L’offre hostile pour Kotkaniemi était «démesurée», estime Bergevin

Le directeur général du Canadien de Montréal, Marc Bergevin, lors de la conférence de presse
Photo: Capture d'écran Le directeur général du Canadien de Montréal, Marc Bergevin, lors de la conférence de presse

Marc Bergevin aurait bien aimé avoir une ou deux autres saisons de plus pour mieux évaluer la réelle valeur de Jesperi Kotkaniemi. Mais l’offre hostile des Hurricanes de la Caroline est venue lui forcer la main, et il n’était pas question pour le directeur général du Canadien de l’égaler.

Bergevin, qui commentait ce dossier pour la première fois, estime que le salaire consenti au Finlandais de 21 ans est démesuré à ce stade de sa carrière.

« Est-ce qu’on aurait aimé garder “KK” ici ? La réponse est oui, a-t-il dit dans le cadre d’une visioconférence. Mais pas à 6,1 millions de dollars américains. »

D’autant plus que le Canadien n’est pas totalement perdant, puisque l’un des choix au repêchage obtenu en compensation pour la perte de Kotkaniemi lui a permis de mettre la main sur le centre Christian Dvorak à la suite d’un échange avec les Coyotes de l’Arizona.

« Je suis fier d’avoir mis la main sur un joueur comme Christian, un joueur de centre établi, qui a seulement 25 ans. Je suis certain qu’il va être capable d’aider pendant plusieurs années. Son contrat s’inscrit aussi bien dans notre structure salariale. »

Kotkaniemi a révélé, dimanche, que son développement aurait pu avoir été mieux géré par le Canadien. Avec le recul, Bergevin concède qu’on aurait pu faire les choses autrement.

« Je regarde aujourd’hui la décision que nous avons prise dans le cas de “KK”, et il aurait probablement été préférable de le renvoyer jouer une autre année en Finlande. Mais à l’époque, il avait connu un très bon camp d’entraînement et une bonne première moitié de saison. C’est ensuite qu’il a commencé à avoir des difficultés. À l’époque, on se disait que c’était peut-être son âge, ou peut-être le calendrier de 82 matchs. »

Mais le directeur général du Canadien estime que le joueur lui-même a également des responsabilités dans son développement.

« Nous donnons les mêmes outils à tous nos jeunes joueurs, mais certains prennent une période plus longue que d’autres à se développer. C’est pour ça que nous avons un système en place dans la LNH avec des périodes de cinq et sept ans pour nous permettre de mieux évaluer le développement des jeunes joueurs. »

L’initiative des Hurricanes de soumettre cette offre hostile a bousculé les plans du Canadien.

Peu surpris

Quand on lui a demandé s’il avait été surpris du geste du club de la Caroline, Bergevin a répondu par la négative.

« De l’offre elle-même et de la façon dont elle a été structurée, oui, a-t-il toutefois ajouté. Mais cette décision appartient aux Hurricanes. Moi, je me dois de prendre la meilleure décision pour l’équipe en mettant mes émotions de côté. »

C’est la raison pour laquelle il a refusé de parler de ses états d’âme dans les heures qui ont suivi l’annonce de l’offre. Il a toutefois confirmé que son homologue Dan Waddell l’avait bel et bien contacté dans les jours précédents pour essayer de conclure un échange pour Kotkaniemi.

« Nous avons pris la décision de ne pas faire l’échange parce que nous avons estimé que la compensation en retour de l’offre hostile valait plus que ce qu’on se faisait offrir. »

Le Canadien a finalement comblé le départ de Kotkaniemi par l’acquisition de Dvorak, auteur de 17 buts, dont 8 en avantage numérique, en 56 matchs la saison dernière en plus d’ajouter 14 aides.

L’Américain sera appelé à jouer un rôle important au dire de Bergevin, d’autant plus que la ligne de centre est plutôt jeune à la suite du départ de Phillip Danault. Nick Suzuki, Jake Evans et le nouveau venu Cédric Paquette sont les autres.

Dvorak, qui a déjà disputé 302 matchs dans la LNH, estime qu’il peut encore s’améliorer et il entend bien le montrer avec sa nouvelle équipe.

« Je crois toujours devoir en prouver davantage offensivement, marquer plus et fabriquer plus de jeux, a-t-il confié lors d’une visioconférence distincte de celle de Bergevin. »

« Je suis fier d’être bon dans les deux aspects du jeu et je souhaite encore m’améliorer défensivement, gagner davantage de mises en jeu. »

En vrac

Quant à savoir s’il envisage d’autres mouvements de personnel d’ici le début du camp d’entraînement, Bergevin s’est limité à dire que « c’est plus non que oui, mais on ne sait jamais ».

« Je sais que vous aimez les surprises », a-t-il dit en s’adressant aux journalistes.

Bergevin, qui en est à la dernière année de son contrat, a par ailleurs dit qu’il n’y a rien de nouveau en ce qui concerne une éventuelle prolongation.

Il a écarté l’option de nommer un capitaine par intérim en l’absence du défenseur Shea Weber, qui ratera au moins la prochaine saison en raison de multiples blessures.

Enfin, dans le dossier controversé du jeune espoir Logan Mailloux, suspendu indéfiniment par la Ligue de hockey de l’Ontario la semaine dernière à la suite d’un crime sexuel, Bergevin a dit qu’il va demeurer dans l’entourage de son club junior pour poursuivre son développement et qu’il devrait être admissible à une réintégration en janvier.

À voir en vidéo