Hamilton dénonce les propos racistes de Piquet

Hamilton a fait campagne sans relâche pour lutter contre le racisme et a été franc sur les violations des droits de la personne dans les pays où la F1 court. 
Photo: Hamad Mohammed Associated Press Hamilton a fait campagne sans relâche pour lutter contre le racisme et a été franc sur les violations des droits de la personne dans les pays où la F1 court. 

Lewis Hamilton a affirmé que les « états d’esprit archaïques » devaient changer, à la suite d’une possible insulte raciste à son endroit lancée par le champion retraité Nelson Piquet.

Hamilton a émis ses commentaires après que la F1 et la Fédération internationale de l’automobile (FIA) eurent condamné les propos racistes.

« C’est plus qu’une question de langue. Ces mentalités archaïques doivent changer et n’ont pas leur place dans notre sport. J’ai été entouré de ces attitudes et ciblé toute ma vie, a gazouillé Hamilton, mardi. Il y a eu beaucoup de temps pour apprendre. Le temps est venu d’agir. »

Seul pilote noir en F1, Hamilton est septuple champion du monde.

 

Il a également écrit en portugais « Vamos focar em mudar a mentalidade » (Concentrons-nous sur le changement de mentalité), et a répondu à un autre gazouillis qui utilisait un juron à propos de Piquet, un Brésilien de 69 ans qui a remporté trois titres de champion en F1.

Piquet discutait d’un accident survenu entre Hamilton et Max Verstappen lors du Grand Prix de Grande-Bretagne l’année dernière lorsqu’il a utilisé le mot « neguinho » — qui signifie « petit Noir » —, en novembre, dans un balado YouTube nommé Enerto.

Le mot n’est pas nécessairement une insulte raciste au Brésil, mais c’est une expression qui est de plus en plus considérée comme désagréable, et sa formulation peut également l’accentuer.

Le commentaire de Piquet n’est pas devenu viral à l’époque, mais l’est soudainement devenu lundi, bien que l’on ne sache pas pourquoi c’est le cas si longtemps après l’entrevue.

Piquet est un fervent partisan du président brésilien, Jair Bolsonaro, homme politique d’extrême droite candidat à sa réélection dans 100 jours.

« Le langage discriminatoire ou raciste est inacceptable sous quelque forme que ce soit et n’a aucune place dans la société. Lewis est un ambassadeur incroyable pour notre sport et mérite le respect, a déclaré la F1 dans un communiqué. Ses efforts inlassables pour accroître la diversité et l’inclusion sont une leçon pour beaucoup, et c’est quelque chose auquel nous tenons en F1. »

Appui de la FIFA

 

Hamilton a fait campagne sans relâche pour lutter contre le racisme et a été franc sur les violations des droits de la personne dans les pays où la F1 court.

La FIA a également défendu Hamilton. « La FIA condamne fermement tout propos et tout comportement racistes ou discriminatoires, qui n’ont pas leur place dans le sport ni dans la société en général, a écrit la FIA. Nous exprimons notre solidarité à l’égard de @LewisHamilton et soutenons pleinement son engagement en faveur de l’égalité, de la diversité et de l’inclusion dans le sport automobile. »

L’équipe Mercedes est passée de voitures argent — connue comme « les Flèches d’argent » — à une voiture entièrement noire en 2020 afin de soutenir les efforts de son pilote Hamilton pour lutter contre le racisme. Hamilton et la plupart de ses collègues ont mis un genou à terre avant des courses de 2020 et de 2021 en signe de lutte contre le racisme. Il a également créé la Commission Hamilton pour améliorer la diversité de la F1.

« Nous condamnons avec la plus grande fermeté toute utilisation de termes racistes ou discriminatoires de quelque nature que ce soit. Lewis a été le fer de lance des efforts de notre sport pour lutter contre le racisme, et il est un véritable champion de la diversité sur et hors piste, a précisé Mercedes sur Twitter. Ensemble, nous partageons une vision pour un sport automobile diversifié et inclusif, et cet incident souligne l’importance fondamentale de continuer à lutter pour un avenir meilleur. »

Il y a deux ans, Hamilton a critiqué les commentaires « ignorants et incultes » de l’ancien patron de la F1 Bernie Ecclestone. Le pilote a été choqué par l’affirmation d’Ecclestone prononcée lors d’une entrevue avec le diffuseur CNN selon laquelle « dans de nombreux cas, les Noirs sont plus racistes » que les Blancs.

Piquet a été sacré champion du monde à trois reprises dans les années 1980 et a gagné 23 courses. Sa fille Kelly Piquet est la petite amie de Max Verstappen.

Le Grand Prix de Grande-Bretagne est présenté ce week-end à Silverstone.

À voir en vidéo