Les Alouettes s’effondrent face aux Stampeders

La formation montréalaise s'est inclinée par la marque 28-22.
Photo: David Chidley La Presse canadienne La formation montréalaise s'est inclinée par la marque 28-22.

Dire que les Alouettes en avaient une « mauvaise dans le système » face aux Stampeders de Calgary tient de l’euphémisme qui mérite sévère sanction. Malgré tout, la formation montréalaise a bien failli s’en tirer avec la victoire, étant dans le coup littéralement jusqu’à la dernière seconde du match dans ce revers de 28-22.

Postés à la ligne de 14 verges des Stamps (1-2) avec une seconde à faire, Vernon Adams fils a décoché une passe vers Eugene Lewis, qui effectuait un tracé en crochet vers le coin inférieur gauche de la zone payante. La passe d’Adams s’est toutefois retrouvée à court d’une verge.

Lewis, qui a dû plonger pour la capter, n’a jamais eu la chance de faire passer le ballon par-dessus la ligne des buts.

« J’ai lancé cette passe juste un petit peu trop tard. Si j’avais pu la lancer au bon moment, elle se serait retrouvée dans la zone des buts. C’est ma faute », a admis le quart des Alouettes (1-1).

« Le jeu a été raté en quelque sorte. Nous voulions aller plus en profondeur avec cette passe. Nous avions quelques options, mais Eugene courait un tracé en crochet. C’est évident que vous souhaitez que cette passe soit une demi-verge plus loin », a pour sa part analysé l’entraîneur-chef, Khari Jones.

Les Alouettes peuvent se considérer chanceux d’avoir été dans le coup aussi tard dans la rencontre. Ils ont joué un match horrible, digne des saisons sombres du club d’il y a quelques années. En plus d’une exécution déficiente, les Montréalais ont joué du football indiscipliné, écopant de pas moins de 16 pénalités pour 149 verges.

« C’est difficile à accepter, a dit Jones. Nous nous sommes tirés dans le pied souvent. Toutes ces pénalités étaient gênantes. Nous avons écopé de plusieurs pénalités égoïstes et nous ne pouvons pas être ce genre d’équipe. Ça ne peut pas être le genre d’équipe que je dirige. Je suis extrêmement déçu par tout ça.

« La bonne chose est que ce genre de performance survient au deuxième match de la saison et que nous avons le temps de corriger le tir. Je sais que nous pourrons le faire. »

L’entraîneur a été aperçu en train d’enguirlander certains de ses joueurs au banc. Il est permis de penser que certains d’entre eux en entendrons de nouveau parler.

« Nous devons être meilleurs que ça, a ajouté Jones. Nous avons écopé de pénalités alors que les gars ont répliqué, physiquement ou verbalement. Nous devons garder notre calme et j’espère que nous avons appris notre leçon.

« Quand vous jouez avec beaucoup d’émotion et d’intensité, il y a une ligne à ne pas franchir et nous avons dépassé les bornes ce soir. C’est gênant, je ne veux pas qu’on associe mon équipe à ce genre de comportement. Nous allons régler cela. Nous allons en parler et nous assurer que ça ne se produise plus dans l’avenir. »

Bon départ

 

Les Alouettes semblaient pourtant se diriger vers un gain facile face aux Stamps et leur quart recrue Jake Maier, victime de deux interceptions à ses cinq premières tentatives. Une mauvaise décision d’Adams (20 en 42, 261 verges, deux touchés, une interception) a redonné vit aux locaux.

Avec la marque à 14-3 Alouettes au deuxième quart, Adams a tenté de rejoindre un de ses receveurs dans une couverture double. Mal lui en prit. Royce Metchie a intercepté sa passe à sa ligne de 6 des siens et a changé le cours du match.

« C’est une mauvais décision de ma part, a indiqué Adams. Je dois jouer plus calmement. Nous n’avons plus été les mêmes par la suite. Ça a fait tourner le vent. Je dois être meilleur, surtout à l’approche de la zone des buts comme ça a été le cas sur ce jeu. »

Les Albertains ont marqué 25 points sans réplique par la suite, menés de main de maître par Maier, qui a su se ressaisir pour jouer tel un vétéran.

 

À son premier départ dans la LCF, Maier a complété 16 de ses 29 passes pour 304 verges et un touché.

« Je ne crois pas qu’il faisait les choses différemment (qu’au premier quart), a dit le demi défensif Adarius Picket de Maier. Sur certains jeux, nous avons hésité au lieu de foncer. Mais le plus important est que nous n’avons pas été suffisamment disciplinés. Les pénalités ont permis aux Stamps de prolonger leurs séquences en attaque. »

« Cette défaite est parmi les plus frustrante (à la barre des Alouettes) pour moi, a conclu Jones. Si on perd un match et que l’autre équipe a été meilleure que nous, je peux leur lever mon chapeau et retourner à la table à dessins. Je ne crois pas que ça ait été le cas ici, sans rien enlever à la performance de Calgary. Nous nous sommes mis dans le pétrin dans toutes les phases de jeu. Malgré tout, nous ne sommes qu’à une demi-verge de sortir d’ici avec une victoire. J’aime cet aspect de mon équipe. Elle n’abandonne jamais. »

Le demi à l’attaque Ka’Deem Carey a inscrit deux touchés pour les vainqueurs. Kamar Jorden a inscrit l’autre sur une passe de quatre verges. Rene Paredes a ajouté deux placements sur 39 et 52 verges — une marque personnelle — et les Alouettes ont offert un touché de sûreté aux Stamps.

Jake Wieneke et William Stanback ont réussi les premiers touchés des Alouettes. Quan Bray a rapproché les Montréalais à seulement six points avec moins de trois minutes à jouer, après une transformation chanceuse de David Côté. Le ballon a touché le montant droit avant de franchir la transversale.

Les Alouettes ont repris une dernière fois le ballon, à leur ligne de 18, avec 1 min 44 à jouer. Il leur a manqué une verge et un jeu.

À voir en vidéo