Baseball - Les Expos franchissent un grand obstacle à Washington

Washington — Le transfert de la concession des Expos à Washington a franchi un grand obstacle hier quand le conseil de ville du district de Columbia est revenu sur sa décision et a adopté une loi permettant le financement d'un nouveau stade en rejetant du revers de la main l'amendement qui avait mis en péril tout le projet.

Le baseball majeur, qui avait menacé d'abandonner le projet la semaine dernière, a déclaré la nouvelle législation acceptable.

Pour que le transfert des Expos à Washington soit finalement complété, le texte de loi devra être signé par le maire Anthony A. Williams, ce qui ne devrait être qu'une formalité puisqu'il est un de ceux qui ont milité en faveur du retour du baseball à Washington. Le commissaire Bud Selig doit aussi décider que les arrangements pour la rénovation du stade RFK sont satisfaisants.

«Nous pouvons maintenant tourner notre attention sur l'arrivée du baseball à Washington pour la prochaine saison, a dit Selig. L'équipe peut maintenant reprendre ses activités économiques et professionnelles.»

Le baseball avait mis le projet en veilleuse la semaine dernière quand le conseil de ville avait voté en faveur d'un amendement qui voulait que la moitié du financement d'un nouveau stade soit assuré par le secteur privé. Si cette forme de financement n'était pas trouvée, le projet de loi aurait été annulé.

L'amendement qui a été approuvé hier veut que la ville de Washington et le baseball partagent le coût d'une assurance qui limiterait la responsabilité de la ville si le coût du stade dépassait les 435 millions. Le conseil a approuvé cet amendement à 10-3, puis le conseil a voté à 7-6 l'acceptation du projet de loi revisé.

En contrepartie, le baseball a laissé tomber ses droits compensatoires dans l'éventualité où la construction du stade de 41 000 sièges serait retardée. Dans ce cas, les nouveaux Nationals de Washington n'auraient pas à payer de loyer au stade RFK en 2008.

La présidente du conseil, Linda W. Cropp, a dit que ces changements pourraient faire épargner jusqu'à 193 millions à la ville. Mais tous les conseillers n'étaient pas d'accord.

«Personne n'a pu nous dire pourquoi le baseball majeur était incapable de payer sa part, a dit le conseiller Adrian Fenty. C'est horrible. Les citoyens nous demandent toujours pourquoi les propriétaires du baseball ne paient pas leur part.»

Par contre, le conseiller Jack Evans, qui a toujours été en faveur de la venue du baseball à Washington, a dit qu'il était temps d'aller de l'avant. «C'est souvent plaisant d'être celui qui s'oppose au progrès. Mais là, il est temps de travailler tous ensembles et d'oublier nos différends», a dit Evans.

On en est arrivé à ce compromis après que Cropp et Williams ont eu un entretien téléphonique avec Bob DuPuy, directeur général du baseball, depuis son bureau de New York.