’a pas révélé publiquement combien d’argent il a offert.

« Nous n’avons jamais voulu parler d’argent publiquement », a noté Mme Spitzer, « mais maintenant nous sommes obligés de le faire ». Si l’offre actuelle tient, les proches ne viendront pas à Munich pour la commémoration du 50e anniversaire de l’attentat début septembre, a-t-elle ajouté.

À voir en vidéo