Vigneault nie en bloc les allégations de Lehner

Alain Vigneault, qui est âgé de 60 ans, entame sa troisième campagne à la barre des Flyers.
Photo: Yong Kim/The Philadelphia Inquirer via AP Alain Vigneault, qui est âgé de 60 ans, entame sa troisième campagne à la barre des Flyers.

L’entraîneur-chef des Flyers de Philadelphie, Alain Vigneault, a nié en bloc lundi les allégations du gardien des Golden Knights de Vegas, Robin Lehner, qui a déclaré sur les réseaux sociaux pendant le week-end que le Québécois distribuait des médicaments sur ordonnance sans prescription du médecin à ses joueurs.

Dans une longue série de gazouillis publiés samedi, Lehner a dit qu’il sait que « plusieurs » équipes procurent des sédatifs et des médicaments contre l’anxiété à leurs joueurs sans prescription d’un médecin. Il a fait référence aux Flyers et à Vigneault, en ajoutant qu’il avait des preuves.

« Au sujet de l’autre chose, la distribution de médicaments, je n’ai pas besoin d’une autre source de revenus, a dit Vigneault lundi. J’ignore d’où ça vient. Je ne sais pas quoi répondre. J’ignore de quoi il parle. »

La LNH a joint Lehner pour un entretien au sujet de ses allégations. Le directeur général des Flyers, Chuck Fletcher, a rappelé que son équipe laisse aux médecins le soin de s’occuper de la santé des joueurs, et non aux entraîneurs. Il a ajouté que son équipe n’a « aucune raison de croire qu’un de nos joueurs a reçu des soins inappropriés ».

Lehner a aussi accusé les Sabres de Buffalo d’avoir mal géré sa blessure à une cheville alors qu’il jouait pour eux. Ses commentaires ne sont pas sans rappeler le conflit qui persiste entre les Sabres et leur joueur étoile Jack Eichel au sujet du choix du traitement pour une hernie discale. Les Sabres ont refusé de commenter la situation.

Lehner a mentionné que les Golden Knights ne distribuent aucun médicament sur ordonnance sans prescription d’un médecin. Il a cependant indiqué qu’il pourrait diffuser des informations à ce sujet émanant des quatre coins de la LNH.

Lehner a aussi critiqué le style de gestion de Vigneault, en écrivant sur Twitter : « Un dinosaure qui traite les gens comme des robots, et non des humains. Congédiez ces dinosaures. Congédiez #Vigneault n’est que le début. J’ai des preuves… Essaie de t’en sortir cette fois-ci. »

Le gardien de Vegas a depuis précisé sa pensée en mentionnant à la journaliste d’ESPN Emily Kaplan lundi qu’il ne visait pas Vigneault et que la controverse résultait d’un malentendu causé par la publication d’une succession de messages.

Vigneault, qui est âgé de 60 ans, entame sa troisième campagne à la barre des Flyers. Vigneault a mené les Canucks de Vancouver et les Rangers de New York à la finale de la Coupe Stanley, et il a gagné plus de 700 matchs en carrière dans la LNH.

« Je suis expérimenté. Et c’est possible qu’avec l’expérience, tu deviennes un dinosaure, c’est vrai, a-t-il évoqué. Ça fait quelques années que je suis entraîneur-chef, et je sais que je suis dur, que je suis exigeant. Mais j’aime mes joueurs. J’ai toujours voulu le meilleur pour eux. C’est évident que certains gars m’ont adoré, et que d’autres non. Mais j’ai toujours agi avec les meilleures intentions, avec respect pour eux. »

Avec Le Devoir

À voir en vidéo