L'équipe canadienne de hockey masculin défaite par la Suède en quarts de finale

Le Suédois Carl Klingberg console le Canadien Eric O'Dell après que son équipe l'a emporté 2 à 0 en quarts de finale.
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Le Suédois Carl Klingberg console le Canadien Eric O'Dell après que son équipe l'a emporté 2 à 0 en quarts de finale.

Le Canada va revenir des Jeux olympiques sans médaille au hockey masculin pour la première fois en 16 ans. Le Suédois Lucas Wallmark a marqué à mi-chemin de la troisième période et son équipe a pris la mesure du Canada 2-0 en quarts de finale des Jeux de Pékin, mercredi.

Lars Johanssen a réalisé 22 arrêts devant le filet des Suédois, qui affronteront les représentants du Comité olympique russe, vendredi, en demi-finale. Anton Lander a ajouté le but d’assurance dans un filet désert.

Matt Tomkins, solide devant le filet du Canada, a repoussé 24 tirs. « On aurait espéré que la chance tourne en notre faveur », a déclaré l’entraîneur-chef Claude Julien. « Nos gars ont travaillé fort, a-t-il ajouté. Nous avons joué beaucoup de matchs au cours des derniers jours. On pouvait voir que [les Suédois] étaient moins fatigués. »

« C’est l’un de ces matchs où l’équipe qui bénéficierait d’un petit coup de chance allait gagner. C’est ce qui est arrivé. […] Malheureusement, c’est le hockey », a-t-il ajouté.

Wallmark a inscrit le but victorieux lorsque Andrew McBain et Eric O’Dell ont été incapables de sortir la rondelle de leur zone défensive. Wallmark a récupéré la rondelle, son tir a dévié sur le bâton de Tyler Wotherspoon et a déjoué Tomkins avec 9:45 à jouer à la troisième période.

Ce but permet à Wallmark de rejoindre le Slovaque Juraj Slafkovský en tête des buteurs du tournoi avec cinq.

« C’est crève-cœur », a déclaré Tomkins, au sujet de l’élimination en quarts de finale. « Ç’a été un match difficile et ça s’est réglé avec un bond, dans les faits. Un bond chanceux. Ç’a été un match serré du début à la fin et ça fait mal d’en sortir les perdants. »

Après le filet suédois, le Canada a tenté de mettre de la pression, mais Lander a mis fin au suspense alors que Tomkins avait été retiré à la faveur d’un attaquant supplémentaire avec moins de deux minutes à faire.

« Ça fait mal. Ç’a été un match relativement solide, mais vous ne pouvez pas gagner lorsque vous ne marquez pas de buts », a rappelé le défenseur Owen Power.

Ce match marquait le premier rendez-vous des deux pays aux Jeux olympiques depuis la finale pour la médaille d’or en 2014 à Sotchi, lorsque le Canada avait blanchi la Suède 3-0. C’était aussi la dernière présence des joueurs de la LNH aux Jeux.

La ligue a décidé de faire l’impasse sur l’événement en 2018 pour des raisons financières avant de se retirer cette année en raison des difficultés liées à la COVID-19 qui ont entraîné le report de dizaines de matchs en décembre.

La Suède s’est qualifiée pour les quarts de finale à Pékin en tant que quatrième tête de série, tandis que le Canada a dû jouer un match supplémentaire — une victoire de 7-2 contre la Chine — lors de la ronde de qualification, mardi, après avoir terminé cinquième des 12 équipes du tournoi rotation.

Le Canada a remporté l’or olympique avec ses joueurs de la LNH en 2010 et 2014 avant de décrocher le bronze, il y a quatre ans, avec une formation de joueurs professionnels principalement installés en Europe.

Même si elle avait gagné trois de ses quatre matchs avant le duel de mercredi soir — incluant deux victoires contre la Chine, qui en était à ses débuts en hockey olympique —, la formation canadienne ne s’est jamais vraiment mise en marche à Pékin.

