Le CIO exhorte les équipes olympiques à demander les vaccins chinois

Environ 100 pays sont susceptibles de participer aux Jeux olympiques de Pékin, qui s’ouvriront le 4 février.
Photo: Noel Celis Agence France-Presse Environ 100 pays sont susceptibles de participer aux Jeux olympiques de Pékin, qui s’ouvriront le 4 février.

Le Comité international olympique a exhorté les équipes olympiques à demander davantage de vaccins chinois et Pfizer avant les Jeux d’hiver de Pékin 2022, qui se tiendront dans le pays où l’épidémie de coronavirus a commencé.

Le CIO a annoncé pour la première fois un programme de déploiement de vaccins avec les autorités chinoises pour les athlètes et les officiels en mars. Les vaccins chinois ont été achetés par le CIO et également mis à la disposition des délégations se rendant aux Jeux olympiques de Tokyo en provenance des pays qui en avaient approuvé l’utilisation.

En mai, les développeurs de vaccins Pfizer et BioNTech ont fait don de doses de leur produit aux équipes olympiques de Tokyo. Ce programme a maintenant été étendu à Pékin, a déclaré vendredi le CIO.

Environ 100 pays sont susceptibles de participer aux Jeux olympiques de Pékin, qui s’ouvriront le 4 février. Il y avait 205 équipes nationales à Tokyo. La vaccination est encouragée, mais pas obligatoire.

« Je voudrais encourager les Comités nationaux olympiques qui ont besoin de doses de vaccins supplémentaires […] d’informer notre département des relations avec le CNO aussitôt que possible pour nous permettre de mettre les mesures nécessaires en place », a révélé le président du CIO, Thomas Bach, dans une lettre adressée aux équipes olympiques.

Les responsables de la santé en Chine ont annoncé cette semaine que plus d’un milliard de personnes, soit 72 % du 1,4 milliard de citoyens du pays, avaient été entièrement vaccinées.

Les Jeux de Pékin devraient néanmoins être organisés selon les mêmes mesures de sécurité sanitaire que celles appliquées pour les Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo.

Bach a noté « l’excellente coopération dont nous bénéficions avec nos partenaires et amis chinois, ainsi qu’avec les autorités sanitaires chinoises compétentes. »

Bien que la lettre de Bach fasse référence aux « athlètes de ces Jeux olympiques qui enverront ce message du pouvoir unificateur du sport à travers le monde », mais il n’a pas souligné les préoccupations mondiales concernant les problèmes des droits de la personne en Chine.

Des militants ont tenté de les qualifier des « Jeux du génocide » en raison de la détention par la Chine de la minorité musulmane ouïghoure dans les camps de prisonniers de la province du Xinjiang.

Bach a toujours dit que le CIO est une organisation sportive politiquement neutre qui ne peut pas aborder des problèmes que même les Nations Unies n’ont pas résolus.

Sa lettre a été publiée le jour où les organisateurs de Pékin ont dévoilé leur slogan des Jeux « Ensemble, vers un avenir commun ».

À voir en vidéo