Ça passe ou ça casse pour les bosseurs canadiens à Deer Valley

Mikaël Kingsbury, champion olympique en titre, est pour l’instant le seul bosseur assuré d’obtenir son laissez-passer pour Pékin.
Photo: Sean Kilpatrick La Presse canadienne Mikaël Kingsbury, champion olympique en titre, est pour l’instant le seul bosseur assuré d’obtenir son laissez-passer pour Pékin.

Les bosseurs canadiens jouent leurs dernières cartes afin d’obtenir une qualification olympique à la Coupe du monde de ski acrobatique de Deer Valley, où deux manches de bosses seront présentées, jeudi et vendredi.

Le processus est complexe (voir plus bas) et une bonne performance ne garantira pas une place à Pékin. Mikaël Kingsbury, champion olympique en titre, est pour l’instant le seul bosseur assuré d’obtenir son laissez-passer, bien que ce soit presque dans la poche pour Justine Dufour-Lapointe, médaillée d’or à Sotchi et d’argent à Pyeongchang.

Voici un bref survol des autres athlètes qui pourraient se qualifier pour les prochains JO.

Chloé Dufour-Lapointe

La médaillée d’argent des Jeux de Sotchi a dû pousser un soupir de soulagement après avoir récolté une huitième place à Tremblant, son meilleur résultat en deux ans en simple et son deuxième top-10 seulement. Un gros week-end l’attend en Utah.

Berkley Brown

La jeune Ontarienne de 21 ans compte trois résultats dans le top-16 depuis deux ans et est la deuxième Canadienne au classement de la Coupe du monde derrière Chloé cette saison. Elle a pris deux fois le 18e rang à Tremblant. Son meilleur résultat en simple a été sa 11e place en Suède plus tôt cette saison.

Justine Dufour-Lapointe

Deux top-10 en simple et une neuvième place en parallèle aux Mondiaux 2021 devraient lui permettre de tenter de devenir la deuxième femme seulement à récolter trois médailles olympiques après la Norvégienne Kari Traa. Elle vient de connaître à Tremblant son meilleur week-end de la saison.

Sofiane Gagnon

Elle a raté l’étape de Tremblant en raison de la COVID-19, ce qui pourrait la priver de points importants. Quatrième des duels aux Mondiaux d’Almaty, elle a terminé neuvième à Idre Fjäll, en Suède et otenu deux top-16 cette saison.

Gabriel Dufresne

Sa 10e place de vendredi lui a permis de gagner plusieurs points, mais une décevante 28e place samedi a fait en sorte que son week-end en sol québécois lui a fait faire du surplace.

Brenden Kelly

Après une étape difficile à l’Alpe d’Huez en décembre, le Britanno-Colombien a repris de belle façon avec une 13e et une 10e place à Tremblant. Celui qui a pris la quatrième place des bosses en parallèles des derniers Championnats du monde compte quatre top-16 depuis deux ans et une 17e place aux Mondiaux.

Laurent Dumais

Sixième des derniers Mondiaux, Dumais a commencé sa saison avec les deux manches de Tremblant, où il a pris les 15e et 14e places. Il doit connaître un bon week-end à Deer Valley pour devancer tous ceux devant lui.

Processus de sélection

Se tailler une place en ski acrobatique ne signifie pas seulement de faire partie des meilleurs de son sport, mais bien d’être parmi les meilleurs de toutes les disciplines constituant le ski acrobatique : bosses, sauts, demi-lune, grand saut, ainsi que le ski cross (une discipline alpine, mais reléguée au ski acro dans le processus olympique).

Ces cinq disciplines ont un maximum de 30 places à attribuer, dont un maximum de 16 par genre et chaque discipline ne peut envoyer plus de quatre athlètes du même sexe. Une discipline ne peut ramasser les places d’une autre non plus : si cinq bosseuses ont récolté plus de points dans le processus de sélection que la quatrième athlète du ski cross, par exemple, l’équipe féminine de bosses ne peut obtenir une cinquième place pour remplacer la quatrième dont aurait pu profiter le ski cross.

L’équipe canadienne de bosses pour les Jeux olympiques de Pékin sera divulguée le 24 janvier. Les compétitions de bosses se dérouleront à Secret Garden, du 3 au 6 février.

À voir en vidéo