Ducharme mise sur une relance du jeu de puissance pour stopper l’hémorragie

L’entraîneur-chef du Canadien, Dominique Ducharme, derrière le banc de l’équipe lors du match de samedi au Centre Bell. Le Canadien a perdu 3-1 contre les Rangers de New York.
Photo: Graham Hughes La Presse canadienne L’entraîneur-chef du Canadien, Dominique Ducharme, derrière le banc de l’équipe lors du match de samedi au Centre Bell. Le Canadien a perdu 3-1 contre les Rangers de New York.

Ce n’est un secret pour personne, l’attaque du Canadien de Montréal est en panne. L’entraîneur-chef, Dominique Ducharme, semblait toutefois soulagé lundi de l’arrivée prochaine de l’attaquant Mike Hoffman, sur la touche depuis son acquisition à titre de joueur autonome l’été dernier.

Hoffman apportera une touche offensive supplémentaire qui a fait cruellement défaut au Bleu-blanc-rouge depuis le début de la saison. Faut-il rappeler que le CH présente une fiche de 0-3 jusqu’ici, et qu’il n’a pas trouvé le fond du filet adverse en 11 avantages numériques cette saison ?

« Il faut qu’on marque plus de buts. Nous devons être meilleurs sur les unités spéciales — tant en désavantage numérique qu’en avantage numérique. Nous n’avons pas concédé beaucoup de buts à forces égales. Nous voulons jouer de façon plus rythmée, plus dynamique, en attaque, et créer plus de circulation devant le filet adverse. C’est ce qu’il nous faut », a d’abord évoqué Ducharme.

Pour remédier à la situation, Ducharme a jumelé Hoffman avec Tyler Toffoli, Christian Dvorak, Jonathan Drouin et Jeff Petry sur la première vague en supériorité numérique à l’entraînement lundi, et a placé Cole Caufield avec Nick Suzuki, Josh Anderson, Brendan Gallagher et Chris Wideman sur la seconde.

« C’est ce qu’on avait préparé cet été, mais qu’on n’a jamais pu mettre en place [pour diverses raisons]. Puisqu’on n’a pas connu un bon départ de ce côté-là, nous sommes retournés à ce que nous avions préparé l’été dernier après avoir signé Hoffman », a expliqué Ducharme.

L’entraîneur-chef a ensuite rappelé que Hoffman est plus qu’un simple tireur qui excelle en supériorité numérique. « Il fait plus que juste lancer. Il peut générer des jeux, attirer des joueurs vers lui et créer des options quand l’autre équipe lui enlève la chance de lancer, a évoqué Ducharme. Son unité a bien bougé la rondelle [lundi] matin, et ç’a donné des options de chaque côté avec Toffoli. On aime les options que ça nous donne », a-t-il répété à ce sujet.

Quant à savoir ce qu’il pouvait apporter au jeu de puissance, le principal intéressé n’a pas hésité une seconde avant de répondre. « Des buts. Je peux fabriquer des jeux, effectuer des passes, établir le jeu de puissance en entrée de territoire et lancer la rondelle vers le filet. C’est un peu ça l’avantage numérique », a résumé le vétéran âgé de 31 ans.

Hoffman soulagera Caufield

L’arrivée de Hoffman contribuera aussi à réduire la pression sur les épaules de Cole Caufield, un joueur âgé d’à peine 20 ans reconnu pour ses aptitudes offensives.

« Je vais de toute évidence lui parler, et de plus en plus au fur et à mesure que la saison progressera, a dit Hoffman au sujet de Caufield. Si je vois quelque chose, ou si je trouve quelque chose à améliorer, je vais le lui mentionner. Vous savez, c’est impossible de maîtriser un aspect du jeu à la perfection dans cette ligue. Il faut constamment vouloir s’améliorer. Il est jeune, et plus il sera confortable dans son rôle, plus il deviendra un joueur dangereux. »

De son côté, Caufield est conscient qu’il doit peaufiner son jeu, étant donné que son trio a été blanchi de la feuille de pointage à ses trois premiers matchs cette saison.

« Je sais que les gens s’attendent à ce que notre trio produise en attaque. Mais ces disettes arrivent, parfois. Ça ne fait pas longtemps que je joue dans cette ligue, donc je dois apprendre des autres gars dans l’équipe, rester positif et simplement me concentrer sur le prochain match », a mentionné le lauréat du trophée Hobey Baker, remis au meilleur joueur du championnat universitaire masculin de la NCAA la saison dernière.

Une chose est certaine, toutefois, c’est que Ducharme a confiance dans son jeune attaquant et qu’il compte lui donner du temps pour se replacer. « Ça fait partie de l’apprentissage. Il doit le vivre pour passer au travers. Il [Caufield] l’a connu à d’autres niveaux, mais c’est certain que ce niveau-ci est le plus difficile, et celui où il y a le plus d’attention. On va en discuter avec lui. Mais il doit contrôler ce qu’il peut contrôler », a résumé Ducharme.

Et avec un peu de chance, si Hoffman et Caufield se mettent bientôt à faire scintiller la lumière rouge des buts, alors peut-être que le Tricolore retrouvera le sentier de la victoire.

À voir en vidéo