Dion et Boutin vice-champions aux Mondiaux de courte piste

Choi Minjeong de la Corée du Sud et Kim Boutin lors de la finale du 1000 mètres des Championnats du monde de patinage de vitesse courte piste.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne Choi Minjeong de la Corée du Sud et Kim Boutin lors de la finale du 1000 mètres des Championnats du monde de patinage de vitesse courte piste.

Kim Boutin a commencé la saison avec l’objectif d’avoir du plaisir sur la glace. Elle l’a conclue en tant que vice-championne du monde.

La patineuse sherbrookoise a récolté cinq médailles d’argent en autant d’épreuves ce week-end. Elle a terminé en deuxième place du classement cumulatif des Championnats mondiaux de patinage de vitesse courte piste présentés à l’aréna Maurice-Richard.

Pour sa part, le Montréalais Pascal Dion s’est adjugé le titre de vice-champion du monde chez les hommes, confirmant sa deuxième place au classement de la Coupe du monde cet automne.

Il s’agit dans les cas de Boutin et Dion de leur meilleure performance en carrière aux Mondiaux.

« Cette saison, je voulais me concentrer sur le fait d’être heureuse, d’être bien sur la glace. J’ai voulu ajouter un côté performance ce week-end et j’ai réussi à le faire en gardant le sourire et en étant compétitive. Ça me rend très heureuse », a affirmé Boutin, qui a dû se refaire une santé mentale au cours du dernier cycle olympique après avoir été la cible de menaces sur les réseaux sociaux aux Jeux de Pyeongchang en 2018.

Boutin a pris le deuxième rang lors des trois épreuves individuelles présentées au cours du week-end. Elle a ensuite pris la deuxième place lors de la super-finale sur 3000 mètres et a conclu le volet individuel des Mondiaux avec 84 points.

 

« J’aurai fait preuve de constance, s’est exclamée Boutin, âgée de 27 ans. C’est une belle expérience pour voir où j’en suis, ce qui me manque pour la suite. Oui, je suis contente de mes deuxièmes places. »

La Sud-Coréenne Choi Minjeong a remporté la couronne mondiale pour une quatrième fois en carrière. Elle a triomphé sur 1000 et 1500 mètres, avant de s’imposer en super-finale. Elle a récolté un total de 107 points.

Choi a récupéré sa couronne après avoir vu la Néerlandaise Suzanne Schulting triompher lors des deux dernières éditions des Mondiaux en 2019 et 2021. Schulting était absente ce week-end à la suite d’un contrôle positif à la COVID-19, jeudi.

Pour sa part, l’expérimentée Italienne Arianna Fontana, qui compte 11 médailles olympiques à son palmarès, avait mis une croix sur la compétition.

La table était donc mise pour un duel entre Choi et Boutin.

 

« Quand il y a plus d’athlètes du même niveau, nous nous défions un peu plus. Il peut y avoir un accrochage ici ou là, a souligné Boutin. Là, c’était le tout pour le tout entre nous deux. Ça donne le goût de continuer et d’aller me battre pour la première place. »

La Néerlandaise Xandra Velzeboer a pris le troisième rang du classement cumulatif avec 53 points.

 

Les Canadiennes Courtney Sarault (19 points) et Alyson Charles (10) ont conclu respectivement en cinquième et septième position.

Choi a coiffé Boutin une dernière fois lors de la finale du relais 3000 mètres féminin. Boutin a tout juste perdu l’équilibre avant le dernier virage, quand elle a voulu bloquer Velzeboer. Choi est arrivée de nulle part à la ligne d’arrivée et a devancé Boutin par 34 millièmes de seconde.

Boutin, Sarault, Charles, Florence Brunelle et Danaé Blais étaient cependant heureuses de leur médaille d’argent. Après avoir dominé le circuit de la Coupe du monde cet automne, elles avaient pris le quatrième rang aux Jeux de Pékin, en février.

« C’est sûr que c’est un peu dommage, mais la joie est forte, a dit Brunelle en revenant sur la fin de la course. Nous avons tout donné. La Corée a été très forte dans les derniers tours. C’est ça la vie ! C’est ça le patin ! »

Les Pays-Bas ont complété le podium.

 

Résultat inespéré pour Dion

Chez les hommes, les regards étaient tournés vers Charles Hamelin, qui en était à ses derniers tours de piste. Dion a toutefois confirmé qu’il y avait une belle relève au sein de l’équipe canadienne.

« Je suis arrivé à la compétition sans objectif, a raconté Dion, qui est âgé de 27 ans. Je savais que j’étais capable de faire de bonnes courses, mais jamais je n’aurais cru que j’allais terminer deuxième au classement cumulatif. »

Dion est passé du quatrième au deuxième rang du classement général en remportant la super-finale sur 3000 mètres. Cette victoire lui a procuré 34 points, portant son total à 63.

Le Montréalais a ainsi devancé le Sud-Coréen Lee June Seo (55 points) et le Belge Stijn Desmet (39).

 

« Il ne fallait pas que je laisse quelqu’un partir en échappée, a expliqué Dion. Quand quelqu’un attaquait, je devais accélérer. C’était dur mentalement et physiquement, mais j’ai réussi à l’emporter.

« La foule a joué un grand rôle. Un 3000 mètres, ça fait tellement mal aux jambes. La foule m’a donné de l’énergie. C’était vraiment superbe. »

Le Hongrois Liu Shaoang était déjà assuré de remporter une deuxième couronne mondiale d’affilée avant la super-finale. Il s’était déjà imposé sur 500, 1000 et 1500 mètres.

En fin d’après-midi, Hamelin a conclu sa longue carrière avec une médaille de bronze au relais 5000 mètres, en compagnie de Dion, Steven Dubois, Jordan Pierre-Gilles et Maxime Laoun.

Hamelin, qui célébrera son 38e anniversaire de naissance le 14 avril, a remporté six médailles olympiques et 38 médailles aux Championnats mondiaux au cours de sa carrière. Il était actif sur le circuit de la Coupe du monde depuis 2003.

Triple médaillé aux Jeux olympiques de Pékin, Dubois a connu un week-end difficile. Il a amassé seulement deux points au classement général et s’est classé 12e. Pierre-Gilles a été blanchi et a pris le 16e rang du classement général.

À voir en vidéo