L’exemption médicale accordée à Novak Djokovic provoque un débat

Certaines personnes s’interrogent sur les raisons pour lesquelles Djokovic pourrait bénéficier d’une exemption.
Paul Crock (Archives) Agence France-Presse Certaines personnes s’interrogent sur les raisons pour lesquelles Djokovic pourrait bénéficier d’une exemption.

Maintenant qu’il a obtenu une exemption médicale, Novak Djokovic pourrait devoir offrir des explications une fois qu’il sera arrivé à Melbourne, où il doit défendre son titre de champion du simple masculin des Internationaux de tennis d’Australie.

L’exemption assure à Djokovic, numéro un mondial, de pouvoir participer au tournoi peu importe son statut vaccinal pour la COVID-19.

Il s’agit d’un sujet qu’il a refusé de clarifier après des mois de spéculations sur le fait qu’il pourrait manquer le premier tournoi majeur de la saison s’il ne peut prouver qu’il a reçu deux doses de vaccin contre le coronavirus.

Cette condition de devoir démontrer la double vaccination a été imposée par le gouvernement de l’État de Victoria et touche tous les joueurs, le personnel, les spectateurs et les officiels qui arrivent à Melbourne Park, site du tournoi qui doit commencer le 17 janvier.

L’annonce de Djokovic sur les médias sociaux selon laquelle il allait s’envoler vers l’Australie, où il tentera de mériter un 21e titre en simple masculin à l’un des quatre tournois du Grand Chelem, a provoqué un débat et tapissé la une des journaux, mercredi.

Certaines personnes s’interrogent sur les raisons pour lesquelles Djokovic pourrait bénéficier d’une exemption alors que d’autres défendent son droit à la vie privée.

Craig Tiley, directeur des Internationaux d’Australie, a défendu la « demande et le processus tout à fait légitimes » et a insisté sur le fait qu’il n’y avait pas de traitement spécial pour Djokovic.

Seulement 26 personnes liées à l’événement du Grand Chelem du tennis ont demandé une exemption et, selon Tiley, seule une « poignée » — estimée à environ cinq — a été accordée.

À voir en vidéo