Trois médailles d’or pour le Canada aux Jeux paralympiques

Tyler Turner, un Britanno-Colombien de 33 ans, a remporté la première médaille d’or paralympique du Canada en surf des neiges, filant vers la victoire à l’épreuve de cross aux Jeux de Pékin.
Photo: Shuji Kajiyama Associated Press Tyler Turner, un Britanno-Colombien de 33 ans, a remporté la première médaille d’or paralympique du Canada en surf des neiges, filant vers la victoire à l’épreuve de cross aux Jeux de Pékin.

Le Canada a remporté lundi trois médailles d’or aux Jeux paralympiques d’hiver de Pékin, où la Chine n’en finit plus d’étonner, tout comme les Ukrainiens, qui, malgré la guerre, ont décroché un nouveau titre.

Sans surprise, le vétéran canadien Brian McKeever, 42 ans, a remporté le 20 km masculin classique en ski de fond (catégorie déficience visuelle).

« J’ai toujours faim », a-t-il déclaré après avoir décroché la 14e médaille d’or paralympique de sa carrière.

Si ces Jeux sont pour lui ses sixièmes et derniers, il a encore deux épreuves (sprint et 10 km) pour essayer d’égaler le record de l’ex-skieur allemand Gerd Schönfelder, qui, avec 16 médailles d’or, est le sportif paralympique le plus titré de l’histoire.

La fondeuse canadienne Natalie Wilkie, de son côté, a remporté l’épreuve longue distance (catégorie debout).

Enfin, en cross en surf des neiges (catégorie LL1), Tyler Turner, double amputé des jambes après un accident de saut en parachute il y a quatre ans, a également remporté l’or pour le Canada. « On pourrait croire que j’ai perdu mes jambes hier et que j’ai claqué des doigts pour arriver sur la plus haute marche du podium », a déclaré à l’AFP le sportif de 33 ans. « Mais ce n’est pas aussi simple que ça. »

« C’est un peu fou de regarder en arrière, a-t-il confié. Vous ne vous en rendez pas compte quand vous êtes dedans. Mais ensuite, vous regardez ça … Quatre ans et demi plus tard, la progression est incroyable ! »

Impressionnante Chine

 

La Chine, peu habituée aux succès dans les Paralympiques d’hiver, n’en finit plus d’impressionner : après huit médailles samedi et huit dimanche, elle en a ajouté neuf autres ce lundi.

Le podium du cross en surf des neiges masculin (catégorie UL) était ainsi intégralement chinois, avec le jeune Ji Lijia, qui a apporté à son pays son septième titre.

Parmi les autres résultats obtenus par les athlètes du pays hôte lundi, on compte trois médailles en ski alpin dans les différentes catégories féminines.

 

Avec 25 médailles, dont 7 d’or, la Chine est loin devant au classement.

Une performance spectaculaire, car avant ces Paralympiques, le géant asiatique n’avait décroché qu’une seule médaille : l’or en curling aux Jeux de Pyeongchang (2018).

« Notre bataille à nous est ici »

Les Ukrainiens, qui eux ont l’habitude d’avoir de bons résultats à chaque édition, notamment en ski de fond et en biathlon, semblent peu perturbés, sur le plan sportif, par la guerre dans leur pays.

La fondeuse Oksana Shyshkova a décroché un nouveau titre pour l’Ukraine, qui pointe à la deuxième place du classement des médailles (huit au total, dont quatre en or).

Un exploit, quand on sait que la délégation ukrainienne n’avait rejoint Pékin que mercredi dernier, deux jours avant l’ouverture des Jeux, après un dangereux et épuisant périple en bus à travers l’Europe.

« Avec la situation en Ukraine, c’est très difficile de se concentrer sur la course et de maîtriser ses émotions. Mais on se doit de donner le meilleur de nous-mêmes », a déclaré Oksana Shyshkova.

« Notre bataille à nous est ici, et on doit prouver que l’Ukraine est forte. »

Chez les Français, le jeune Arthur Bauchet, 21 ans, a décroché une deuxième médaille d’or en remportant le super-combiné, après sa victoire de samedi en descente.

Sa compatriote Cécile Hernandez, âgée de 47 ans et atteinte de sclérose en plaques, a quant à elle obtenu son premier titre paralympique, dans l’épreuve de cross en planche à neige.

À voir en vidéo