Championnat canadien: le CF Montréal rossé 4-0

Ayo Akinola (à gauche) a planté les premiers clous dans le cercueil du CF Montréal en marquant les deux premiers buts du Toronto FC
Photo: Nathan Denette La Presse canadienne Ayo Akinola (à gauche) a planté les premiers clous dans le cercueil du CF Montréal en marquant les deux premiers buts du Toronto FC

Wilfried Nancy et les joueurs du CF Montréal pourront dorénavant consacrer toutes leurs énergies aux activités de la MLS. Et leur mission sera de retrouver dès que possible, avec ou sans Djordje Mihailovic, la belle assurance qui les avait menés vers une séquence de huit matchs sans défaite entre la mi-mars et la mi-mai.

Championne canadienne en titre, la formation montréalaise a subi l’élimination en demi-finale du tournoi national mercredi soir, à la suite d’une cinglante défaite de 4-0 aux mains du Toronto FC au BMO Field.

Ayo Akinola a planté les premiers clous dans le cercueil du CF Montréal en marquant les deux premiers buts du Toronto FC, un dans chacune des deux mi-temps contre James Pantemis.

 

Puis dans un intervalle de trois minutes pendant le dernier quart d’heure de jeu de la deuxième demie, Jesus Jimenez et Alejandro Pozuelo ont scellé le sort du CF Montréal.

« Nous avons connu une bonne première demie. Avant leur premier but, je pense que nous étions plutôt bons. Nous avons eu de bonnes occasions mais nous n’avons pas fini nos actions », a déclaré Nancy.

[…]

«On va regarder le match. L’avantage qu’on a, c’est que l’on passe rapidement à notre [prochain] match. C’est sûr qu’on va regarder tout ça. Il y a des choses qui n’ont pas été bonnes ce soir, surtout en deuxième mi-temps. »

Le CF Montréal était bien sûr privé des services de Mihailovic, blessé à un genou, et s’il avait été en santé, il y a fort à parier qu’il aurait participé à ce match de demi-finale. Mais il n’était pas là et pour cette raison, Nancy n’avait pas envie de parler de l’impact de son absence.

« Je ne parle pas des absents. Je n’ai pas l’habitude de parler des absents. Il n’est pas là en ce moment. L’idée, c’est de continuer à faire notre jeu. On le fait un peu moins au niveau du dernier tiers mais encore une fois, il y a eu des opportunités. Si on est plus adroits dans la surface de réparation en première mi-temps, on marque des buts », a affirmé Nancy.

« Djordje n’est pas là, je ne vais pas parler de lui, a répété Nancy. Quand il sera de retour, il sera de retour. Pour l’instant, il n’est pas là. On s’ajuste par rapport aux joueurs qui sont sur le terrain et on trouvera la solution. »

Avec ce triomphe, le Toronto FC participera à la grande finale du Championnat canadien, à une date qui reste à être déterminée en juillet. Il affrontera le vainqueur du duel présenté mercredi soir entre York United, un club de la Première Ligue canadienne, et les Whitecaps de Vancouver.

De son côté, le CF Montréal sera de retour en mode MLS alors qu’il affrontera le Charlotte FC samedi au stade Saputo.

Toronto se détache

 

Il n’a pas fallu attendre longtemps avant de voir des chances de marquer. Après trois minutes, chacune des deux formations avait tenté un tir.

Avant même que ne soit complétée la première minute de jeu, Jayden Nelson a pu s’infiltrer sur le flanc droit de la défensive montréalaise et effectuer un tir de qualité qui a toutefois abouti sur la tige verticale à la gauche de Pantemis.

Puis, pendant la troisième minute de jeu, ce fut au tour de Samuel Piette de menacer la forteresse de Quentin Westberg, mais son tir a survolé la barre horizontale.

 

Toutefois, pendant les 35 minutes suivantes, les actions offensives ont été rares jusqu’à ce que Toronto frappe de façon presque inattendue à la 40e minute.

Après du jeu brouillon du CF Montréal en zone centrale, le Toronto FC a pu orchestrer une poussée dans le territoire montréalais.

 

Akinola a conclu la séquence en faisant dévier une passe de Luca Petrasso dans le fond du filet, malgré le plongeon de Pantemis à sa gauche.

À partir de ce moment, les joueurs du Toronto FC ont dominé le jeu jusqu’au sifflet final de la première demie.

Pantemis a dû stopper des tirs de Nelson et d’Akinola, le premier à la 44e minute et le second, pendant les arrêts de jeu.

Sans oublier la belle glissade de Rudy Camacho dans la surface de réparation pour priver Nelson d’une autre chance de marquer, quelques instants plus tôt.

Nancy a entamé la deuxième demie en dépêchant dans la mêlée Kei Kamara et Ahmed Hamdi pour remplacer Zorhan Bassong et Mathieu Choinière respectivement.

 

C’est cependant le Toronto FC qui allait marquer le but suivant. Une fois de plus, Akinola a trouvé le fond du filet à l’aide d’un tir du pied droit venu de l’entrée de la surface de réparation, à la 54e minute de jeu.

Jimenez et Pozuelo ont anéanti les derniers espoirs qui pouvaient subsister dans le camp montréalais en touchant la cible à la 75e et à la 78e minute respectivement.

« Honnêtement, nous avions le sentiment d’être encore dans le match jusqu’au troisième but. En général, quand vous concédez ce troisième but, surtout à l’étranger, la pente devient très, très abrupte à remonter », a déclaré le défenseur canadien Alistair Johnston.

« Même lorsqu’ils ont inscrit leur deuxième but, je trouvais que nous étions encore dans une bonne position, que nous provoquions des occasions de marquer, que nous contrôlions le ballon dans leur moitié de terrain, a ajouté Johnston. Mais ce troisième but a eu l’effet d’un choc […] Vous pouvez perdre un match, mais pas de cette façon, surtout pas contre un rival. »

À voir en vidéo