Cinq Québécois dans la formation olympique de hockey masculin à Pékin

Eric Staal, 37 ans, cherchera à obtenir une deuxième médaille d’or olympique, après avoir remporté sa première à Vancouver, il y a 12 ans.
Phelan M. Ebenhack Archives The Associated Press Eric Staal, 37 ans, cherchera à obtenir une deuxième médaille d’or olympique, après avoir remporté sa première à Vancouver, il y a 12 ans.

Le Canada s’est tourné vers un mélange de jeunesse et d’expérience dans sa quête d’une médaille d’or olympique en hockey masculin, malgré l’absence des joueurs de la LNH.

Eric Staal, 37 ans, et Mason McTavish, 18 ans, sont deux des centres qui composent la formation de 25 joueurs annoncée mardi en vue des Jeux olympiques de Pékin.

Staal cherchera à obtenir une deuxième médaille d’or olympique. Il a remporté la première à Vancouver, il y a 12 ans.

Le jeune défenseur de 19 ans Owen Power, premier choix au total du repêchage de 2021, le gardien de 20 ans Devon Levi et l’attaquant de 22 ans Jack McBain prendront également la direction de la Chine, après que la LNH eut retiré sa présence au tournoi en raison des inquiétudes liées à la COVID-19.

Même si les Sidney Crosby et Connor McDavid n’y seront pas, le Canada compte sur beaucoup d’expérience de la LNH dans sa formation, qui inclut aussi des joueurs professionnels évoluant actuellement en Amérique du Nord, en Europe et en Russie.

Le directeur général de l’équipe, Shane Doan, et les dirigeants de Hockey Canada ont également sélectionné les vétérans Daniel Winnik (36 ans), Adam Cracknell (36), David Desharnais (35), Jason Demers (33) et Mark Barberio (31) pour appuyer Staal.

« J’ai tellement de merveilleux souvenirs de ma participation aux Jeux olympiques de 2010, à Vancouver, et de notre conquête de l’or en sol canadien ; je suis honoré d’être nommé à nouveau pour les Jeux, a déclaré Staal. Les Jeux olympiques sont le summum de notre sport, et je sais que toute notre équipe est reconnaissante d’avoir l’occasion de batailler pour une médaille d’or à Pékin et de faire partie d’Équipe Canada. »

Cinq Québécois font partie de l’équipe, soit Devon Levi, Mark Barberio, Jason Demers, David Desharnais et le défenseur Maxim Noreau. Noreau avait terminé au sommet des pointeurs du Canada lors des Jeux de Pyeongchang, en 2018.

Hockey Canada misait sur la présence des joueurs de la LNH à Pékin jusqu’au mois dernier, quand la ligue a changé ses plans après le report d’environ 100 matchs dû à la COVID-19.

« Le groupe de gestion et le personnel d’entraîneurs ont travaillé ardemment à l’évaluation et à la sélection des joueurs qui nous donneront la meilleure chance de gagner une médaille d’or, a indiqué Doan. C’est vraiment un honneur extraordinaire de pouvoir représenter son pays aux Jeux olympiques. Nous sommes sûrs que ces athlètes et ces membres du personnel savoureront cette occasion et rendront tous les Canadiens fiers. »

La formation n’aura pas autant de temps de préparation qu’en 2018, où la LNH s’était retirée des Jeux de Pyeongchang pour des raisons financières. Dix des joueurs nommés mardi ont représenté le Canada lors de la Coupe Channel One, qui s’est disputée en Russie en décembre avec Claude Julien derrière le banc.

Doan et Julien devaient également diriger le Canada à la Coupe Spengler, mais elle a été annulée en raison de la COVID-19. Ils étaient en attente pour remplacer d’autres choix, si la LNH devait faire l’impasse sur les Jeux.

À partir du 10 février

À la suite d’un camp d’entraînement et d’un match en Suisse, les Canadiens voyageront à Pékin avant de disputer une partie préparatoire contre les États-Unis.

Le Canada amorcera son tournoi le 10 février, contre l’Allemagne, avant de croiser le fer avec les États-Unis, le 12 février, puis la Chine, le 13 février, pour conclure le tournoi à la ronde du groupe A.

Le Canada avait éprouvé des difficultés à marquer des buts il y a quatre ans, à Pyeongchang. L’équipe avait finalement remporté la médaille de bronze.

McTavish, sélectionné au troisième rang du repêchage de 2021, était encore aux couches lorsque Staal a été choisi au deuxième échelon du repêchage de 2003. Power n’avait pas encore célébré son premier anniversaire de naissance.

Staal, qui a aussi remporté la Coupe Stanley en 2006 et le Championnat mondial de hockey en 2007, n’a pas joué dans la LNH depuis que le Canadien de Montréal s’est incliné lors du cinquième match de la dernière finale de la Coupe Stanley. Il a toutefois participé à quatre parties de la Ligue américaine, avec le Wild de l’Iowa, pour se préparer en vue des Jeux de Pékin.

Power est un nom connu en défensive, mais il est au moins 10 ans plus jeune que tous les autres défenseurs de l’équipe canadienne.

Levi, qui a été nommé joueur le plus utile du Championnat mondial de hockey junior de 2021, a aidé le Canada à décrocher la médaille d’argent à ce tournoi. Cette saison, à l’Université Northeastern, il affiche un pourcentage d’arrêts de ,948 et une moyenne de buts alloués de 1,47.

Outre Noreau, Mat Robinson et Eric O’Dell, qui ont aussi participé aux Jeux de Pyeongchang, seront de retour.

Le Canada a mis la main sur la médaille d’or olympique en 2002, en 2010 et en 2014, avec des joueurs de la LNH, mais il n’est pas grimpé sur la plus haute marche du podium d’un tournoi olympique sans la LNH depuis 1952.

La LNH a pris part à cinq Jeux olympiques consécutifs, entre 1998 et 2014, mais elle n’y était pas il y a quatre ans, quand les athlètes olympiques de Russie ont gagné la médaille d’or.

À voir en vidéo