Ducharme brasse les cartes

«La situation idéale pour moi serait d’arriver chaque jour avec les quatre mêmes trios et les trois mêmes paires de défenseurs», a admis Ducharme.
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne «La situation idéale pour moi serait d’arriver chaque jour avec les quatre mêmes trios et les trois mêmes paires de défenseurs», a admis Ducharme.

À la recherche d’une étincelle, l’entraîneur-chef du Canadien de Montréal, Dominique Ducharme, a remanié ses trios à l’entraînement, mercredi, alors que l’équipe traverse une séquence de quatre défaites pour commencer la campagne.

Seulement le trio de Christian Dvorak, Jonathan Drouin et Josh Anderson a survécu aux changements, alors que même les trois paires de défenseurs étaient différentes que lors du début du match de mardi, quand l’équipe a perdu 5-0 face aux Sharks de San Jose.

« La situation idéale pour moi serait d’arriver chaque jour avec les quatre mêmes trios et les trois mêmes paires de défenseurs, a admis Ducharme. Pour le moment, le seul trio qui ressemble à un trio est celui de Dvorak. Nous ne voulons pas y toucher et c’est aux autres à trouver des solutions à travers ce qu’ils peuvent faire avec de nouveaux coéquipiers. »

Nick Suzuki était maintenant entouré de Mike Hoffman et Brendan Gallagher, tandis que Mathieu Perreault se retrouvait au centre de Tyler Toffoli et Cole Caufield.

Artturi Lehkonen, Jake Evans, Cédric Paquette, Adam Brooks et Joel Armia ont effectué des répétitions au sein du quatrième trio.

« Peu importe avec qui vous jouez, vous devez exécuter le plan et livrer la marchandise », a dit Toffoli.

Le Canadien a inscrit seulement trois buts à ses quatre premiers matchs. Il connaît son pire début de campagne depuis 1995-1996, quand il avait subi la défaite à ses cinq premières sorties.

Les joueurs ont attribué les insuccès au fait qu’ils n’étaient peut-être pas tous sur la même longueur d’onde.

« C’est comme si nous voulions trop en faire, créer trop de vitesse, et c’est ça qui nous ralentit, a dit Toffoli. Si nous pouvons retrouver notre synchronisme, notre rythme et employer nos quatre trios, c’est ce qui nous amènera du succès. »

« Un joueur va trop forcer et va se sortir de sa position pour essayer d’en faire un peu plus pour peut-être… il y a trop d’espoir dans notre jeu. Si on fait si, ou si on fait ça, a renchéri Ducharme. Nous voulons éliminer les “peut-être” et contrôler ce que nous contrôlons. L’offensive va venir. Nous avons assez de talent pour faire débloquer les choses, mais en travaillant de la bonne façon. »

En défensive, Alexander Romanov se retrouvait à la gauche de David Savard, tandis que Ben Chiarot et Chris Wideman formaient aussi une paire. Jeff Petry, Brett Kulak et Sami Niku ont effectué des rotations au sein de l’autre paire.

Ducharme a toutefois noté qu’il n’était pas impossible de revoir Chiarot et Savard composer un duo jeudi, quand le Canadien accueillera Jesperi Kotkaniemi et les Hurricanes de la Caroline.

« C’est à chaque individu de fournir un meilleur effort, a souligné Chiarot. Le groupe de leaders doit s’assurer de ça. Quand vous avez une fiche de 0-4, vous devez d’abord vous regarder dans le miroir avant de pointer les autres du doigt. »

Edmundson à la maison

Le directeur général du Canadien, Marc Bergevin, a indiqué lors d’une conférence de presse que le défenseur Joel Edmundson était rentré chez lui afin d’être au chevet de son père, aux prises avec un cancer.

Bergevin a dit ne pas avoir de date en tête concernant le retour à Montréal du défenseur manitobain âgé de 28 ans.

Edmundson était déjà sur la touche depuis le début du camp en raison d’une blessure dont la nature n’a pas été dévoilée.

En 55 rencontres la saison dernière, sa première avec le Canadien, Edmundson a inscrit trois buts et 10 aides en plus d’afficher un différentiel de plus-28. Il a ajouté six aides en 22 rencontres lors des séries éliminatoires.

À voir en vidéo