Drouin, Dvorak et Anderson sonnent la charge et le Canadien bat les Maple Leafs 5-2

Les joueurs en uniforme lundi pour le Tricolore en étaient tous à leur première sortie du camp.
Photo: Ryan Remiorz La Presse canadienne Les joueurs en uniforme lundi pour le Tricolore en étaient tous à leur première sortie du camp.

À ses deux premières sorties au Centre Bell depuis qu’il a dû prendre une pause du hockey, Jonathan Drouin n’a reçu que de l’amour des partisans.

Drouin et ses compagnons de trio Christian Dvorak et Josh Anderson ont donné des raisons de célébrer aux partisans, lundi soir au Centre Bell, générant trois buts en avantage numérique dans un gain de 5-2 face aux Maple Leafs de Toronto.

Comme la veille lors du match intra-équipe, les partisans ne se sont pas gênés pour encourager Drouin.

« Je respecte mes partisans. Je suis content de jouer ici, j’adore jouer au Centre Bell, a dit Drouin lundi soir. L’ovation (dimanche), ça m’a fait chaud au cœur. J’avais une petite larme. »

Drouin ne s’était pas retrouvé sous les projecteurs depuis le 21 avril. Deux jours plus tard, il quittait la séance d’échauffement avant un duel face aux Flames de Calgary. L’équipe annonçait ensuite le 28 avril que Drouin devait prendre du temps pour régler des problèmes personnels.

L’attaquant québécois a révélé la semaine dernière avoir été affecté par des problèmes d’anxiété et d’insomnie au cours des dernières années. Tout ça est maintenant derrière lui, assure-t-il.

« Ça fait du bien d’aller à Brossard pour m’entraîner, de retrouver mes habitudes, a-t-il dit. Je suis content d’être de retour. Je me sens bien. J’ai du plaisir à jouer au hockey. »

Dvorak, Drouin et Anderson ont accumulé trois buts et six aides ensemble au cours de la rencontre. Dvorak, qui a été acquis il y a quelques semaines à peine, semble déjà avoir développé une belle complicité avec ses nouveaux coéquipiers.

« J’ai aimé leur trio ce soir, a dit l’entraîneur-chef Dominique Ducharme. Ils ont connu un bon match et ont fait beaucoup de bonnes choses. Il ne faut pas s’emballer, mais c’est toujours mieux d’avoir un bon départ comme ça. »

Michael Pezzetta a aussi marqué deux buts pour le Canadien, le deuxième dans un filet désert en fin de rencontre.

À l’attaque, Jan Mysak a provoqué quelques occasions grâce à de belles feintes. Il a d’ailleurs amassé une aide sur un but de Pezzetta.

En défensive, Kaiden Guhle et Mattias Norlinder ont continué de bien paraître aux côtés respectivement de David Savard et Ben Chiarot. Guhle, choix de premier tour du Canadien en 2020, a particulièrement joué avec aplomb.

« J’ai aimé sa façon de défendre, d’enlever de l’espace à l’autre équipe, a dit Ducharme au sujet de Guhle. Il est physique. Il n’a pas peur de se sacrifier pour bloquer un lancer. »

La soirée a été plus difficile pour Chris Wideman, qui évoluait cependant avec l’espoir Corey Schueneman.

Devant le filet, Jake Allen a été solide, stoppant les 15 tirs dirigés vers lui lors de ses 29 : 46 de jeu. En relève, Kevin Poulin a cédé deux fois sur 22 lancers.

David Kampf et Ondrej Kase ont marqué pour les Maple Leafs. Jack Campbell a accordé trois buts sur 12 lancers en 29 : 46 de jeu, puis Petr Mrazek a cédé une fois en huit tirs par la suite.

Le Canadien jouera son prochain match préparatoire vendredi, quand il rendra visite aux Sénateurs d’Ottawa.

De l’action pour les gardiens

Signe des choses à venir, Anderson s’est presque échappé dès sa première présence sur la patinoire. Il a tout juste devancé la rondelle en zone offensive et le juge de ligne a appelé un hors-jeu.

Anderson a finalement ouvert la marque après 9:24 de jeu, en avantage numérique. Lors d’une entrée de zone échevelée, le disque s’est retrouvé derrière les défenseurs des Maple Leafs. Anderson a appuyé sur l’accélérateur et a récupéré le disque. Il a immédiatement décoché un tir vif, qui a déjoué Campbell dans la partie supérieure.

Le Canadien est revenu à la charge à 13:06, encore une fois en avantage numérique. Dvorak a complété une belle pièce de jeu amorcée par Joel Armia et Drouin et n’a eu qu’à faire dévier la remise de Drouin dans une cage béante.

Pezzetta a creusé l’écart à 3-0 après 9:46 de jeu en deuxième période, faisant dévier un tir imprécis de Mysak dans l’objectif. Les deux équipes ont profité de l’arrêt de jeu pour changer leur gardien.

Les Maple Leafs ont souhaité la bienvenue à Poulin en le battant 90 secondes après son entrée dans le match. Le but d’Adam Brooks a toutefois été annulé puisqu’il y avait eu hors-jeu lors de l’entrée de zone.

Ce n’était que partie remise pour les Leafs. Kampf a marqué à 11:15 en infériorité numérique, quand il a harponné le disque au moment où Poulin tentait une remise vers sa gauche.

Anderson a redonné un coussin de trois buts au club local à 12:40, encore une fois en avantage numérique. Il a surpris Mrazek du côté de la mitaine, alors qu’il était entouré par les quatre patineurs des Maple Leafs.

Kase a inscrit le deuxième but des Leafs avec 1:03 à faire au deuxième engagement, au terme d’une longue séquence dans le territoire du Canadien. Kase a profité d’une passe parfaite de Morgan Rielly pour déjouer Poulin.

Les deux gardiens ont bien fait en troisième période. Pendant que Poulin gardait le fort dans le camp du Canadien, Mrazek s’est distingué en frustrant Pezzetta et Anderson avec la mitaine lors d’échappées.

Pezzetta a fermé les livres en tirant dans un filet désert avec 1:49 à écouler.

Échos de vestiaire

Jonathan Drouin a eu de bons mots pour Christian Dvorak.

« Il n’est pas spectaculaire, mais il est bon dans toutes les phases du jeu. […] Il est intelligent, avec et sans la rondelle. »

David Savard s’est rappelé ses débuts avec les Blue Jackets, alors qu’il se retrouve maintenant dans un rôle de mentor auprès de Kaiden Guhle.

« Il y a toujours des gars plus âgés pour vous montrer comment ça se passe. À mes débuts, je me fiais sur Fedor Tyutin. Je pouvais lui poser des questions. Il était là pour moi. Jusqu’ici, [Guhle] fait bien les choses. Il démontre qu’il est mature. »

Kaiden Guhle a indiqué qu’il se fiait aussi aux conseils de son frère, Brendan, qui a 59 matchs d’expérience dans la LNH.

« Il est ma ressource principale. Lui comme les autres, on me répétait de garder les choses simples, de jouer mon jeu. C’est le meilleur conseil à donner à n’importe qui. »

À voir en vidéo