Fin de parcours pour Marino à Montréal

L’aventure de Rebecca Marino à Montréal a pris fin de façon expéditive, jeudi, lorsqu’elle s’est inclinée 6-1, 6-3, en 59 minutes, face à la Biélorusse Aryna Sabalenka sur le court central du stade IGA.
Photo: Paul Chiassson La Presse canadienne L’aventure de Rebecca Marino à Montréal a pris fin de façon expéditive, jeudi, lorsqu’elle s’est inclinée 6-1, 6-3, en 59 minutes, face à la Biélorusse Aryna Sabalenka sur le court central du stade IGA.

Quand elle a obtenu son invitation pour le tableau principal du simple féminin de l’Omnium de tennis Banque Nationale, Rebecca Marino voyait là une occasion de gravir des échelons au classement mondial et de montrer qu’elle peut tenir tête à l’élite de son sport. Malgré sa défaite en troisième ronde jeudi après-midi à Montréal, la Torontoise de 30 ans avait le sentiment qu’elle avait atteint ces deux cibles.

La belle aventure de Marino à Montréal a pris fin de façon expéditive lorsqu’elle s’est inclinée 6-1, 6-3, en 59 minutes, face à la Biélorusse Aryna Sabalenka sur le court central du stade IGA.

« Elle a frappé la balle avec force dès le premier point. Elle ne m’a pas donné beaucoup de marge de manœuvre. Très impressionnant. Pour ça, je lui lève mon chapeau. J’ai fait de mon mieux pour revenir dans le match », a analysé Marino.

« Oui, je suis un peu déçue avec [le résultat] aujourd’hui. Mais dans l’ensemble, si je regarde le portrait global de la semaine, je pense qu’il y a beaucoup de points positifs à soutirer de cette expérience et je suis vraiment fière de moi. »

Troisième joueuse mondiale et favorite du tournoi, Sabalenka savait très bien qu’elle affrontait une rivale qui était perçue comme la négligée, mais qui allait jouer devant un public qui allait l’appuyer.

Aussi, la Biélorusse de 23 ans avait vu comment Marino était venue de l’arrière pour éliminer Paula Badosa mercredi. Pour Sabalenka, ce match pouvait présenter un risque.

« Elle n’avait rien à perdre aujourd’hui. La foule l’appuyait. Elle était en bonne forme et dans un bon état d’esprit. J’ai essayé de ne lui donner aucune occasion de revenir dans le match ou de me mettre de la pression. J’ai été combative du début à la fin. Oui, c’est dangereux de faire face à une joueuse qui n’a rien à perdre », a déclaré Sabalenka.

Grâce à ses performances cette semaine, Marino devrait grimper jusqu’au 175e rang du classement de la WTA, après avoir amorcé le tournoi au 220e échelon.

Dans son esprit, ses victoires consécutives contre des joueuses du top 40 — Madison Keys lundi et Badosa — représentent les points marquants de sa semaine. « Quand j’ai su que je serais du tableau principal, je voulais profiter au maximum de cette occasion. L’identité de l’adversaire n’avait pas d’importance », a précisé Marino.

« Dans mon cœur, j’ai le sentiment que je peux me battre avec ces joueuses, que j’ai ma place à ce niveau. Je pense que les résultats tendent à confirmer cette confiance en moi que je possède. C’est juste qu’il faut un peu de temps pour grimper [au classement]. »

Elle tentera sa chance lors des qualifications en vue des Internationaux des États-Unis dans deux semaines.

En après-midi, sur un court secondaire, Marino a retrouvé Sabalenka en deuxième ronde du double. Après avoir mené 5-3 au premier set, Marino et la Québécoise Leylah Fernandez ont baissé pavillon 7-6 (4), 6-2 face à Sabalenka et à la Belge Élise Mertens, premières têtes de série.

En quarts de finale, Sabalenka et Mertens retrouveront le tandem formé de la Canadienne Gabriela Dabrowski et la Brésilienne Luisa Stefani, qui ont battu le duo composé de l’Américaine Emina Bektas et de la Britannique Tara Moore, 7-5 et 6-2.

Duel de Biélorusses

En quarts de finale du simple, Sabalenka affrontera sa compatriote Victoria Azarenka, huitième tête de série, qui a éliminé la Grecque Maria Sakkari, classée 11e, 6-4, 3-6, 7-6 au terme d’un duel de haut niveau qui a duré 2 h 36 minutes.

Dans un autre match de troisième ronde, l’Espagnole Sara Sorribes Tormo a vaincu la Tchèque Katerina Siniakova 6-7, 6-0, 6-3. En quarts de finale, elle croisera le fer avec une autre Tchèque, Karolina Pliskova, quatrième tête de série, qui a battu l’Américaine Amanda Anisimova 6-1, 7-6.

Par ailleurs, l’Américaine Cori Gauff a obtenu son laissez-passer pour les quarts de finale à la suite du forfait de la Britannique Johanna Konta en raison d’une blessure au genou gauche.

Vendredi en quarts de finale, Gauff aura rendez-vous avec l’Italienne Camila Giorgi, qui a surpris la Tchèque Petra Kvitova, septième tête de série, en deux manches identiques de 6-4.

À voir en vidéo