Tiger Woods quitte l’Omnium britannique la tête haute

Woods s’est arrêté, a pris la pose et salué les spectateurs, puis a repris sa marche, tandis que les larmes coulaient sur ses joues.
Photo: Peter Morrison Associated Press Woods s’est arrêté, a pris la pose et salué les spectateurs, puis a repris sa marche, tandis que les larmes coulaient sur ses joues.

Tiger Woods a retiré sa casquette à quelques pas du légendaire pont Swilcan, sachant très bien que c’était peut-être la dernière fois qu’il allait l’emprunter dans le cadre de l’Omnium britannique, à St. Andrews.

C’est à ce moment qu’il s’est arrêté, a pris la pose et salué les spectateurs.

« Arrêtez ! Arrêtez ! », s’est écrié désespérément un photographe qui tentait d’immortaliser ce moment historique dans le berceau du golf.

Woods a repris sa marche, tandis que les larmes coulaient sur ses joues.

 

« C’est à ce moment que j’ai commencé à réaliser — en fait, que j’ai commencé à y réfléchir — que la prochaine fois que le tournoi sera présenté ici, je n’y serai probablement pas », a dit Woods.

Il a assuré que ce ne sera pas son dernier Omnium britannique. Woods ne sait tout simplement pas si son corps, malmené par de nombreuses interventions chirurgicales à ses deux jambes et au dos, pourra tenir le coup la prochaine fois que le prestigieux tournoi se déroulera à St. Andrews. Woods a mentionné 2030. Le R & A (Royal & Ancient) n’a pas précisé sa rotation jusque-là.

Ce moment était tout de même spécial.

 

Woods a salué les milliers de spectateurs dans les gradins à sa gauche, les milliers d’autres qui le regardaient des balcons et des toits des immeubles qui ceinturent le vieux parcours, certains d’entre eux le faisant au travers d’une fenêtre, ou encore ceux qui ne possédaient pas de billets pour l’événement, mais qui escaladaient la clôture de sécurité installée à proximité de l’allée du 18e trou.

L’Irlandais du Nord Rory McIlroy l’a observé de l’allée du premier trou — il entamait sa deuxième ronde alors que Woods jouait 75 (plus-3) et ratait le seuil de qualifications pour les rondes du week-end — et l’a salué en soulevant sa casquette.

« Tout le monde espère que ce n’est pas la fin de sa carrière sur le vieux parcours, a dit McIlroy. Je crois qu’il mérite — en fait, nous le méritons — d’avoir une autre opportunité (d’obtenir le titre ici à St. Andrews). »

Justin Thomas était sur le premier tertre de départ et a jeté un regard en direction de Woods.

 

« En m’approchant du vert, l’ovation est devenue de plus en plus bruyante, a confié Woods. Je pouvais sentir la bienveillance, la gentillesse des gens des deux côtés. J’avais l’impression que le temps s’était arrêté. »

Ç’aurait pu être le cas.

C’est à cet endroit qu’il a remporté son premier Omnium britannique en 2000, pour devenir du même coup le plus jeune golfeur à compléter le Grand Chelem en carrière. Il a ajouté une autre ’claret jug’ à sa collection à St. Andrews en 2005, l’année où Jack Nicklaus faisait ses adieux aux tournois majeurs.

Avant le début du tournoi, Woods avait qualifié le vieux parcours d’« historique », en ajoutant qu’il est son « favori ». Ces commentaires élogieux ne sont pas tombés dans l’oreille d’un sourd.

« Les gens savaient que je ne pourrais éviter le couperet, a raconté Woods. Mais les ovations étaient de plus en plus bruyantes, au fur et à mesure que je m’approchais du 18e vert. Et ça, selon moi, c’était… le respect. J’ai toujours respecté ce tournoi. J’ai toujours respecté les traditions de ce sport. »

« J’ai toujours tout donné ce que j’avais à ce tournoi au fil des ans, a-t-il ajouté. Et je crois que les gens ont apprécié mon jeu. »

Woods n’a toutefois pu leur donner beaucoup d’occasions de se réjouir au cours des deux premières rondes. Les ennuis ont rattrapé Woods dès le premier trou jeudi, lorsqu’il a expédié sa balle dans l’obstacle d’eau ’Swilcan Burn’. Il a commis un double boguey et terminé la ronde à plus-6 (78).

Mais peu importe. L’ovation qu’il a reçue en terminant sa deuxième ronde restera pour toujours gravée dans sa mémoire.

« Je suis très ému, a admis l’Américain âgé de 46 ans. J’ai l’impression que c’était mon dernier Omnium britannique à St. Andrews. Et les spectateurs, l’ovation et leur bienveillance, c’était une sensation incroyable. Je comprends maintenant ce qu’ont vécu Jack (Nicklaus) et Arnold (Palmer) jadis. C’est comme ça que je me sentais vers la fin. »

Une première depuis 2012

 

Le champion en titre du tournoi, Collin Morikawa, a subi le même sort que Woods.

L’Américain, qui a triomphé l’année dernière au Royal St. George’s, a conclu ses deux premières rondes avec un pointage cumulatif de plus-1 (145). Il a raté le seuil de qualifications pour les rondes du week-end par un seul coup.

Morikawa est devenu le premier champion en titre à être incapable d’éviter le couperet l’année suivante depuis Darren Clarke, en 2012. Clarke avait aussi remporté son seul titre majeur en carrière au Royal St. George’s.

Les choses ont été beaucoup plus favorables du côté de Cameron Smith, qui a donné le ton au week-end en remettant une carte de 64 (moins-8) à l’issue de la deuxième ronde pour se forger une avance de deux coups en tête, à moins-13 au cumulatif.

« C’est de toute évidence une position favorable, a dit Smith. J’ai l’impression de m’être retrouvé souvent dans ce genre de posture au cours des dernières années, sans jamais vraiment pouvoir compléter le boulot. »

L’Australien a commencé sa ronde avec trois oiselets consécutifs. Il en a réussi deux autres avant d’enregistrer un aigle au 14e trou, une normale-5.

Smith participe à l’Omnium britannique pour la cinquième fois de sa carrière. Son meilleur résultat fut une égalité en 20e position en 2019, à Portrush. Et son meilleur résultat dans un tournoi du Grand Chelem s’est produit au Tournoi des Maîtres ; il avait fini à égalité en deuxième place en 2020, et à égalité au troisième rang en 2022 à l’Augusta National.

Le meneur au début de la journée, Cameron Young, est demeuré dans la course au titre en remettant une carte de 69 (moins-3), à deux coups de Smith.

McIlroy a joué 68, et il partage le troisième rang à moins-10 (134) en compagnie du Norvégien Viktor Hovland (66).

« Je dois retourner sur le terrain et jouer à ma façon au cours des deux prochains jours, c’est tout ce que je peux contrôler, a confié McIlroy. Si Cam Smith retourne sur le terrain et joue deux autres rondes comme celles qu’il vient d’enregistrer, alors j’aurai beaucoup de difficulté à gagner ce tournoi. Je dois retourner là-bas, faire de mon mieux, me concentrer sur moi-même et espérer que ce soit suffisant (pour l’emporter). »

L’Américain Dustin Johnson a remis une carte de 67 et complète le top-5, à moins-9.

Corey Conners, de Listowel, en Ontario, fut le seul golfeur canadien à éviter le couperet. Il a joué 71 et se trouve à moins-2 (142) après 36 trous.

À voir en vidéo