Le Canada détrône les États-Unis au Mondial féminin de hockey

La capitaine Marie-Philip Poulin a joué les héros en prolongation. 
Photo: Derek Leung Getty Images via Agence France Presse La capitaine Marie-Philip Poulin a joué les héros en prolongation. 

La capitaine Marie-Philip Poulin a marqué en prolongation et le Canada a défait les États-Unis 3-2 en finale du Championnat du monde de hockey féminin, mardi.

Le Canada n’avait pas gagné l’or au mondial depuis 2012. Il avait été exclu du match pour l’or pour une première fois dans son histoire lors de la dernière édition en 2019, quand il s’était contenté du bronze.

Les États-Unis avaient donc remporté les cinq dernières éditions du tournoi, ainsi que la plus récente édition des Jeux olympiques, en 2018 à Pyeongchang.

Cette fois, le Canada a été invaincu lors du tournoi, à Calgary. Il est venu de l’arrière en finale, effaçant un déficit de deux buts avant de voir Poulin inscrire le but gagnant à l’aide d’un tir parfait à 7:22 de la période supplémentaire, disputée à trois contre trois.

Le tir de Poulin a atteint la barre transversale et le poteau avant de tout juste franchir les lignes des buts et ressortir de l’objectif. L’arbitre n’a pas signalé le but, même si Poulin était convaincue qu’elle avait marqué.

Quelques instants plus tard, la sirène a sonné, alors que les officiels hors glace ont arrêté le jeu pour permettre aux arbitres de réviser le jeu et confirmer le but. Dès que la sirène s’est fait entendre, les joueuses du Canada ont sauté sur la patinoire pour célébrer.

« Je pense que nous y avons cru dès le départ, a confié Mélodie Daoust. Nous avons montré beaucoup de caractère. »

Daoust a été nommée joueuse par excellence du championnat. Elle a dominé le tournoi avec six buts et autant d’aides en sept parties.

Cinq des sept dernières finales entre le Canada et les États-Unis à ce tournoi ont nécessité de la prolongation (2011, 2012, 2016, 2017, 2021).

« C’est pourquoi c’est la plus grande rivalité du sport », a estimé Amanda Kessel, des Américaines.

La capitaine adjointe Blayre Turnbull a célébré à bord d’une civière, après s’être blessée à une jambe au début des festivités.

Brianne Jenner et Jamie Lee Rattray ont également touché la cible pour le Canada. Ann-Renée Desbiens a repoussé 22 lancers.

Alex Carpenter avait donné les devants aux États-Unis avec deux buts en première période. Nicole Hensley a effectué 23 arrêts.

Plus tôt mardi, la Finlande a remporté le bronze en battant la Suisse 3-1.

L’édition 2020 du Championnat du monde de hockey féminin a été annulée en raison de la pandémie de COVID-19. Il devait ensuite avoir lieu en mai à Halifax, mais il a finalement été déplacé à Calgary en août.

Le Canada et les États-Unis ont eu besoin d’un bris d’égalité pour décider du champion du monde pour une cinquième fois à leurs sept derniers duels pour l’or.

Carpenter a ouvert la marque après 9:55 de jeu en première période, profitant de son propre retour.

Elle a ensuite doublé l’avance des États-Unis en avantage numérique à 12:35. Elle a profité d’une rondelle libre dans l’enclave après un arrêt de Desbiens et a pivoté sur elle-même avant de tirer. La rondelle s’est faufilée entre le bras gauche et le corps de Desbiens.

Jenner a réduit l’écart à 4:13 de la deuxième période, également en avantage numérique. Lors d’une mêlée devant le filet, elle a récupéré la rondelle et a vite battu Hensley du côté de la mitaine.

Rattray a créé l’égalité 2:29 plus tard. Elle a habilement fait dévier un tir de la pointe de Jocelyne Larocque entre les jambières de Hensley.

Hockey Canada n’a pas vendu de billets pour l’événement à Calgary. Seulement les membres des familles ont été invités à assister à la finale dans des sections spécifiques du WinSport’s Markin MacPhail Centre. Des joueuses des autres nations ayant participé au tournoi ont également regardé le match.

Une bulle avait été créée pour la présentation du tournoi, alors que les joueuses et les dirigeants des équipes ont été confinés à leur hôtel et l’aréna, après une quarantaine de cinq jours à leur arrivée sur le site et une série de tests de dépistage de la COVID-19.

Aucun test positif n’a été répertorié et les équipes pourront rentrer chez elles mercredi, a confirmé la Fédération internationale de hockey sur glace.

À voir en vidéo