Le CH peut toujours compter sur Gallagher

Gallagher, qui a raté le début du camp pour des raisons familiales, s’est entraîné une première fois lundi.
Photo: Bruce Bennett/Getty Images/AFP Gallagher, qui a raté le début du camp pour des raisons familiales, s’est entraîné une première fois lundi.

Le Canadien a retrouvé une part de son identité pour la deuxième semaine de son camp d’entraînement, alors que Brendan Gallagher a rejoint ses coéquipiers sur la patinoire.

Gallagher, qui a raté le début du camp pour des raisons familiales, s’est entraîné une première fois lundi. Il s’est retrouvé à la droite de Tyler Toffoli et Nick Suzuki, à la place de Cole Caufield, blessé, mardi.

En l’absence de Shea Weber, Carey Price et Paul Byron, et en raison des départs de Phillip Danault, Tomas Tatar et Jesperi Kotkaniemi, le nombre de visages familiers était un peu moins élevé qu’à l’habitude lors du début du camp du Tricolore.

« C’est une expérience différente, mais nous comprenons les circonstances, a dit Toffoli, mardi. Carey et Paul sont toujours dans l’entourage de l’équipe et j’avais parlé un peu avec Gally. »

De son côté, Gallagher s’est dit habitué aux changements, alors qu’il se prépare à disputer une 10e saison avec le Canadien.

« Weby était un gros morceau et il continue d’être un membre important de l’équipe, a ajouté Gallagher. Il est en contact avec les gars tous les jours. Il avait une présence importante, et les joueurs devront prendre le relais au sein de groupe de meneurs. »

« Il y a beaucoup de nouveaux visages, mais j’ai hâte de voir ce qu’ils vont apporter. »

Même mentalité

 

Gallagher a admis que le groupe qui a atteint la finale de la Coupe Stanley la saison dernière était particulièrement spécial. Il avait répété à maintes reprises que, dès le premier jour du camp en janvier dernier, tout le monde était convaincu que l’équipe pouvait se rendre jusqu’au bout.

Sa mentalité ne sera pas différente cette saison.

 

« J’écoutais la Coupe Ryder ce week-end, et quand l’équipe d’Europe tirait de l’arrière, Shane Lowry a déclaré que c’était possible de gagner avec 1 % de chance si tout le monde était engagé à 100 %, a raconté Gallagher. Les saisons seront difficiles si vous n’y croyez pas. Le camp sert donc à s’assurer que tout le monde y croit. Et c’est comme ça qu’une équipe devient dangereuse. »

Le Canadien ne nommera pas de capitaine pour remplacer Weber cette saison. Gallagher sera le seul joueur à porter un « A » sur son chandail tous les soirs, du moins pour commencer la saison.

« Son attitude, son éthique de travail, sa façon de rivaliser ; il est prêt à tout pour aider l’équipe à gagner, a souligné l’entraîneur-chef du Canadien, Dominique Ducharme, en parlant de Gallagher. Quand nous avons perdu ses services la saison dernière, j’avais dit qu’il nous manquait son épice. Quand il est là, les gars veulent le suivre grâce à son style de jeu. »

Gallagher se retrouve toutefois orphelin de ses deux compagnons de trio des dernières saisons : Danault et Tatar.

Celui qui a deux campagnes d’au moins 30 buts à son palmarès ne sait pas encore avec qui il commencera la saison. Cependant, Ducharme a affirmé qu’il ne voyait pas le rôle de Gallagher changer cet hiver.

« Nous savons ce qu’il va donner chaque soir, et les gars qui vont se retrouver avec lui savent à quoi s’attendre de sa part, a affirmé Ducharme. Il va être compétitif. Il a sa façon de marquer des buts. Ça ne changera pas en fonction de ses compagnons de trio. Je ne crois pas qu’il ait besoin d’aide. Je crois qu’il est plutôt le type de joueur qui rend ses compagnons de trio encore meilleur. »

Nouveau défi

 

Maintenant âgé de 29 ans et écoulant la première saison d’un contrat de six ans et 39 millions de dollars américains, Gallagher a réfuté toute théorie selon laquelle il amorçait une nouvelle étape de sa carrière.

« Mes attentes sont toujours les mêmes, c’est-à-dire de continuer à m’améliorer, a-t-il dit. Je ne penserai jamais que je me dirige dans la mauvaise direction. Je vois la prochaine saison comme un nouveau défi et une nouvelle occasion qui s’offre à moi. J’ai eu différents rôles au fil des ans, et je vois ça comme différentes expériences. »

« Je sais que j’aurai mes chances. Je veux aller sur la glace avec mes coéquipiers et faire mon travail tous les soirs. Je suis prêt à faire tout ce qu’on me demandera de faire. »

Et c’est ce qui explique la confiance du Canadien envers Gallagher.

À voir en vidéo