Hockey Canada dévoile la composition de l’équipe féminine pour Pékin

Marie-Philip Poulin (photo) et Rebecca Johnston sont les têtes d’affiche de l’équipe de hockey féminin du Canada qui participera aux Jeux olympiques de Pékin.
Photo: Jeff McIntosh Archives La Presse canadienne Marie-Philip Poulin (photo) et Rebecca Johnston sont les têtes d’affiche de l’équipe de hockey féminin du Canada qui participera aux Jeux olympiques de Pékin.

Marie-Philip Poulin et Rebecca Johnston sont les têtes d’affiche de l’équipe de hockey féminin du Canada qui participera aux Jeux olympiques de Pékin, et dont la composition a été dévoilée par mode virtuel mardi.

Poulin et Johnston représenteront le pays pour la quatrième fois de leur carrière aux Jeux olympiques après avoir mérité des médailles d’or en 2010 et en 2014, et l’argent en 2018.

« C’est vraiment dur de décrire l’émotion ressentie à une cérémonie d’ouverture, a dit Poulin. Vous réalisez que vous y êtes. C’est toujours un honneur de jouer pour le Canada. »

Le groupe de 23 joueuses inclut trois gardiennes de buts, sept défenseuses et 13 attaquantes.

 

Treize de ces joueuses faisaient partie de l’équipe qui a perdu la finale pour la médaille d’or des Jeux de 2018 en Corée du Sud, 3-2 en tirs de barrage contre les États-Unis.

Les Canadiennes amorceront le tournoi le 3 février — la veille de la cérémonie d’ouverture — avec un match préliminaire contre la Suisse. La grande finale sera présentée le 16 février.

« Nous sommes confiants suite au travail déjà fait, mais nous avons aussi hâte de poursuivre le travail de manière à avoir du succès à Pékin », a dit l’entraîneur-chef Troy Ryan de Spryfield, en Nouvelle-Écosse.

Vingt-neuf joueuses se sont rassemblées dans un environnement centralisé, à Calgary en juillet, pour entamer la préparation olympique. La défenseuse Meaghan Mikkelson et les attaquantes Victoria Bach et Kristin O’Neill ont été les dernières joueuses retranchées.

Les hockeyeuses canadiennes prennent toutes les précautions pour éviter de contracter le coronavirus et être en mesure de s’envoler le 26 janvier pour Pékin, a mentionné la directrice des opérations hockey de la formation, Gina Kingsbury.

« À partir de maintenant, nous sommes essentiellement dans une bulle, a dit Kingsbury. Collectivement, nous allons tout faire pour rester en sécurité et créer le bon environnement. Non seulement pour rester en santé, mais aussi pour être à notre mieux et pour se préparer. »

La défenseuse Jamie Bourbonnais et les attaquantes Jessie Eldridge et Julia Gosling ont été libérées le 3 décembre.

Mikkelson, qui a pris part à trois Jeux olympiques et qui, à 37 ans, était l’aînée des joueuses centralisées, n’a participé à aucun match jusqu’à la mi-décembre.

Une grave blessure à un genou survenue lors d’un match de l’Association des joueuses de hockey professionnel féminin (AJHPF), en mai, a nécessité une opération et une longue période de rééducation.

Les défenseuses Erin Ambrose et Micah Zandee-Hart, qui avaient été libérées de l’équipe de 2018, ont été nommées au sein de la formation de 2022.

Kristin Campbell, Ann-Renée Desbiens et Emerance Maschmeyer seront les gardiennes de but.

 

La brigade défensive réunira Ambrose, Zandee-Hart, Ashton Bell, Renata Fast, Jocelyne Larocque, Ella Shelton et Claire Thompson.

Emily Clark, Mélodie Daoust, Sarah Fillier, Brianne Jenner, Emma Maltais, Sarah Nurse, Jamie Lee Rattray, Jillian Saulnier, Natalie Spooner, Laura Stacey et Blayre Turnbull se joindront à Poulin et Johnston pour former le groupe d’attaquantes.

Le Canada a défait les États-Unis 3-2, en prolongation le 31 août dernier, pour remporter un premier titre au Championnat du monde depuis 2012. Cette compétition a été reprogrammée et relocalisée à Calgary après que la Nouvelle-Écosse eut annulé le tournoi, qui devait avoir lieu en avril.

L’équipe féminine du Canada a joué un total de 27 parties depuis le mois de juillet au Championnat du monde, et contre des équipes féminines des États-Unis et de la Finlande, des joueurs masculins de calibre junior A et de moins de 17 ans et contre l’AJHPF.

Une série de neuf matchs contre les États-Unis a été réduite à six rencontres, toutefois, à cause de cas de la COVID-19 au sein de l’équipe canadienne, ce qui a aussi retardé le dévoilement de l’équipe olympique, prévu pour le 22 décembre.

À voir en vidéo