L’AMA presse Moscou d’éviter toute obstruction aux mesures antidopage

L’Agence mondiale antidopage a réclamé que le poste de président de l’agence nationale antidopage, inoccupé depuis un an, soit comblé le plus rapidement possible.
Photo: Marc Braibant Agence France-Presse L’Agence mondiale antidopage a réclamé que le poste de président de l’agence nationale antidopage, inoccupé depuis un an, soit comblé le plus rapidement possible.

L’Agence mondiale antidopage (AMA) a mis en garde la Russie de ne pas commettre d’obstruction lors des tests antidopage exécutés au pays et a réclamé que le poste de président de l’agence nationale antidopage, inoccupé depuis un an, soit comblé le plus rapidement possible.

Le président de l’AMA, Witold Banka, a rencontré le ministre russe des Sports, Oleg Matytsin, mercredi en Turquie afin de discuter de l’avenir de l’agence antidopage russe, la RUSADA, toujours suspendue.

Par communiqué, Banka a rappelé qu’il était crucial que la RUSADA « conserve son indépendance » et qu’il ne devait y avoir « aucune ingérence des autorités sportives ou de l’État russe » dans ses activités.

Banka a ajouté que la nomination du prochain directeur général de l’agence russe devait suivre « un processus rigoureux afin que la bonne personne soit embauchée pour cet important poste ».

Irrégularités et congédiement

La RUSADA demeure suspendue en raison de camouflages de cas de dopage et de manipulation de preuves. La Russie a envoyé des athlètes aux Jeux olympiques de Tokyo sans toutefois que son drapeau et son hymne ne soient représentés. Ses athlètes seront de nouveau rassemblés sous le nom de « représentants du comité olympique russe » lors des Jeux d’hiver de Pékin, en février.

L’agence russe est sans directeur général depuis que Yuri Ganus a été congédié en août 2020 en raison d’irrégularités financières. Ganus a souvent critiqué les autorités sportives russes lorsqu’il était à la tête de la RUSADA. Il prétend que les preuves contre lui ont été falsifiées.

L’AMA assure que la question du poste vacant a été abordée pendant la réunion avec Matytsin et que la nomination d’un président demeure une condition à remplir pour lever la suspension de la RUSADA.

À voir en vidéo