Le Canada a entamé le tournoi avec une défaite contre les États-Unis lors de la phase de groupe, ce qui a forcé la troupe de Claude Julien à se mesurer à la Chine en ronde de qualification.

Les Canadiens ont gagné le match, mais ont été peu convaincants, surtout en début de rencontre, avant d’affronter des Suédois reposés seulement 24 heures plus tard. « Nous étions prêts à jouer, a déclaré Power, rejetant l’excuse de la fatigue. Je ne crois pas qu’hier soir ait joué un rôle quelconque. Ç’a été un bon match, mais de toute évidence, ça n’est pas allé en notre faveur. »

Par ailleurs, bien que Tomkins et Edward Pasquale ont été généralement solides devant le filet, le fait que Devon Levi — le joueur le plus utile lors du Championnat du monde junior et qui affiche de belles statistiques dans la NCAA — n’ait pas vu une seule minute d’action en a étonné plusieurs, en Chine et au Canada.

« Une expérience fantastique, un honneur incroyable d’être ici aux Olympiques et d’avoir la chance de porter l’unifolié et de représenter le pays. C’est quelque chose dont je vais me souvenir le reste de ma vie », a déclaré Tomkins après la défaite.

Le Canada compte maintenant trois médailles d’or depuis le début des Jeux de Pékin, et un grand total de 18. L’équipe de hockey féminin ajoutera à ce total avec l’or ou l’argent, jeudi, mais pas la formation masculine.

Défaite et espoirs au curling

 

Le Canada connaissait une bonne séquence jusqu’à ce que le quatuor de Jennifer Jones ne croise celui de la Chine, mercredi soir, au tournoi de curling féminin.

Malgré une récolte de cinq points au sixième bout, le Canada a subi un revers de 11-9 en manches supplémentaires lors de son deuxième match de la journée.

 

L’explosion des Canadiennes leur avait permis de prendre une avance de 8-5. Les Chinoises ont riposté avec deux points au septième bout et le vol d’un point au huitième.

Après avoir limité Jones à un point en neuvième manche, ce qui portait le score 9-8 en faveur du Canada, la Chine a égalé le score lors du 10e bout. Les Chinoises ont ensuite réalisé un autre vol, de deux points celui-là, lors de la manche supplémentaire.

Plus tôt en journée, Jones avait réussi un placement victorieux avec la dernière pierre du match pour permettre au Canada d’arracher une victoire de 7-6 contre les États-Unis. Il s’agissait d’un troisième gain consécutif pour le Canada.

Le revers contre la Chine laisse la formation canadienne avec un dossier de 4-4, à égalité au quatrième rang avec la Grande-Bretagne et la Corée du Sud. Les quatre premières formations passent aux demi-finales.

Pour clore le volet préliminaire, les Canadiennes affronteront le Danemark (2-6) jeudi.

 

Par ailleurs, sans avoir à se présenter au site de compétition, le quatuor masculin de Brad Gushue a mérité son billet pour les demi-finales.

Une neuvième place pour Moffatt

En slopestyle, Max Moffatt a conclu l’épreuve en neuvième place. Moffatt a obtenu 70,40 points à sa troisième et dernière descente, mais c’était trop peu, trop tard pour le Canadien lors de cette finale relevée.

À sa première descente, Moffatt a quitté le rail trop rapidement, ce qui lui a conféré une note de 47,18. À sa deuxième descente, il a été un peu plus précis avec ses éléments techniques et il a récolté 65,31 points.

 

En ski alpin, le Canadien Erik Read a terminé au 24e rang du slalom messieurs. Son chrono cumulatif de 1:49,10 l’a laissé à 5,01 secondes du vainqueur, le Français Clément Noël.

Trevor Philp, l’autre représentant de l’unifolié à participer à cette compétition, n’a pas terminé sa première descente et il a vu sa journée prendre fin de cette façon.



À voir en vidéo