Le Canadien retrouve les Maple Leafs sur la glace

Le Canadien et les Maple Leafs se sont affrontés à trois reprises lors de la série de premier tour de mai.
Nathan Denette Associated Press Le Canadien et les Maple Leafs se sont affrontés à trois reprises lors de la série de premier tour de mai.

Les Maple Leafs de Toronto auront peut-être la revanche en tête quand ils accueilleront le Canadien de Montréal pour lancer leur campagne respective mercredi, au Scotiabank Arena.

Dans le camp du Canadien, on ne s’attend pas à des surprises de la part de ses vieux rivaux de la Ville Reine, alors que les deux équipes en seront à leur 21e duel en 2021. En plus des 10 duels lors de la dernière campagne, ce total inclut les trois récents matchs préparatoires et les sept rencontres de la série de premier tour de mai, quand le Tricolore a comblé un retard de 1-3 avant d’éliminer les Leafs.

« Ce sera un match amusant et compétitif, a affirmé l’attaquant du Canadien Brendan Gallagher. Nous nous souvenons tous de cette série. Nous nous attendons à un match aussi relevé que cette série. »

« Nous voulons reprendre là où nous avons laissé, a ajouté Gallagher. Ils ont une excellente équipe, mais nous sommes familiers avec leurs forces et ce que nous devons faire pour avoir l’avantage. Nous savons ce qui fonctionne pour nous. Oui, il y aura des ajustements, mais c’est l’une des meilleures formations de la ligue et ce sera un bon test pour commencer la saison. »

Le Tricolore a gagné au moins 6 de ses 10 premiers matchs lors de 8 des 10 dernières campagnes, habituant ses partisans à de bons débuts de saison.

Gallagher a associé ces bons départs au sérieux des joueurs lors du camp et sur la compréhension de l’importance de chacun des 82 matchs au calendrier.

« Quiconque est en mesure d’être suffisamment étanche défensivement ou de profiter d’un avantage numérique bien affûté ou encore d’avoir un jeu collectif à point aura du succès », a ajouté l’attaquant Tyler Toffoli.

La tâche pourrait être difficile pour le Canadien cette saison, alors qu’il retrouve ses rivaux de la section Atlantique. Il devrait lutter avec le Lightning de Tampa Bay, les Panthers de la Floride, les Bruins de Boston et les Maple Leafs pour une place en séries. Les Sénateurs d’Ottawa, les Red Wings de Detroit et les Sabres de Buffalo espèrent également mêler les cartes.

« Nous sommes dans la même situation que vers la fin de la dernière saison. Il n’y a pas grand monde qui croit en nous, mais nous allons nous arranger pour que ça change », a déclaré l’entraîneur-chef, Dominique Ducharme.

Le Canadien sera privé du gardien Carey Price, des défenseurs Joel Edmundson et Sami Niku ainsi que des attaquants Mike Hoffman et Paul Byron en début de campagne.

Acquis des Maple Leafs par le ballottage lundi, Adam Brooks ne devrait pas être de la formation mercredi. Ducharme a indiqué qu’il se fiera à la formation à l’entraînement de mardi lors du premier match de la saison.

Mathieu Perreault, Cédric Paquette et Artturi Lehkonen devraient donc composer le quatrième trio. Ryan Poehling, Alex Belzile et Brooks seront les joueurs en extra.

Dans le camp des Maple Leafs, le centre étoile Auston Matthews ne sera pas de ce premier duel en raison d’une blessure à un poignet.

Après ce premier match, le Canadien se rendra à Buffalo pour y affronter les Sabres, jeudi. Le Tricolore sera ensuite de retour à Montréal samedi, quand les Rangers de New York seront les visiteurs. Le Centre Bell pourra alors être rempli à pleine capacité pour une première fois depuis le 10 mars 2020, avant le début de la pandémie de COVID-19.

Les restrictions ont aussi été levées en Ontario, si bien qu’une salle comble de 19 800 spectateurs est attendue mercredi.

« C’est une belle façon de commencer la saison, avec les partisans, dans un environnement amusant, a déclaré Gallagher. Ce sera un vrai match de rivalité entre Montréal et Toronto. Ce sera amusant à Toronto, là où nous ne sommes pas vraiment aimés, apparemment ! »

Prolongation de contrat de huit ans pour Suzuki

Un peu plus de trois ans après son arrivée au sein du Canadien de Montréal, Marc Bergevin a consenti à Nick Suzuki le troisième contrat le plus lucratif de l’histoire du Canadien. L’Ontarien âgé de 22 ans a signé une prolongation de contrat de huit saisons et 63 millions de dollars américains avec le Tricolore, mardi, ce qui fera de lui l’attaquant le mieux payé de l’histoire de l’équipe à compter de la saison prochaine.

 

« C’est une belle sensation de voir cet engagement de Geoff [Molson, le propriétaire et président du club], de Marc et du personnel d’entraîneurs envers moi, a souligné Suzuki. Ils croient en moi et je veux leur donner raison en aidant l’équipe à gagner aussi longtemps que possible. »

 

Suzuki est maintenant sous contrat jusqu’à la conclusion de la saison 2029-2030. Il touchera un salaire moyen annuel de 7,875 millions de dollars à compter de la prochaine campagne. Il écoule cette saison la dernière année à son contrat de recrue, qui lui rapporte un salaire de base de 832 500 $.

 

Le joueur du Canadien a récolté 15 buts et 26 aides en 56 rencontres la saison dernière. Il a ajouté sept buts et neuf aides en 22 parties lors du parcours du Canadien jusqu’en finale de la Coupe Stanley.

 

Seulement le gardien Carey Price (huit saisons et 84 millions de dollars) et le défenseur P.K. Subban (huit saisons et 72 millions de dollars) ont signé des contrats plus lucratifs avec le Canadien.



À voir en vidéo