Ducharme s’inspire de ses souvenirs

Ce sera un deuxième séjour au centre pour Drouin depuis qu’il s’est joint au CH, en 2017.
Photo: Darryl Dyck La Presse canadienne Ce sera un deuxième séjour au centre pour Drouin depuis qu’il s’est joint au CH, en 2017.

Dominique Ducharme a misé sur ses expériences passées dans les rangs juniors dans l’espoir de créer la petite étincelle qui relancera peut-être le Canadien de Montréal cette saison. L’entraîneur-chef du CH a ainsi décidé de ramener Jonathan Drouin au centre d’un trio complété par Josh Anderson et Mike Hoffman, lundi matin, lors d’une séance d’entraînement tenue au Complexe sportif Bell de Brossard.

Ducharme avait déjà tenté l’expérience à l’époque où il dirigeait Drouin dans les rangs juniors, avec les Mooseheads de Halifax. Ce sera également un deuxième séjour pour le Québécois au centre depuis qu’il s’est joint au Canadien, le 15 juin 2017.

« On avait parlé même avant le début du camp de la possibilité que Jonathan soit muté au centre. Dernièrement, avec Anderson et Hoffman, les trois jouent du bon hockey, donc on les réunit. Jonathan a un bon sens du jeu, sa compréhension du jeu est excellente, et il est bon quand il est en mouvement aussi », a d’abord mentionné Ducharme.

Drouin, le meilleur marqueur du Canadien avec un rendement de deux buts et cinq mentions d’aide en dix parties jusqu’ici cette saison, s’est dit prêt à relever le défi proposé par Ducharme — même si rien n’est confirmé pour l’instant en prévision du match de mardi soir face aux Red Wings de Detroit au Centre Bell. « On a discuté de cette possibilité-là pendant l’été. J’ai joué au centre dans les rangs juniors et un peu ici, à Montréal. En ce moment, c’est au “coach” à faire les lignes et à moi de jouer, peu importe ma position », a dit Drouin.

« C’est sûr que [jouer au centre] va me donner plus de vitesse, je serai un peu plus libre sur les sorties de zone, plutôt que d’être collé sur la rampe à attendre une passe, a-t-il ajouté. Dans mes bonnes années dans le junior, c’est ça que je faisais bien. J’ai la vitesse pour faciliter une sortie de zone, et je devrai aussi m’assurer de ne pas tricher en repli défensif, pour aider mes défenseurs dans notre territoire. C’est une adaptation, mais je pense que ce sera similaire à ma première année au centre ici. »

Ce n’était pas le seul changement apporté par Ducharme. Il a aussi remanié sa défensive, en l’absence de Jeff Petry. Alexander Romanov s’est ainsi retrouvé avec Ben Chiarot, tandis que Mattias Norlinder, de retour, effectuait des répétitions en rotation avec Sami Niku et Chris Wideman.

Caufield à Laval

Un peu plus tôt en matinée, le Canadien a annoncé avoir cédé l’attaquant Cole Caufield au Rocket de Laval, et rappelé Michael Pezzetta du club-école. « J’ai reçu l’appel hier soir de [l’entraîneur-chef du Rocket] Jean-François Houle pour me dire que j’étais rappelé. J’étais super excité. C’était assez invraisemblable », a dit Pezzetta.

Pezzetta a effectué des répétitions au sein de la quatrième unité à l’entraînement lundi en compagnie d’Adam Brooks et de Cédric Paquette — qui a été suspendu deux matchs par la ligue pour sa mise en échec par-derrière aux dépens de l’attaquant des Ducks d’Anaheim Trevor Zegras dans la défaite de 4-2 encaissée dimanche soir.

De son côté, Caufield, qui est âgé de 20 ans, n’est que l’ombre de lui-même après avoir obtenu une seule mention d’aide en dix rencontres avec le Tricolore cette saison.

Selon Ducharme, le long parcours éliminatoire du Tricolore l’été dernier, jumelé à la pression qu’il s’est lui-même mise sur les épaules pour la présente saison, a contribué aux récents déboires de Caufield. Il croit tout de même que le lauréat du trophée Hobey-Baker remis au joueur par excellence du circuit universitaire américain l’an dernier rebondira rapidement.

« Le fait qu’il n’ait pas marqué au début, ça lui a joué dans la tête. Ce sont toutes de petites choses comme ça qui font que de prendre un pas vers l’arrière, pour retrouver sa confiance, jouer, avoir du temps avec la rondelle, fabriquer des jeux, ça lui fera du bien. […] Des joueurs comme [Brad] Marchand et [David] Pastrnak ont dû vivre la même chose et sont devenus d’excellents joueurs. Et c’est ce qu’on pense de Cole aussi. Ça fait partie du processus », a mentionné le pilote du Tricolore.

À voir en vidéo