Charles Hamelin conclut sa carrière en Coupe du monde avec une dernière médaille

Le Québécois Charles Hamelin
Photo: Zsolt Czegledi / MTI via Associated Press Le Québécois Charles Hamelin

Le vétéran Charles Hamelin a mis fin à sa carrière en Coupe du monde de patinage de vitesse sur courte piste en contribuant à la médaille d’argent du Canada lors du relais masculin 5000 mètres dimanche à Dordrecht dans les Pays-Bas.

Charles Hamelin, Pascal Dion, Steven Dubois et Maxime Laoun semblaient sur le point d’aller chercher une autre médaille d’or, comme ils l’avaient fait la fin de semaine dernière en Hongrie.

Toutefois, Dubois a été devancé de justesse quand le Sud-Coréen Kwak Yoon-gy a étendu la jambe à la ligne d’arrivée pour déloger les Canadiens de la première marche du podium.

Le Canada a inscrit un chrono de 6 minutes 46,963 secondes lors de la dernière épreuve au programme du week-end. Ils ont terminé à 23 millièmes de seconde de la Corée du Sud.

Bien qu’il ne s’agisse pas de la couleur qu’ils espéraient, la médaille d’argent a aidé les Canadiens à s’assurer du premier rang au classement de la Coupe du monde avec un total de 28 000 points.

La médaille obtenue dimanche au relais masculin a par ailleurs porté à 142 le nombre de médailles que Hamelin a remportées dans sa carrière sur le circuit de la Coupe du monde, soit 58 d’or, 42 d’argent et 42 de bronze.

Ce total comprend 84 médailles dans les distances individuelles (37 d’or, 21 d’argent et 26 de bronze) et 58 dans les relais (21 d’or, 21 d’argent et 16 de bronze).

Il a par ailleurs été couronné champion du classement général dans les distances individuelles en 2009-2010 (500 m), 2012-2013 (500 m) et 2013-2014 (1000 m, 1500 m).

Un tel palmarès incite beaucoup de gens à qualifier Hamelin de légende vivante de son sport. C’est ce qu’a d’ailleurs fait l’annonceur maison, dimanche, une marque d’attention qui le touche beaucoup.

« C’était ma dernière journée [en Coupe du monde] et je savais que j’avais seulement quelques courses à faire, car je n’étais pas classé pour le 1000 mètres, donc j’ai essayé de respirer lentement et de regarder autour de moi pour vraiment m’imprégner de l’énergie de la compétition, parce que c’était vraiment ma dernière. C’est une belle place ici à Dordrecht », a déclaré Hamelin.

« J’ai eu des super compétitions dans le passé et j’ai fini avec une médaille d’argent. Je sais ce que j’ai accompli, mais je suis dans le moment présent et je vis en fonction de ce que je dois faire aujourd’hui. Je vais vraiment réaliser ce que j’ai fait quand je vais arrêter, mais quand on me le dit ou quand l’annonceur à l’aréna l’a signalé à plusieurs reprises lors de la compétition, ça vient me chercher des émotions, c’est sûr. Je me sens un petit peu fébrile et ça fait chaud au cœur d’entendre ça. »

Bien que son passage sur le circuit de la Coupe du monde soit maintenant terminé après 19 saisons, le patineur de Sainte-Julie prendra part aux Jeux olympiques cet hiver à Pékin ainsi qu’aux Championnats du monde à Montréal avant d’accrocher ses patins pour de bon.

Un premier titre pour Dion

 

Par ailleurs, Dion a mis la main sur le premier titre de sa carrière en Coupe du monde, terminant au sommet du classement général du 1000 mètres.

Lors de la quatrième et dernière étape de la saison, Dion a complété l’épreuve du 1000 mètres au quatrième rang, en 1:24,026. Le Hongrois Shaoang Liu a récolté l’or en 1:23,791.

Au classement général, Dion a amassé un total de 20 800 points grâce à des troisièmes places à Pékin, le 24 octobre, et à Nagoya, le 31 octobre, et une deuxième place le week-end dernier en Hongrie.

Il a devancé le Sud-Coréen Daeheon Hwang, qui a terminé la saison avec 20 115 points.

« J’étais certain de finir premier au cumulatif du 1000 mètres, donc je n’avais vraiment aucune pression aujourd’hui. Avec mon entraîneur, on a décidé que j’allais essayer une nouvelle stratégie pour voir si ça m’allait. Le but, c’était plutôt pour prendre de l’expérience et courir d’une façon différente », a expliqué Dion.

« C’est sûr que le résultat n’était pas là, mais je suis quand même satisfait. Depuis toutes mes années en Coupe du monde, je n’avais encore jamais fait un top 10 au classement général, donc finir premier c’est quand même nouveau. Je ne m’attendais pas à être en position pour avoir un résultat comme celui-là cette année. »

Du côté féminin, la Sherbrookoise Kim Boutin a fini son week-end avec trois médailles.

 

Après avoir obtenu l’or sur 500 mètres samedi, Boutin a ajouté une médaille d’argent sur 1000 mètres, en 1:28,510. La Sud-Coréenne Minjeong Choi l’a devancée grâce à un chrono de 1:28,417.

La Canadienne Courtney Sarault (1:29,235) s’est classée quatrième.

Boutin, Sarault, Florence Brunelle et Alyson Charles ont plus tard uni leurs forces pour récolter une médaille d’argent au relais féminin 3000 mètres.

Les quatre Canadiennes ont fait stopper le chronomètre en 4:06,102, derrière les Pays-Bas (4:05,813).

 

« Ça me satisfait amplement d’aller retrouver un peu de confiance sur cette distance », a déclaré Boutin au sujet du 1000 mètres.

« Je suis contente de monter sur le podium, ça fait du bien ! Toute la saison, on a vu les Néerlandaises dominer au relais. On est au stade où on la voulait tellement, cette médaille d’or, qu’on est un peu fâchées de notre résultat. On a fait une super belle course, mais je pense qu’on a encore besoin de peaufiner le synchronisme de nos échanges et notre ordre de relais. Pour nous, c’est ça qui va être le focus dans les prochains mois. »

À voir en vidéo