Les Canadiennes gagnent l’or en poursuite par équipe en patinage de vitesse

Les Canadiennes Valérie Maltais, Isabelle Weidemann et Ivanie Blondin célèbrent la victoire de leur médaille d’or le 15 février 2022 aux Jeux olympiques de Pékin.
Photo: Andrew Lahodynskyj La Presse canadienne Les Canadiennes Valérie Maltais, Isabelle Weidemann et Ivanie Blondin célèbrent la victoire de leur médaille d’or le 15 février 2022 aux Jeux olympiques de Pékin.

Les Olympiens canadiens sont montés plusieurs fois sur le podium depuis le début des Jeux d’hiver de Pékin, mais avant mardi, un seul était parvenu à se hisser sur la plus haute marche.

Après une attente de huit jours, le Canada a remporté sa deuxième médaille d’or grâce à l’équipe féminine de poursuite en patinage de vitesse longue piste.

Valérie Maltais, de Saguenay, et les Ottaviennes Ivanie Blondin et Isabelle Weidemann ont uni leurs forces pour vaincre le Japon dans la finale « A » de l’épreuve avec un record olympique au passage de deux minutes 53,44 secondes.

Le Japon avait une légère avance dans le dernier virage, mais Nana Takagi a perdu l’équilibre et a chuté jusque dans les coussins protecteurs, permettant au Canada de filer vers la victoire.

Weidemann a maintenant une médaille de toutes les couleurs à Pékin. Elle a remporté l’argent au 5000 mètres et le bronze au 3000 m.

« Je n’ai pas de mots ! s’est exclamée Weidemann. C’est surréel pour le moment. On savait que nous avions une forte équipe, qu’on pouvait se battre aujourd’hui, mais c’est incroyable. »

Si le Canada a eu du mal à obtenir l’or jusqu’ici, il totalise en tout 17 médailles (deux d’or, quatre d’argent, 11 de bronze) avant les dernières épreuves au programme, mardi.
 

Schizas passe au tour suivant

En patinage artistique, l’Ontarienne Madeline Schizas a mérité son billet pour le programme libre après avoir obtenu une note de 60,53 lors du programme court. Le programme libre sera présenté jeudi.

Les Canadiens ont toutefois eu moins de succès à l’épreuve des sauts de ski acrobatique alors que Miha Fontaine, Émile Nadeau et Lewis Irving ont été éliminés à l’issue de la deuxième manche des qualifications.

Auteur d’un score de 115,05 lors de la première manche, Fontaine n’a pas réussi à améliorer ce score lors de la manche subséquente. Du coup, il s’est classé septième de cette seconde manche, à 44 centièmes de point de la sixième place, la dernière donnant accès à la finale 1.

Au classement cumulatif, Fontaine a terminé 13e, Nadeau 17e et Irving 23e.

Bon résultat en biathlon

 

En finale de l’épreuve de slopestyle dames, la jeune skieuse de 17 ans Olivia Asselin n’a effectué qu’une descente — sa première — et elle n’a récolté que 16,83 points. Elle ne s’est pas élancée lors des deux dernières descentes de la finale.

Asselin a officiellement pris la 11e place sur 12 skieuses, bien que l’Américaine Marin Hamill, gravement blessée à la jambe droite dans sa deuxième descente des qualifications la veille, n’a pas pris le départ de la finale.

Un porte-parole de Freestyle Canada a parlé d’une légère blessure au genou, alors qu’Asselin avait aussi noté une grande fatigue mentale, la veille. Elle en est à ses premiers Jeux olympiques en carrière.

Au relais 4 x 7,5 km de biathlon, le Canada a réalisé sa meilleure performance de l’histoire à cette épreuve en s’assurant la sixième place. Le Sherbrookois Jules Burnotte et les Albertains Scott Gow, Christian Gow et Adam Runnalls ont terminé à 1:56,3 de la Norvège, médaillée d’or.

Lors de la descente féminine, Marie-Michèle Gagnon, de Lac-Etchemin, s’est classée huitième et l’Ontarienne Roni Remme a fini au 24e rang.

« Je suis heureuse et fière de ma performance, mais je ne comprends pas encore comment j’ai pu être aussi loin de la meneuse », a indiqué Gagnon, dont le chrono final de 1:33,45 l’a laissée à 1,58 seconde de la médaillée d’or, la Suissesse Corinne Suter.

La bonne séquence du Canada en curling masculin s’est poursuivie lorsque Brad Gushue a défait la Chine 10-8.

L’équipe canadienne s’est donné une belle option sur la victoire lorsqu’elle a marqué trois points au huitième bout pour prendre les devants 9-6. Après avoir vu la Chine réduire l’écart, Gushue et ses hommes ont fermé les livres au 10e et dernier bout.

« J’ai simplement essayé de focaliser sur ce que je devais faire, a expliqué Gushue. J’ai bien tiré. Ce n’était pas des coups difficiles. Je me suis donc assuré de garder les choses simples. »



À voir en vidéo