Un match final anxiogène pour Christine Sinclair aux JO de Tokyo

Sinclair a été remplacée dans la seconde demie du match pour la médaille d’or, ce qui l’a clouée au banc lors de la séance de tirs de barrage.
Photo: Andre Penner Associated Press Sinclair a été remplacée dans la seconde demie du match pour la médaille d’or, ce qui l’a clouée au banc lors de la séance de tirs de barrage.

Christine Sinclair n’a pas l’habitude d’être sur les lignes de côté lorsqu’une séance de tirs au but scelle l’issue d’un match important.

C’est exactement la situation dans laquelle la légende de soccer canadienne s’est retrouvée, vendredi, alors que le Canada et la Suède croisaient le fer en finale du tournoi féminin des Jeux olympiques de Tokyo.

Même si Sinclair était follement heureuse du résultat ー le Canada a remporté l’or en marquant trois buts contre deux en tirs de barrage ー, elle n’a pas été friande du processus pour s’y rendre.

« Durant l’entièreté du tournoi, les tirs au but étaient la pire chose à expérimenter, a affirmé Sinclair en vidéoconférence, mardi. À moins de gagner. »

Sinclair a été remplacée dans la seconde demie du match pour la médaille d’or, ce qui l’a clouée au banc lors de la séance de tirs de barrage.

« Je crois qu’il s’agit des premiers tirs au but auxquels je n’ai pas participé physiquement, et c’était la pire expérience de ma vie, a-t-elle expliqué.

« J’aurais aimé que les gens puissent voir Desiree Scott et moi pendant ces tirs de barrage, parce que nous devenions absolument folles. »

Alors que Jessie Fleming a rapidement donné les devants aux siens, les Canadiennes ont raté leurs trois tirs suivants, permettant à la Suède de mener 2-1.

La capitaine suédoise, Caroline Seger, a eu une chance d’offrir l’or à ses coéquipières, mais sa tentative a survolé la barre transversale.

La pression était alors sur les épaules de Deanne Rose, qui devait marquer pour garder l’unifolié dans le coup. Son tir a atteint le coin supérieur.

Nez à nez après cinq tirs, les tirs au but se sont rendus en mort subite. La gardienne canadienne Stephanie Labbé a défendu son filet avec succès aux dépens de Jonna Andersson, et Julia Grosso a clos le débat.

« Nous pratiquons les tirs au but à chaque entraînement, parce que nous savons que beaucoup de tournois sont réglés ainsi, a indiqué Sinclair. Nous avons travaillé là-dessus, nous avions extrêmement confiance en nous-même et Steph Labbé a été comme un mur de brique. »

Le match de la médaille d’or était la deuxième victoire par tirs de barrage des Canadiennes, qui avaient aussi battu le Brésil de cette façon en ronde des 16. Labbé avait arrêté les deux dernières joueuses brésiliennes, procurant un autre gain dramatique au Canada.

Avenir incertain

Le titre olympique est le plus récent fait saillant de Sinclair, qui mène tous les joueurs et joueuses de soccer avec 187 buts internationaux. Elle a aussi mené le Canada à une médaille de bronze aux Jeux de Londres, en 2012, et aux Jeux de Rio, en 2016.

Cette victoire en or pourrait être une façon parfaite de clore sa carrière, mais la joueuse de 38 ans dit ne pas être prête à prendre des décisions à propos de son avenir.

« Certaines journées, je me dis : “Je veux continuer pour toujours !”, et le lendemain je pense le contraire, que je pourrais prendre ma retraite au sommet. Alors, qui sait ce qui va arriver. »

À voir en vidéo