Kim Clavel est prête pour le Championnat du monde

Kim Clavel a été soulevée par le cutman Pierre Bouchard après avoir remporté la ceinture Silver du World Boxing Council contre la Mexicaine Maria Soledad Vargas au stade IGA samedi.
Photo: Yannick Maltais HO-GYM via La Presse canadienne Kim Clavel a été soulevée par le cutman Pierre Bouchard après avoir remporté la ceinture Silver du World Boxing Council contre la Mexicaine Maria Soledad Vargas au stade IGA samedi.

Pour le clan de Kim Clavel, il n’y a aucun doute : la mi-mouche est prête pour un combat de Championnat du monde.

En défaisant la Mexicaine Maria Soledad Vargas par décision unanime des juges samedi, au stade IGA, Clavel (14-0, 2 K.-O.) a mis la main sur la ceinture Silver du World Boxing Council, ce qui signifie qu’elle est maintenant l’aspirante obligatoire de la championne, la Mexicaine Yesenia Gómez.

La Montréalaise de 30 ans, championne de la North American Boxing Federation, était déjà classée no 1 de la division. Ajouter la ceinture Silver à son palmarès fait en sorte que Gómez ne pourra pas l’éviter.

Quand aura lieu ce combat ? Le plus tôt possible.

« On va s’asseoir en équipe. La santé avant tout, c’est la priorité, a indiqué Clavel après le combat. On va prendre une petite semaine de repos. Mais on a un bel avenir devant nous. Que ce soit dans deux mois, dans trois mois, on va être prêts. On va faire ce qu’il faut pour aller chercher l’autre ceinture. C’est notre objectif. Je vais laisser Yvon [Michel] gérer ça. C’est son métier et il le fait très bien. »

On est prêts pour le prochain défi. Ça prend des combats de cette envergure-là pour passer à l’autre étape.

« Kim a raison : l’important, c’est de laisser la poussière retomber, a dit son entraîneur Yvon Michel. On va prendre une bonne semaine de vacances et, ensuite, on va se réunir les quatre [Clavel, ses entraîneurs Danielle Bouchard et Stéphan Larouche, et Michel] ensemble. Ils vont me dire ce qu’ils pensent. En fonction de ça, je vais organiser un événement. »

« J’ai déjà discuté avec le promoteur de Yesenia Gómez. On avait convenu que, si c’était concluant, c’était dans cette direction qu’on irait. Le combat a été très concluant. C’est une victoire extrêmement significative. Ce n’est qu’une question administrative maintenant. Le temps que Kim se repose bien, que son équipe me donne le OK et nous irons dans cette direction. »

« Je ne sais pas combien de temps [Gómez] dispose. Je ne sais pas quand elle a défendu sa ceinture. En fait, je ne sais pas si elle a déjà défendu sa ceinture contre son aspirante obligatoire. Ce sont des informations que j’irai chercher. »

Selon le site boxrec.com, Gómez (18-5-3, 6 K.-O.) n’a jamais affronté la détentrice de la ceinture Silver. Sa dernière défense de titre remonte au 30 octobre 2020, face à Mirna Sanchez, une boxeuse qui avait alors une fiche de 5-0-1.

Il faudra aussi voir si Clavel souffre de quelque blessure que ce soit : elle avait le côté droit du visage extrêmement enflé et déjà bleui au moment de rencontrer les journalistes. Le médecin sur place au stade IGA lui a fortement conseillé de faire examiner cela de plus près le plus rapidement possible.

Mais son entourage est unanime : Clavel est prête pour Gómez.

« Kim avait un gros défi. […] De round en round, elle était toujours meilleure, plus à l’aise, plus efficace, a souligné son entraîneuse, Danielle Bouchard. C’est exceptionnel. Pour un entraîneur, ça signifie de l’ajustement : c’est ce qu’on veut. On a vu [samedi] tout ce qu’on a travaillé dans le gym. C’est ce qui a fait le succès de Kim. On est prêts pour le prochain défi. Ça prend des combats de cette envergure-là pour passer à l’autre étape. »

« Je n’ai pas tourné les coins ronds, a ajouté Clavel. J’ai tout fait mes devoirs. Aujourd’hui, ça a vraiment payé. C’est avec des adversaires comme Maria Vargas qu’on devient meilleure. Elle m’a donné du fil à retordre. On a dû s’ajuster entre les rounds. Après le premier round, je me suis dit : “Ouf ! On est dans un vrai combat. Ça va être dur”. »

« [Samedi], ma force de frappe a été vraiment efficace : on a été capables de la ralentir, surtout à la fin. Ce qui m’a surpris : je n’ai pas été fatiguée du combat. J’avais de l’énergie. Entre les rounds, j’avais hâte que la cloche sonne pour y retourner. »

« Vargas, c’était notre troisième choix, parce que c’était la meilleure des trois, a renchéri Michel. Au départ, on avait convenu de faire un combat pour ramener Kim sur le ring. Les circonstances ont fait qu’on a eu ce test-là. À un moment donné, j’ai dit à Stéphan que la seule [option] qu’on avait, c’était Vargas. Et elle le voulait ce combat ! Elle a fait tout ce qu’il fallait pour être capable de venir ici. Ce n’était pas le plan [d’affronter une adversaire aussi forte] au départ. Finalement, ce ne sont pas trois marches, mais un étage au complet que Kim a franchi. »

Pas question maintenant d’aller chercher un ou des combats préparatoires avant Gómez.

« Si on décidait qu’elle avait besoin d’un combat ou deux avant d’aller en Championnat du monde, elle pourrait se retrouver avec une adversaire supérieure à la championne, a noté Michel. Kim est rendue là. »

« C’était le combat dont nous avions besoin. La dernière marche avant la plus haute du podium, c’était [samedi] soir », a conclu Bouchard.

 

À voir en vidéo