Fébrilité chez les patineurs courte piste canadiens

La triple médaillée olympique Kim Boutin
Photo: Jens Meyer Associated Press La triple médaillée olympique Kim Boutin

À quelques jours de leur départ pour l’Asie, où ils disputeront les deux premières épreuves de la saison, les patineurs de vitesse courte piste ont des fourmis dans les jambes. Il leur tarde de renouer avec la compétition sur la scène internationale, ce qui leur a beaucoup manqué au cours de la dernière année et demie.

Les 12 membres de l’équipe canadienne quitteront le pays vendredi pour participer aux coupes du monde prévues à Pékin, en Chine, du 21 au 24 octobre, et à Nagoya, au Japon, du 28 au 31 octobre. L’épreuve à Pékin servira de test en vue des Jeux olympiques de février prochain.

« J’ai assez hâte, ça fait un bail que je n’ai pas disputé de course sur la scène internationale, a reconnu la triple médaillée olympique Kim Boutin, mardi, à l’issue d’un entraînement à l’aréna Maurice-Richard. Personnellement, je me sens bien et en confiance pour la saison qui s’en vient. »

« Je suis vraiment excité, ça fait longtemps que nous n’avons pas disputé de compétition, a renchéri Steven Dubois, couronné champion canadien en août dernier. Le retour à la compétition avec les Championnats canadiens, c’était vraiment le fun. Ça a amené un peu plus de motivation. Mais là, de partir dans un autre pays, de voyager de nouveau, c’est vraiment le fun. »

Même son de cloche de la part du vétéran Charles Hamelin, qui entame sa 19e saison au sein de l’équipe nationale. « Je suis vraiment excité de partir pour la Chine. Ça fait trois ans et demi que je ne suis pas allé en Asie », a commenté le patineur de 37 ans, qui se dit complètement rétabli de la commotion cérébrale dont il a été victime fin août lors des Championnats canadiens.

L’entraîneur Sébastien Cros se réjouit de cette ambiance fébrile qui anime ses athlètes. « C’était un peu la même chose avant les Championnats canadiens, a-t-il noté. Ils n’étaient pas vraiment stressés, mais plus dans une forme d’excitation de disputer une compétition. C’est un peu la même chose présentement. Ils ont faim de compétition, envie d’en découdre. »

Beaucoup d’inconnues

Les deux prochaines coupes du monde donneront également aux patineurs canadiens une meilleure idée du niveau de compétition sur la scène internationale, à quelques mois de l’important rendez-vous olympique.

« Je suis d’autant plus fébrile qu’il y a beaucoup d’incertitudes face aux autres compétitrices, a noté Boutin. Je n’ai aucune idée du niveau des autres. J’entends certaines choses au sujet des Coréennes, nos plus grandes rivales, et j’ai juste hâte de voir de quoi il en retourne. »

Cros reconnaît que ce début de saison comporte une grande part d’inconnu, mais il estime que son équipe est prête à relever le défi.

« Nous ne savons pas à quoi nous attendre des autres équipes, sinon une référence à des résultats d’une compétition en Europe disputée il y a deux semaines. Ceci dit, nous ne les avons pas vues, mais [elles] n’ont pas coursé avec nous non plus. Donc, l’élément surprise peut jouer dans les deux sens. Je suis confiant, car nous avons accompli de bonnes choses à l’entraînement. »

Pour préparer les athlètes, la stratégie à l’entraînement comprenait plusieurs courses.

« C’est sûr que ce sont des courses d’entraînement, mais ça reste que nous avons essayé de reproduire les attitudes, les situations qui pourraient se produire en course, a ajouté Cros. La dernière petite touche sera de revoir les vidéos de coupes du monde et des Championnats du monde pour nous remettre dans le bain. »

L’équipe réunie pour ce début de saison est jeune, avec notamment la vedette montante Florence Brunelle, âgée de 17 ans. La Trifluvienne entend miser sur l’expérience acquise lors de son baptême chez les seniors, aux Championnats du monde en mars dernier.

« Cette compétition m’a permis d’avoir une première impression de ce que c’est, a commenté Brunelle. Au cours des derniers mois, j’ai donc pu me préparer encore mieux à la compétition sur ce circuit. »

Boutin considère sa jeune coéquipière comme une « Kim Boutin 2.0 ».

« Je sens son intensité, son engagement. Avec tous les avantages et les inconvénients que ça comporte, a noté la Sherbrookoise, qui a dû apprendre à composer avec la pression qui vient avec les attentes. Mais l’intensité, ça a du bon, il suffit de trouver l’équilibre. »

Avec la présence de Brunelle et de la Néo-Brunswickoise Courtney Sarault, Boutin estime que le relais féminin promet d’être excitant. « Je n’ai jamais vu une équipe aussi rapide. J’ai hâte de voir ce que ça va donner à l’international. »

Les autres membres de l’équipe retenue pour les deux premières coupes du monde sont Alyson Charles, Camille De Serres-Rainville, Danaé Blais, Pascal Dion, Jordan Pierre-Gilles, Maxime Laoun et William Dadjinou.

« Notre principal objectif lors des coupes du monde, c’est d’aller chercher nos quotas pour les JO, autant en individuel qu’en relais, a conclu Cros. Pour les relais, je m’attends à ce que ce soit vraiment une dure bataille, car les équipes sont très proches les unes des autres. »

À voir en vidéo