Haaland, le buteur prodige qui va affoler le marché des transferts

Le contenu exact du contrat de Haaland, qui expire en 2024, est un secret bien gardé.
Photo: Ina Fassbender Agence France-Presse Le contenu exact du contrat de Haaland, qui expire en 2024, est un secret bien gardé.

Plus fort que Lionel Messi et Cristiano Ronaldo au même âge, déjà courtisé par le FC Barcelone, le Real Madrid, Manchester City : Erling Haaland, le prodigieux buteur norvégien du Borussia Dortmund (21 ans), s’avance comme l’un des joueurs les plus convoités du marché des transferts (ou mercato) en 2022.

Son agent, Mino Raiola, a alimenté les spéculations en décembre en affirmant qu’il y avait « de fortes chances qu’Erling quitte Dortmund, peut-être cet été, peut-être l’été prochain ».

« Il peut, et veut, franchir la marche suivante », a dit Raiola, pour qui « le Bayern, le Real, Barcelone, Manchester City, c’est le genre de grands clubs où il peut aller. Lorsqu’il a signé à Dortmund, nous savions tous que cette prochaine étape viendrait ».

Le président du FC Barcelone, Joan Laporta, a déjà rencontré Raiola. Mais la presse européenne envoie plutôt le Scandinave vers le Real Madrid ou Manchester, voire le Paris SG… Le journal allemand Bild affirme aussi que le Bayern n’a pas renoncé, si jamais Robert Lewandowski devait partir cet été.

Bref, le Borussia Dortmund, qui vient d’être éliminé en phase de groupe de la Ligue des champions et qui n’a pas remporté la Bundesliga depuis 2012, n’a ni l’envergure ni les moyens pour retenir très longtemps son canonnier.

150 millions

Le contenu exact du contrat de Haaland, qui expire en 2024, est un secret bien gardé. Les médias allemands parlent d’une clause de départ de 75 à 90 millions d’euros dès 2022, mais le patron du Borussia, Hans-Joachim Watzke, a démenti la rumeur.

Watzke ne semble guère se faire d’illusions. Il veut juste savoir le plus vite possible quel sera l’avenir du colosse norvégien, arrivé en 2020 en provenance de Salzbourg : « Nous allons encore discuter dans les prochaines semaines », disait-il au début du mois, « et nous allons tous faire en sorte de ne pas attendre mars ou avril pour connaître la décision ».

Le site spécialisé transfermarkt.de estime la valeur du génie à 150 millions d’euros (220 millions de dollars), si toutefois son prix devait être fixé par le libre jeu du marché. Ce qui ferait de lui le joueur le plus cher de l’histoire après Neymar et Kylian Mbappé, acquis respectivement pour 222 et 180 millions d’euros par le Paris SG.

Mieux que Ronaldo

 

Recruter Haaland, encore en début de carrière, serait un coup gagnant à plusieurs titres. Faire la liste complète de ses records de précocité prendrait déjà une page entière, mais quelques chiffres donnent la mesure du phénomène.

Depuis qu’il a quitté la Norvège pour le RB Salzbourg (Autriche), à l’âge de 18 ans, puis pour Dortmund, un an plus tard, il a marqué en club 105 buts en 106 matchs.

En Ligue des champions, son ratio est encore plus impressionnant, avec déjà 23 réalisations en 21 rencontres seulement. Au même âge (21 ans et 6 mois), Ronaldo — meilleur buteur de tous les temps en Ligue des champions avec 140 filets — n’avait toujours pas marqué le moindre but dans la compétition reine. Et il lui avait fallu 61 rencontres de C1 pour atteindre cette barre des 23 buts.

Le tempérament de leader de Haaland, chef de bande au langage corporel de guerrier, sera en outre le bienvenu dans n’importe quel club du monde. Et son professionnalisme exacerbé, son humilité et son acharnement au travail font de lui un joueur facile à gérer, bien éloigné des divas à la vie privée et aux sautes d’humeur dévastatrices.

23
C’est le nombre de buts qu’Erling Haaland a déjà marqué en Ligue des champions. C’est largement mieux que Cristiano Ronaldo au même âge.

S’il marque la majorité de ses buts de près grâce à son sens du placement et à son accélération dans la surface, il est aussi un joueur collectif : en 10 matchs de Bundesliga cette saison, il a offert à ses coéquipiers cinq passes décisives, en plus de ses 13 buts.

De quoi faire de lui l’une des vedettes de l’année 2022 sur la planète soccer, même si la sélection norvégienne n’a pas réussi à se qualifier pour la Coupe du monde au Qatar (21 novembre-18 décembre).

À voir en vidéo