La Finlande championne olympique de hockey

La Finlande s’est enfin offert l’or en battant la Russie 2 à 1 en finale du tournoi de hockey sur glace masculin.
Photo: Kirill Kudryavtse Agence France-Presse La Finlande s’est enfin offert l’or en battant la Russie 2 à 1 en finale du tournoi de hockey sur glace masculin.

Une première pour la dernière : passée souvent près de la consécration olympique, la Finlande s’est enfin offert l’or en battant la Russie 2 à 1 en finale du tournoi de hockey sur glace masculin pour l’ultime épreuve des JO-2022 de Pékin, dimanche.

Pékin-2022, c’est terminé et la quinzaine chinoise restera à jamais gravée dans l’histoire du hockey finlandais.

Les Lejonen (littéralement, lions) finlandais sont enfin les rois de la glace : il aura fallu attendre leur 18e participation, dont 17 consécutives entre 1960 et 2022, au tournoi olympique pour qu’ils rugissent sur la plus haute marche du podium.

La finale 2022 avait pourtant mal commencé pour la Finlande : la Russie, sous pavillon neutre et sacrée en 2018, avait ouvert la marque en fin de première période par Mikhail Grigorenko.

Mais loin de baisser les bras, les Finlandais se sont retroussés les manches et ont fait parler leur puissance physique en défense pour mettre en échec les attaquants russes.

 

Ville Pokka a fini par concrétiser la domination finlandaise, d’un tir lointain en début de seconde période (1-1), avant le KO en tout début de 3e tiers-temps : après un mauvais renvoi de son gardien Ivan Fedotov, la Russie s’est retrouvée sous pression et Hannes Bjorninen en a profité pour donner l’avantage à son équipe en déviant un lancer lointain.

« Énorme »

« On a joué très bien durant tout ce tournoi et voilà la récompense. Pour notre pays, ce titre est quelque chose de fort, on était passé tout près plusieurs fois, c’est génial de décrocher ce premier titre », a résumé le capitaine finlandais Valtteri Ilpulla.

« Il a fallu trouver la solution pour sortir vainqueur de cette finale, on y est parvenu, c’est énorme », a renchéri son coéquipier Miro Aaltonen.

La Finlande, dont le troisième et dernier titre mondial remonte à 2019, affichait jusque-là pour meilleur résultat dans le tournoi olympique une 2e place en 1988 et 2006.

Abonnés au dernier carré quasiment sans discontinuer depuis 1988 (3e en 1994, 1998, 2010 et 2014), les Finlandais ont profité à plein de l’absence des stars de la Ligue nord-américaine (NHL) qui n’ont pas été libérés par leurs équipes en raison de la pandémie de Covid-19 et des perturbations du championnat.

Le Canada et les États-Unis, avec des joueurs universitaires, rapidement éliminés dès les quarts de finale, la Finlande a affronté successivement la Suisse (5-1) et la Slovaquie (2-0) pour se hisser sans trop de difficultés en finale.

 

Samedi, la Slovaquie avait écrasé la Suède 4 à 0 pour remporter la médaille de bronze, sa première médaille olympique grâce à deux buts de son prodige de 17 ans Juraj Slafkovksy, meilleur buteur et meilleur joueur du tournoi qui suscite beaucoup d’intérêt en NHL.

À voir en vidéo