Chantal Machabée devient v.-p. des communications du Canadien

Pendant plus de 32 ans, Chantal Machabée a couvert l’ensemble du sport québécois, notamment les activités quotidiennes du Tricolore, pour RDS.
Photo: Canadien de Montréal Pendant plus de 32 ans, Chantal Machabée a couvert l’ensemble du sport québécois, notamment les activités quotidiennes du Tricolore, pour RDS.

Chantal Machabée a quitté son poste de journaliste sportive au Réseau des sports (RDS) afin d’accepter le rôle de vice-présidente communications du Canadien de Montréal, a annoncé le propriétaire, président et chef de la direction du Groupe CH, Geoff Molson, mercredi matin.

Dans ses fonctions, elle travaillera en étroite collaboration avec la direction des opérations hockey et sera responsable de la gestion de l’ensemble des communications de ce secteur. Elle relèvera directement de la présidente sports et divertissements du Groupe CH, France Margaret Bélanger.

La nouvelle s’est attirée les éloges de ses homologues journalistes, mercredi. « Le CH a sélectionné une candidate idéale, qui saura faire changer les choses pour le mieux », a écrit sur Twitter la journaliste à RDS et au 91,9 sports Daphnée Malbœuf. « Tout un catch ! » a de son côté résumé Elizabeth Rancourt, qui couvre les activités du Canadien à TVA Sports.

Pionnière

 

Pendant plus de 32 ans, Machabée a couvert l’ensemble du sport québécois, notamment les activités quotidiennes du Tricolore, pour RDS. Véritable pionnière au sein de l’industrie de la télédiffusion sportive, elle était devenue en 1989 la première femme à animer un bulletin de nouvelles sportives au Québec — aux côtés de Serge Deslongchamps.

« J’ai eu le privilège de connaître une carrière de plus de 38 ans dans le métier, dont plus de 32 à RDS, et j’en suis extrêmement reconnaissante. Un nouveau chapitre s’ouvre maintenant à moi et c’est avec grand bonheur que j’accepte ce nouveau défi », a déclaré Machabée au sujet de sa nomination.

La reporter vétérane avait été aux premières loges d’un lent changement de mentalités dans son milieu, souvent taxé d’être un « boy’s club ».

L’ancienne journaliste-animatrice soulignait au Devoir l’été dernier que cela ne fait pas si longtemps que les femmes avaient réussi à faire leur place dans le milieu du journalisme sportif, et encore moins dans celui du hockey. « [Comme journaliste], tu ne commences pas en couvrant le hockey, tu commences avec d’autres sports. Donc, ça prend du temps pour développer une expertise et, en ce moment, on se retrouve avec un panel d’expérience qui est surtout masculin. »

Des commentaires sexistes, elle racontait aussi en avoir reçu des tonnes à ses débuts. « “Retourne à tes chaudrons”, “tu voles la job d’un homme”, “tu veux juste trouver un chum”. On me demandait si je comprenais ce qu’il se passait sur la glace, ce qu’était un hors-jeu. On me mettait au défi en me posant des questions sur le record de tel ou tel joueur. Je savais que c’était un passage obligé. »

Si cette réalité a changé pour le mieux, sans pour autant être exempte de relents rétrogrades, les successeures de Chantal Machabée lui attribuent aujourd’hui une grande part du mérite. « Tu continues de foncer et de paver la voie pour nous toutes ! Que c’est beau ! », a écrit Daphnée Malbœuf mercredi.

Avec Le Devoir

À voir en vidéo