Le bronze pour Keely Shaw et Aurélie Rivard aux Jeux paralympiques

Keely Shaw a rallié l’arrivée en 3 min 48 s 342 à ses débuts paralympiques au vélodrome d’Izu, à l'épreuve de la poursuite individuelle sur 3000 mètres, en cyclisme C4.
Photo: Charly Triballeau Agence France-Presse Keely Shaw a rallié l’arrivée en 3 min 48 s 342 à ses débuts paralympiques au vélodrome d’Izu, à l'épreuve de la poursuite individuelle sur 3000 mètres, en cyclisme C4.

Keely Shaw a remporté la première médaille canadienne aux Jeux paralympiques de Tokyo, mercredi, en gagnant le bronze en cyclisme C4 à la poursuite individuelle sur 3000 mètres. La nageuse Aurélie Rivard a vite contribué à la récolte canadienne, amorçant sa campagne paralympique en gagnant le bronze au 50 mètres style libre S10.

L’athlète de Saint-Jean-sur-Richelieu a franchi la distance en 28,11 secondes ; elle avait gagné l’or dans cette épreuve à Rio en 2016. La nageuse russe Anastasiia Gontar a remporté l’or avec un temps de 27,38, tandis que la Néerlandaise Chantalle Zuderveld a suivi en 27,42 pour s’adjuger l’argent.

« Le simple fait d’être sur le podium aux Paralympiques est spécial, peu importe la position ou la couleur de la médaille, a dit Rivard. D’un autre côté, je n’avais pas de médaille de bronze dans ma collection. Bien sûr, j’aurais voulu défendre mon titre et c’est décevant, mais je vais gérer ça plus tard. » Il s’agit pour Rivard d’une sixième médaille paralympique au cours de sa carrière ; elle avait gagné une médaille d’argent à Londres en 2012 et trois médailles d’or et une d’argent à Rio en 2016.

Le simple fait d’être sur le podium aux Paralympiques est spécial, peu importe la position ou la couleur de la médaille.

 

Rivard participait à une première compétition depuis le début de la pandémie de COVID-19. « Ç’a été difficile de s’entraîner pour quelque chose quand vous ne saviez pas si ç’aurait lieu ou non, a-t-elle dit. Pendant toute l’année, c’était comme si ça nous glissait entre les doigts. En septembre dernier, nous étions dans une position où nous nous attendions toujours au pire scénario. Je crois que ç’a été très difficile de sortir de cet état d’esprit et j’avais de la difficulté à trouver mon enthousiasme pour venir ici au cours des dernières semaines en raison de tout ce qui se passe. Ça demeure un peu irréel. »

Rivard est inscrite à six courses à Tokyo — cinq individuelles et un relais — et s’estime heureuse d’avoir brisé la glace et enfin affronté à nouveau ses rivales.

Pour sa part, Keely Shaw, qui est originaire de Saskatoon, a rallié l’arrivée en 3 min 48 s 342 à ses débuts paralympiques au vélodrome d’Izu. Elle a ainsi battu l’Australienne Meg Lemon lors de la course pour le bronze.

« C’est lourd ! C’est probablement mon effort le plus intense des biceps en trois ans, s’est exclamée Shaw en riant, tout en montrant sa médaille. Elle est magnifique. Il y a du braille, ce qui est vraiment sympathique. »

Médaillée d’argent aux mondiaux en 2019, Shaw a commencé le paracyclisme en 2016 après avoir été paralysée du côté gauche de son corps à la suite d’une chute à cheval en 2009. « J’espère simplement que les gens seront contents pour moi, mais aussi inspirés. Et j’espère que d’autres personnes souffrant d’un handicap comprendront qu’il existe ce type d’occasions et qu’elles peuvent aussi le faire », a dit Shaw.

L’Australienne Emily Petricola a gagné l’or, tandis que l’Américaine Shawn Morelli a récolté l’argent.

Ailleurs, lors du premier jour des compétitions, l’équipe féminine canadienne de basketball en fauteuil roulant a défait le Royaume-Uni 73-54. Kady Dandeneau, de Pender Island, C.-B., a inscrit 32 points, tandis que Rosalie Lalonde, de Saint-Clet, au Québec, en a fourni 20.

L’équipe canadienne de rugby en fauteuil roulant a subi un revers de 50-47 face au Royaume-Uni à son premier match en 18 mois. Elle affrontera les États-Unis jeudi.

L’équipe canadienne féminine de goalball a perdu 5-1 face au Comité paralympique russe.

L’escrimeur en fauteuil roulant Pierre Mainville, de Saint-Colomban, a atteint la ronde des 16 au sabre avant d’être battu 15-9 et éliminé par le Français Maxime Valet.

Les paranageurs Shelby Newkirk, de Saskatoon, et Nicholas Bennett, de Parksville, en C.-B., ont établi des records canadiens respectivement au 50 mètres style libre et au 100 mètres papillon, mais ne se sont pas qualifiés pour les finales.

 

À voir en vidéo