Les quarts des Stampeders dans la mire des Alouettes

Les Alouettes ont remporté leur premier match de la saison, samedi dernier, face aux Elks d’Edmonton.
Photo: Jason Franson.Le Presse canadienne Les Alouettes ont remporté leur premier match de la saison, samedi dernier, face aux Elks d’Edmonton.

Les jeunes quarts des Stampeders de Calgary sont mieux d’être prêts : la défense des Alouettes de Montréal a l’intention de leur servir la même médecine que celle réservée samedi dernier au vétéran des Elks d’Edmonton, Trevor Harris, soit une pression énorme.

Face à Harris, le front défensif des Alouettes (1-0) s’est imposé avec force et rapidité : en pas moins de onze occasions, Harris a été frappé par l’unité défensive montréalaise, dont quatre fois pour des sacs, deux par Antonio Simmons, et un chacun pour Ahmad Thomas et Almondo Sewell.

Vendredi, les Stampeders (0-2), qui sont privés du vétéran partant Bo Levi Mitchell, enverront dans la mêlée deux quarts n’ayant que très peu d’expérience dans le circuit Ambrosie : la recrue Jake Maier et Michael O’Connor.

« Les Stamps ont d’excellents entraîneurs et d’excellents systèmes de jeu, ça ne fait pas de doute. Ils vont utiliser des passes écran et des jeux au sol pour protéger leurs quarts. Mais nous allons être agressifs et allons rapidement mettre de la pression », a assuré Todd Howard, entraîneur de la ligne défensive des Alouettes et coordonnateur contre le jeu au sol.

Ce genre de pression sur les quarts adverses a souvent manqué aux moineaux par le passé. Howard est catégorique : ça s’inscrira désormais dans l’ADN du club. « Je n’ai jamais fait partie d’un front défensif qui comptait moins de six ou sept plaqués sur le quart adverse par match. La saison dernière [2019], nous n’en avions que trois par rencontre, a-t-il souligné. La direction a compris ce que l’on souhaitait et a ajouté le personnel qui nous manquait pour appliquer ce genre de pression. »

L’entraîneur-chef de l’équipe, Khari Jones, espère d’ailleurs que ce genre de performance deviendra la marque de commerce de son équipe. « C’est certain que c’est l’objectif ultime de compter sur une ligne défensive dominante. Nous avons ajouté de bons éléments, et ceux qui étaient déjà ici se sont améliorés. Ils comprennent davantage notre défense. C’est une combinaison de tout ça et en même temps, nous travaillons toujours à améliorer cet aspect de notre jeu. »

Stanback ne ralentit pas

 

Sur l’autre front, les Alouettes ont pu compter samedi sur une solide performance de leur quart, Vernon Adams fils, qui a terminé cette première rencontre avec un coefficient d’efficacité de 127,3. Adams est immensément talentueux, mais cette prestation n’aurait sans doute pas été possible sans l’apport du demi à l’attaque William Stanback, qui a récolté 112 verges en 18 courses.

C’est certain que c’est l’objectif ultime de compter sur une ligne défensive dominante

C’est comme si Stanback avait repris exactement là où il avait laissé après la saison 2019, au cours de laquelle il avait amassé 1048 verges en 14 matchs seulement, le même nombre que les Alouettes disputeront en 2021.

« Il a joué un gros match pour nous, comme nous savions qu’il allait le faire, a indiqué Jones. Il nous permet d’avoir cet équilibre [entre la course et la passe] et il va nous chercher des verges importantes sur les premiers essais. C’est bon de le ravoir parmi nous. »

Les Stampeders chercheront à éviter de commencer la saison par trois revers pour la première fois depuis 2002. Quant aux Alouettes, ils regagneront Montréal après la rencontre afin de se préparer en vue de leur ouverture locale, le vendredi 27 août, contre les Tiger-Cats de Hamilton.

À voir en vidéo