Place aux Jeux paralympiques

Une scène de la cérémonie d’ouverture des Jeux paralympiques 2020 de Tokyo. COVID-19 oblige, l’événement s’est déroulé sans spectateurs.
Photo: Charly Triballeau Agence France-Presse Une scène de la cérémonie d’ouverture des Jeux paralympiques 2020 de Tokyo. COVID-19 oblige, l’événement s’est déroulé sans spectateurs.

Les Jeux paralympiques ont commencé mardi dans un stade national vide, comme ce fut le cas lors des cérémonies d’ouverture et de clôture des récents Jeux olympiques de Tokyo, en raison de la même pandémie.

L’empereur japonais Naruhito a ouvert la fête à nouveau, cette fois sous le thème « nous avons des ailes ». Parmi les quelques dignitaires sur place, il y avait également Douglas Emhoff, époux de la vice-présidente américaine Kamala Harris, le président du Comité international paralympique, Andrew Parsons, et le président du Comité international olympique, Thomas Bach.

On se serait cru dans un cirque lors du premier numéro, alors que des acrobates et des clowns ont envahi le stade. La musique joyeuse et des feux d’artifice ont signalé le début du long défilé des athlètes.

« Je n’arrive pas à croire que nous sommes ici, a dit Parsons lors de sa déclaration d’ouverture. Plusieurs ont douté que ce jour viendrait. Plusieurs croyaient que c’était impossible. Mais grâce aux efforts de nombreuses personnes, l’événement sportif le plus transformateur au monde va commencer. »

La cérémonie mettait en vedette les porte-drapeau de 162 délégations, dont la Canadienne Priscilla Gagné. Il y a à nouveau une équipe de réfugiés, tandis que le drapeau de l’Afghanistan a été transporté par un bénévole, même si la délégation est absente à Tokyo.

 
4400
C’est le nombre d’athlètes qui participent aux Jeux paralympiques.

Les organisateurs des Jeux sont sous pression alors que les nouvelles infections au coronavirus sont à la hausse dans la capitale japonaise. Environ 40 % de la population japonaise est doublement vaccinée. Mais les nouveaux cas à Tokyo sont quatre à cinq fois plus importants depuis l’ouverture des Jeux olympiques le 23 juillet. L’archipel nippon enregistre un record de 25 000 cas quotidiens ces derniers jours, et Tokyo approche de sa huitième semaine d’état d’urgence, qui a été déclaré au moins jusqu’au 12 septembre.

Premier test positif

Les organisateurs ont également annoncé mardi un premier test positif chez un athlète vivant dans le Village paralympique. Le nom et l’état de santé de la personne n’ont pas été dévoilés. Ils ont simplement ajouté que l’athlète était en isolement.

Aucun spectateur ne sera admis pour assister aux épreuves, mais les organisateurs espèrent pouvoir accueillir des étudiants, malgré l’avis contraire de la majorité de la communauté médicale.

« Pour le moment, nous ne voyons pas de corrélation entre la présentation des Paralympiques à Tokyo et la hausse des cas à Tokyo et au Japon », a dit Parsons à l’Associated Press.

Certains experts du milieu de la santé soutiennent toutefois que, même s’il n’y a pas de lien direct, la présentation des Olympiques et des Paralympiques crée un faux sentiment de sécurité et encourage les gens à baisser leur garde, ce qui pourrait expliquer la propagation du virus.

Jusqu’au 5 septembre, 539 médailles d’or vont se disputer entre quelque 4400 athlètes.

Le Canada a remporté 29 médailles, dont huit d’or, lors des Jeux paralympiques de Rio en 2016. Aucun objectif n’a été établi pour les 128 athlètes à Tokyo, puisqu’il était trop difficile de faire des projections en raison de l’annulation de nombreux événements au cours des 19 derniers mois.

Avec l’Agence France-Presse 

À voir en vidéo