Après un lent départ, le Canadien doit mettre la machine en marche

Le Canadien a essuyé samedi une troisième défaite en trois matchs depuis le début de  la saison.
Graham Hughes La Presse canadienne Le Canadien a essuyé samedi une troisième défaite en trois matchs depuis le début de la saison.

Personne n’a appuyé sur le bouton panique chez le Canadien, mais les raisons d’être optimistes sont peu nombreuses après trois rencontres.

Après un camp assez morne, la formation montréalaise a encaissé la défaite à ses trois premières sorties pour une première fois depuis la campagne 1995-1996. Qui plus est, le Tricolore n’a que trois buts au compteur.

« Vous ne voulez jamais commencer une saison avec trois défaites de suite, mais je crois que nous avions connu un bon premier match à Toronto, a souligné l’attaquant Jonathan Drouin après une défaite de 3-1 face aux Rangers de New York, samedi au Centre Bell. À Buffalo, nous avions été terribles. [Samedi], nous avons plus joué notre jeu, mais nous avons écopé trop de punitions, et ils ont marqué un but en avantage numérique »

« C’est difficile de dire que ce ne sont que trois matchs. Nous voulons gagner et mettre la machine en marche », a ajouté l’auteur de deux des trois buts du Canadien cette saison.

Lors des dernières saisons, le trio de Phillip Danault, Tomas Tatar et Brendan Gallagher avait la responsabilité de mettre ladite machine en marche soir après soir. Sinon, l’équipe comptait sur le capitaine Shea Weber pour redresser la barre ou le gardien Carey Price pour garder le navire à flot.

Mais voilà que Danault et Tatar évoluent sous d’autres cieux, tandis que Weber prend soin de son corps et Price, de son esprit.

« C’est certain que nous avons un look différent, a admis Drouin. Ça demande une période d’adaptation. Nous comptons sur de nouveaux joueurs et de nouveaux leaders. Nous ne pouvons pas remplacer un Shea Weber ou un Carey Price dans le vestiaire, mais je pense que plein de gars peuvent prendre la relève. »

Parmi les jeunes meneurs du club, on trouve Nick Suzuki, qui est maintenant sous contrat jusqu’à la conclusion de la 2029-2030 après avoir signé une prolongation de contrat de huit ans et 63 millions de dollars tout juste avant le début de la campagne. Après trois matchs, Suzuki n’a toujours pas noirci la feuille de pointage, tout comme son compagnon de trio Cole Caufield, l’un des favoris pour le titre de recrue de l’année dans la LNH.

L’entraîneur-chef Dominique Ducharme a mentionné que les deux jeunes étoiles étaient peut-être affectées par les attentes placées sur elles par les observateurs, les partisans et même la direction de l’équipe.

« Je vais m’asseoir avec eux et en discuter, a indiqué Ducharme. C’est facile de dire que vous vous concentrez sur ce que vous contrôlez, mais quand la rondelle est sur la lame de votre bâton, ça peut être une pensée dans votre esprit et affecter votre confiance. »

« D’un autre côté, vous pouvez être crédités d’un but quand la rondelle dévie sur votre jambe et partir sur une lancée. Mais si vous n’allez pas dans les zones où vous pouvez marquer de cette manière, vous n’obtiendrez pas ces occasions. »

Après le revers face aux Rangers, Ducharme a insisté sur le fait que ses joueurs devaient « être plus dynamiques » et avoir une meilleure présence devant le filet adverse.

« D’un autre côté, pour tous les marqueurs, c’est une question de confiance », a-t-il ajouté. « Ça ne prend qu’un seul but. Des joueurs comme [Tyler] Toffoli, Suzuki et Caufield, il leur faut un but et ils peuvent partir sur une lancée. »

« Les choses que nous contrôlons, c’est notre dynamisme et notre présence devant le filet. Ensuite, les rondelles vont commencer à rentrer, et la confiance va revenir. »

Le Canadien est en congé dimanche. Il reprendra l’entraînement lundi avant d’accueillir les Sharks de San José mardi. Jesperi Kotkaniemi et les Hurricanes de la Caroline seront ensuite les visiteurs jeudi, puis les Red Wings de Detroit, samedi.

Les membres du Canadien doivent espérer que les choses retomberont en place rapidement et que l’équipe pourra gagner quelques parties cette semaine puisque le Tricolore s’envolera ensuite pour un voyage de quatre matchs sur la côte ouest américaine, là où il a rarement eu du succès au fil des ans.

À voir en vidéo