Un autre test pour la résilience du CF Montréal

Nancy doit maintenant relancer sa troupe en prévision du match de demi-finale du Championnat canadien, mercredi à Hamilton, et des trois dernières parties au calendrier de la MLS.
Photo: Chris Young La Presse canadienne Nancy doit maintenant relancer sa troupe en prévision du match de demi-finale du Championnat canadien, mercredi à Hamilton, et des trois dernières parties au calendrier de la MLS.

Les statistiques indiquent que le CF Montréal (1-0-3) n’a pas subi la défaite en quatre matchs depuis le début du mois d’octobre. Et pourtant, les hommes de Wilfried Nancy se retrouvent dans une position défavorable au classement de l’Association Est, à deux semaines de la fin de la saison.

Sept jours après avoir récupéré un point de façon spectaculaire grâce à un but de dernière seconde de Sunusi Ibrahim contre l’Union de Philadelphie, le CF Montréal s’est fait jouer le même vilain tour par Jozy Altidore et le Toronto FC dans un match nul de 1-1 samedi soir au BMO Field.

Ce dernier résultat laisse le CF Montréal (11-10-10) à égalité au sixième rang avec les Red Bulls de New York et Atlanta United avec 43 points. Cependant, la formation montréalaise est classée huitième, et donc hors du portrait des séries, parce qu’elle a joué un match de plus que ces deux clubs.

Samedi dernier au stade Saputo, le CF Montréal avait eu le dessus dans l’ensemble du match et estimait qu’il méritait les trois points.

Si l’on applique la même logique, la formation montréalaise peut s’estimer chanceuse et peut dire merci au gardien James Pantemis pour ce point supplémentaire au classement samedi soir, parce que le Toronto FC a mieux joué.

À partir du moment où Altidore a été envoyé dans la mêlée à la 66e minute, les locaux ont dominé au point d’effectuer sept tirs vers Pantemis, dont six cadrés. En moins de 30 minutes, y compris les arrêts de jeu, c’est énorme.

À lui seul, Altidore en a tenté cinq, dont quatre cadrés. En guise de comparaison, le CF Montréal a fini la rencontre avec sept tirs tentés et un seul cadré.

 

L’issue du match aurait probablement été différente si Djordje Mihailovic, à la 76e minute, et Bjorn Johnsen, à la 90e, avaient pu profiter de belles occasions près du filet adverse. Dans les deux cas, leurs tirs ont été imprécis.

Stoppé par Pantemis en trois occasions auparavant, Altidore n’a pas raté le sien à la 95e minute avec le résultat que l’on sait.

De son propre aveu, Nancy n’a pas parlé à ses joueurs dans les secondes qui ont suivi le coup de sifflet final. Il comptait plutôt le faire dimanche.

Bien conscient de la déception, voire de la frustration, qu’ils ressentaient tous, Nancy, un homme posé et réfléchi, voulait sans doute se donner autant de temps que possible pour façonner le message qu’il voulait livrer à ses joueurs pour cicatriser leurs plaies.

Devant les journalistes, samedi soir, Nancy a cherché à relativiser le résultat final en rappelant, entre autres choses, que le Toronto FC compte encore sur des joueurs de qualité, ce qui est indéniable.

« Ce que je retiens, c’est tout le match, excepté les dix secondes de la fin parce que, si on remet les choses dans le contexte, il y avait beaucoup de joueurs qui vivaient pour la première fois un derby à Toronto », a déclaré Nancy.

« J’étais satisfait, parce que c’est un match difficile à jouer par rapport au contexte et, avant les dix dernières secondes, on a fait ce qu’il fallait, même si on a eu des hauts et des bas », a-t-il ajouté.

Championnat canadien

 

Nancy doit maintenant relancer sa troupe en prévision du match de demi-finale du Championnat canadien, mercredi à Hamilton, et des trois dernières parties au calendrier de la MLS.

Cette reprise en MLS va commencer samedi prochain au New Jersey face aux Red Bulls, une formation qui n’a pas perdu depuis le 14 septembre (6-0-2), qui n’a concédé que trois buts lors de ses huit dernières sorties et qui compte quatre victoires d’affilée.

Suivront deux matchs à domicile, contre Houston, un club déjà éliminé dans l’Association Ouest, et Orlando City SC lors du dernier dimanche de la saison, le 7 novembre.

« Il faut continuer à travailler. Il reste peu de matchs. On joue pour un titre en Championnat canadien et on est toujours dans la course aux séries. C’est serré. Ça va être impératif de jouer un bon match samedi prochain », a résumé Zachary Brault-Guillard.

Pour cette jeune équipe qui a joué au-delà des attentes jusqu’à maintenant, il s’agira d’un test de son niveau de résilience.

À voir en vidéo