Piette comblé de voir le Canada faire partie du Mondial

Blessé au pied lors d'un match de qualifications en janvier dernier, Samuel Piette n’est pas en mesure d’établir un échéancier pour un retour au jeu.
Photo: Tim Vizer Agence France-Presse Blessé au pied lors d'un match de qualifications en janvier dernier, Samuel Piette n’est pas en mesure d’établir un échéancier pour un retour au jeu.

Il y a 10 ans, lorsqu’il a foulé une pelouse pour la première fois avec l’équipe nationale de soccer masculin du Canada, Samuel Piette avait des objectifs modérés, voire modestes. Aujourd’hui, il fait partie de la première nation de l’Amérique du Nord à s’être qualifiée pour la Coupe du monde de 2022, un tour de force qui le comble évidemment de bonheur.

Trois jours après la victoire décisive de 4-0 du Canada contre la Jamaïque — décisive par le score final, mais aussi par le fait qu’elle confirmait la première qualification du pays depuis 1986 à ce prestigieux rendez-vous universel —, Piette est revenu sur son cheminement avec l’équipe nationale.

Joie et émotion

 

« Quand je suis arrivé, en 2012, je voulais tout simplement faire partie de cette équipe et contribuer d’une manière ou d’une autre. Je ne savais pas que 10 ans plus tard, j’aurais 61 sélections avec l’équipe nationale, que j’allais faire partie des membres importants de cette équipe, autant sur le terrain qu’en dehors », a d’abord déclaré Piette, lors d’une visioconférence du CF Montréal, mercredi après-midi.

« Je n’aurais pas pu dire que 10 ans plus tard, on serait à la Coupe du monde, qu’on serait premiers dans cette phase de qualification et qu’on serait aussi dominants. Par contre, ça fait du bien de vivre ça, et je pense que ce qui nous arrive présentement, c’est pleinement mérité », a ajouté le milieu de terrain québécois.

Mis de côté depuis la fin janvier à cause d’une blessure à un pied subie lors du match du Canada au Honduras en qualifications, Piette n’a pas pu contribuer de façon directe aux dernières performances de l’Unifolié. Il a néanmoins pu partager sa joie et ses émotions avec ses coéquipiers dimanche, au BMO Field de Toronto.

« Pendant la partie, j’étais assis dans les gradins avec David Wotherspoon et Steven Vitoria, qui étaient blessés, tout comme moi. Je pense que 10 minutes avant la fin du match, on nous a appelés pour nous demander de nous rendre au banc des joueurs pour nous assurer de vivre ces dernières minutes avec l’équipe », a raconté Samuel Piette.

« Quand le sifflet final s’est fait entendre, j’ai pu courir sur le terrain. C’était quelque chose de spécial. C’est un rêve qui se réalisait. […] Ç’a été un moment spécial, et je vis encore de grandes émotions, mais il nous faut revenir sur terre parce qu’il reste beaucoup de travail à faire. C’est un moment spécial pour moi, mais aussi pour la population canadienne en général. »

Si le présent le comble de bonheur, Piette voit aussi l’avenir du soccer canadien avec beaucoup d’optimisme. « Je sais que pour la plupart des gens qui nous suivent de l’extérieur, c’est un moment historique.

Oui, c’est gros ce qu’on a fait et, évidemment, nous aussi, à l’interne, on est très fiers et très contents », a souligné Piette.

« Par contre, on sait que ce n’est que le début, qu’on a encore beaucoup de choses à prouver et qu’on est capables de démontrer, pas seulement au pays, mais à la planète foot, que le Canada est une puissance et qu’il est capable de compétitionner avec les plus grandes nations de ce monde dans ce sport. On est prêts à aller à la Coupe du monde, à affronter les grandes équipes et à pouvoir se mesurer, se comparer à ces grands pays. »

Reprise graduelle

 

Si Piette n’a pas pu jouer un rôle direct dans la qualification du Canada à la Coupe du monde lors des derniers matchs, il n’a pas pu aider, non plus, son équipe habituelle à connaître un départ positif autant en Ligue des champions de la Concacaf qu’en MLS.

En huit matchs sur les deux tableaux, la troupe de Wilfried Nancy a récolté une seule victoire — en Ligue des champions face au Santos Laguna —, subi cinq défaites et soutiré deux verdicts nuls.

Avec son dossier de 0-3-1 en MLS, le CF Montréal sera en quête d’une première victoire samedi, alors qu’il rendra visite au FC Cincinnati.

Au moins, Piette a repris une certaine forme d’entraînement, mais il n’est pas en mesure d’établir un échéancier pour un retour au jeu.

« Mon pied se porte beaucoup mieux. C’est une blessure qui est un peu étrange, c’est un mix de plusieurs choses. Ce n’est pas qu’une chose à guérir, mais plusieurs en même temps. Je prends du mieux, j’ai commencé à courir la semaine dernière, et un peu plus intensément cette semaine avec des changements de direction », a-t-il fait savoir.

« On a retrouvé les terrains, à part du groupe, évidemment, mais tranquillement pas vite, on fait un retour. On ne veut pas non plus brûler des étapes et faire en sorte qu’une rechute survienne. Donc on prend notre temps. Mais ça regarde bien pour l’instant. »

À voir en vidéo