Six décennies d’attente pour la série Braves contre Astros

Yuli Gurriel (10), des Astros de Houston, a été retiré par le joueur des Braves d’Atlanta Brandon Phillips (4) après avoir tenté de voler le deuxième but à la quatrième manche d’un match en 2017, à Atlanta.
Photo: John Bazemore Associated Press Yuli Gurriel (10), des Astros de Houston, a été retiré par le joueur des Braves d’Atlanta Brandon Phillips (4) après avoir tenté de voler le deuxième but à la quatrième manche d’un match en 2017, à Atlanta.

Freddie Freeman qui s’élancera sur la plus grande scène du baseball pour la première fois, Jose Altuve et sa bande qui seront de retour encore une fois. Cette année, la série mondiale verra s’affronter Luis Garcia, Framber Valdez et les jeunes artilleurs des Astros de Houston contre Ozzie Albies, Austin Riley et tous les jeunes frappeurs affamés des Braves d’Atlanta.

Braves-Astros, une Série mondiale riche en histoires — et même un duel familial. Troy Snitker, le fils de Brian Snitker, gérant des Braves, est instructeur des frappeurs chez les Astros.

« La famille Snitker aura un trophée de la Série mondiale, a souligné le père samedi soir. J’ignore lequel d’entre nous l’obtiendra, mais nous en aurons un. C’est assez cool, il faut l’admettre. »

Une série qui est attendue depuis six décennies, qui opposera deux anciens rivaux de la Ligue nationale qui ont croisé le fer plus de sept cents fois, dont cinq fois en séries éliminatoires. Il suffit de penser au “Hammer” ou au “Toy Cannon” lors du concours de coups de circuit à l’Astrodome, ou encore à Greg Maddux, Tom Glavine et John Smoltz contre Jeff Bagwell et Craig Biggio les soirs de juin sur la chaîne TBS.

En raison des contraintes du calendrier et de la COVID-19, les Astros et les Braves ne se sont pas affrontés depuis 2017. Ils auront rendez-vous pour le premier match de la Série mondiale mardi soir à Houston.

Selon FanDuel Sportsbook, les Astros sont les favoris à 3-contre-2.

Mais avant tout, une précision : ce ne sont pas tous les amateurs de baseball qui se réjouissent de la présence de ces deux équipes en série de championnat.

Altuve et ses coéquipiers des Astros Carlos Correa, Alex Bregman et Yuli Gurriel porteront pour toujours l’étiquette de tricheurs à cause du scandale du vol des signaux qui a éclaté après leur conquête de la Série mondiale en 2017.

Au Minute Maid Park, ils sont encensés. Partout ailleurs, ils sont hués — et plus encore — puisqu’ils sont considérés comme des parias.

Les Astros participeront à la Série mondiale pour la troisième fois en cinq ans, malgré l’absence de leur as Justin Verlander, qui a raté la campagne après avoir subi une opération de type Tommy John.

Pour leur part, les Braves ont fait fi de la grave blessure subie par leur joueur étoile Ronald Acuna fils, en juillet, et ont connu une excellente fin de saison, après avoir présenté une fiche ordinaire de 52-55 tôt au mois d’août. Propulsés par le joueur par excellence de la série de championnat de la Nationale Eddie Rosario, les Braves participeront à la Série mondiale pour la première fois depuis 1999.

700
C’est le nombre de fois que les Braves d’Atlanta et les Astros de Houston, deux anciens rivaux de la Ligue nationale, ont croisé le fer, dont cinq fois en séries éliminatoires.

La quête éternelle de Baker

Sur le terrain — et sur le banc —, tous les yeux seront tournés vers le gérant des Astros, Dusty Baker.

Il a remporté la Série mondiale à l’époque où il jouait pour les Dodgers de Los Angeles en 1981, et a mené cinq clubs en séries éliminatoires dans un rôle de gérant, sans jamais l’emporter.

Baker a accepté son poste en 2020 à la suite du scandale qui a ébranlé les Astros — « je dois encore accomplir quelque chose », a-t-il dit — et à 72 ans, avec une feuille de route stupéfiante, il obtient une autre chance de savourer un championnat.

« L’an dernier, j’avais l’impression d’être un professeur suppléant. J’étais un étranger, a dit Baker. Mais cette année, ils m’ont fait sentir comme chez moi, et j’ai vraiment senti que nous avons développé une belle relation. C’est ça, l’important. Tout le monde parle du travail d’équipe, parle de l’équipe, mais c’est une relation qui se bâtit entre chacun d’entre nous. »

La carrière de Baker est intimement liée à cette rivalité. Il a joué avec le légendaire Hank Aaron chez les Braves en 1968, et a obtenu son premier coup sûr dans les Ligues majeures à l’Astrodome dans une défaite contre Jimmy Wynn et les Astros.

À voir en vidéo