Le Mondial de hockey féminin reviendrait en 2022

Le Championnat mondial de hockey féminin 2021, reprogrammé en août et déménagé à Calgary parce que la Nouvelle-Écosse a refusé de présenter l’événement en mai, se tient à moins de six mois des Jeux olympiques de Pékin, en février prochain.
Photo: Derek Leung Getty Images via Agence France-Presse Le Championnat mondial de hockey féminin 2021, reprogrammé en août et déménagé à Calgary parce que la Nouvelle-Écosse a refusé de présenter l’événement en mai, se tient à moins de six mois des Jeux olympiques de Pékin, en février prochain.

Une pénurie de matchs de hockey féminin pourrait faire place… à une abondance de matchs de hockey féminin.

Le mois prochain, les responsables de la Fédération internationale de hockey sur glace (FIHG) devraient confirmer la tenue d’une édition du Championnat du monde de hockey féminin lors d’une année où seront aussi organisés des Jeux olympiques d’hiver.

À l’heure actuelle, le Championnat du monde de hockey masculin est présenté la même année que des Jeux olympiques d’hiver, mais ce n’est pas le cas du volet féminin.

En entrevue à La Presse canadienne, Zsuzsanna Kolbenheyer, membre du conseil de la FIHG, a rappelé que le hockey féminin était la seule catégorie à l’intérieur de la Fédération à ne pas organiser un événement de haute importance lors d’une année olympique.

La présentation d’un Championnat du monde en août 2022, à un emplacement qui n’a pas encore été nommé, signifierait qu’il y aurait trois tournois féminins de grande envergure dans un intervalle d’un an, après deux années avec très peu de hockey international féminin à cause de la pandémie de la COVID-19.

Le Championnat du monde de 2021, reprogrammé en août et déménagé à Calgary parce que la Nouvelle-Écosse a refusé de présenter l’événement en mai, se tient à moins de six mois des Jeux olympiques de Pékin, en février prochain.

Le conseil de la FIHG propose que le Championnat mondial de hockey féminin soit de nouveau tenu au printemps lors d’années où des Jeux olympiques ne sont pas au calendrier.

« Plus nous pouvons ajouter d’événements au calendrier, le mieux c’est », a déclaré Hilary Knight, une attaquante avec l’équipe des États-Unis.

«On accorde beaucoup d’importance aux Jeux olympiques, mais le fait de présenter le Championnat du monde même lors d’une année olympique est important », a-t-elle ajouté.

Pour les pays qui gèrent un programme de hockey féminin à temps plein dans les mois menant vers des Jeux olympiques d’hiver, ça signifie qu’ils devront de nouveau accentuer les préparatifs pour un Championnat du monde l’été prochain peu de temps après l’octroi des médailles olympiques à Pékin.

« Si nous voulons faire croître notre sport au niveau international, nous assurer d’être visibles et jouer de façon continue à ce niveau élevé, la tenue d’un Championnat du monde tous les ans est cruciale », a affirmé Gina Kingsbury, directrice des Programmes nationaux de hockey féminin au sein de Hockey Canada.

Le Championnat du monde de hockey féminin à Calgary est le premier à avoir lieu en plus de deux ans. Le manque de matchs au niveau international, récemment, a accru l’appétit chez les joueuses.

« Nous allons profiter de chaque opportunité de jouer au hockey et de disputer des matchs », a déclaré Marie-Philip Poulin, la capitaine de la formation canadienne, tout en admettant que les joueuses de hockey féminin se sont ennuyées du fait de ne pas jouer contre les meilleures ni avec les meilleures.

Kolbenheyer croit que le hockey féminin a assez progressé pour accueillir un deuxième tournoi majeur pendant une année olympique.

« Nous sommes tous d’accord, au sein du conseil et au sein du comité féminin, qu’il s’agit de la prochaine étape que nous sommes censés réaliser pour développer notre sport et développer le hockey féminin. »

À voir en vidéo