Le Chinois Cao Yuan passe à l’histoire à la suite d’une victoire à la tour de 10 m

Le Chinois Cao Yuan est devenu le premier plongeur de l’histoire à gagner une médaille d’or lors de trois Jeux olympiques différents.
Photo: Dmitri Lovetsky Associated Press Le Chinois Cao Yuan est devenu le premier plongeur de l’histoire à gagner une médaille d’or lors de trois Jeux olympiques différents.

Le Chinois Cao Yuan est devenu le premier plongeur de l’histoire à gagner une médaille d’or lors de trois Jeux olympiques différents, après un duel excitant à la plateforme de 10 mètres.

Cao a poursuivi la domination chinoise en plongeon lorsqu’il a triomphé au Centre aquatique de Tokyo, samedi. Il a devancé son compatriote Yang Jian par seulement 1,95 point.

La Chine a gagné sept des huit épreuves de plongeon aux Jeux de Tokyo. La seule tache à son dossier est survenue à la plateforme de 10 mètres synchro, alors que les Britanniques Tom Daley, qui a gagné la médaille de bronze derrière Cao et Yang, et Matty Lee ont obtenu le titre olympique.

Les Chinois ont réussi un doublé lors des quatre épreuves individuelles, en plus de trois médailles d’or et une médaille d’argent en synchro.

Âgé de 26 ans, Cao a décroché la médaille d’or au tremplin de trois mètres aux Jeux de Rio, en 2016, et au 10 mètres synchro aux Jeux de Londres, en 2012.

Le règne américain se poursuit

 

Kevin Durant a inscrit 29 points et les États-Unis ont gagné une quatrième médaille d’or de suite en défaisant la France au compte de 87-82 en finale du tournoi de basketball masculin.

Durant a confirmé la victoire des siens en réussissant deux lancers francs alors qu’il ne restait que 8,8 secondes à écouler au match.

Durant est devenu le deuxième joueur de l’histoire du basketball olympique masculin à décrocher trois médailles d’or, après Carmelo Anthony.

Evan Fournier et Rudy Gobert ont tous les deux amassé 16 points pour la France, qui compte maintenant quatre médailles d’argent — toutes obtenues à la suite d’une défaite en finale contre les États-Unis — dans cette discipline.

L’Australie a complété le podium, en s’imposant 107-93 contre la Slovénie dans le match pour le bronze.

La fête au Japon

 

Munetaka Murakami a cogné un circuit en troisième manche et ce fut suffisant pour le Japon, qui a vaincu les États-Unis 2-0 dans le match pour l’or du tournoi de baseball.

Quelques centaines de personnes, qui semblaient être surtout des bénévoles, ont encouragé le Japon dans le stade de Yokohama, dont la capacité maximale est de 34 000 spectateurs.

 

Les États-Unis, qui ont introduit le baseball au Japon en 1872, n’avaient pas accès aux joueurs sur les formations de 40 joueurs des équipes du Baseball majeur, tandis que le Japon comptait sur ses meilleurs éléments des ligues professionnelles locales.

Le Japon était aussi privé de quelques vedettes évoluant en Amérique du Nord.

 

Murakami a claqué un tir de Nick Martinez (1-1) par-dessus le mur au champ centre-gauche.

Les joueurs japonais ont célébré autour du monticule. Le gérant Atsunori Inaba a été lancé dans les airs par ses joueurs, qui ont également salué les spectateurs.

 

Le baseball était au programme olympique pour une sixième fois seulement, et une première depuis 2008.

Le Japon avait une médaille d’argent et deux de bronze à son palmarès. Sa collection est enfin complète.

La République dominicaine s’est adjugé le bronze en battant la Corée du Sud 10-6.

Le Brésil défend son titre

 

Malcom a fait bouger les cordages pendant la 108e minute de jeu et le Brésil a défait l’Espagne 2-1 en prolongation lors de la finale du tournoi olympique de soccer.

Le Brésil a ainsi défendu avec succès sa couronne remportée devant ses partisans à Rio en 2016.

Matheus Cunha a ouvert la marque pendant les arrêts de jeu de la première demie. Cependant, Mikel Oyarzabal a répliqué pour l’Espagne pendant la 61e minute de jeu.

Le Brésil est donc monté sur le podium olympique pour une quatrième fois de suite. Il avait également remporté le bronze en 2008 à Pékin et l’argent en 2012 à Londres. Le Brésil totalise sept médailles olympiques.

De son côté, l’Espagne espérait remporter l’or pour une première fois depuis 1992, devant ses partisans à Barcelone.

Elle participait à une première finale depuis 2000, à Sydney.

Une endurance en or

 

La Néerlandaise Sifan Hassan a triomphé au 10 000 mètres, gagnant une deuxième médaille d’or et une troisième médaille aux Jeux de Tokyo, après avoir décidé de participer aux trois courses de fond en athlétisme.

Hassan a facilement doublé la détentrice du record du monde Letesenbet Gidey lors du dernier virage et a stoppé le chrono à 29:55,32.

La coureuse native d’Éthiopie a donc complété un impressionnant doublé au 5000 et 10 000 m. Elle a aussi gagné le bronze au 1500 m.

La finale du 10 000 m était sa sixième course en huit jours aux Jeux de Tokyo.

 

Un vieux routier

L’Allemagne a triomphé à l’épreuve masculin de K4 500 mètres, permettant à Ronald Rauhe de devenir le premier homme à gagner une médaille en sprint en canoë-kayak lors de cinq Jeux olympiques.

Âgé de 39 ans, Rauhe est aussi le deuxième plus vieux médaillé d’or dans une épreuve de sprint en canoë-kayak. Seul le Suédois Gert Fredriksson était plus âgé, à 40 ans, en 1960.

Une première norvégienne

 

Christian Sorum et Anders Mol ont battu leurs adversaires russes lors du match de la médaille d’or en volleyball de plage chez les hommes, offrant à la Norvège la première médaille de son histoire dans ce sport.

Les Norvégiens ont vaincu les champions du monde en titre 21-17, 21-18 au parc Shiokaze.

 

Les Américaines sont sans pitié

L’équipe américaine de water-polo féminin a signé un troisième titre olympique de suite en écrasant l’Espagne 14-5 lors du match de la médaille d’or.

Maddie Musselman a touché la cible à trois reprises alors qu’Ashleigh Johnson a effectué 11 arrêts pour les Américaines, qui montrent un dossier de 134-4 depuis qu’elles ont remporté la médaille d’or aux Jeux de Rio, en 2016.

Après avoir perdu 10-9 contre la Hongrie lors des préliminaires, ce qui constituait leur première défaite aux Olympiques depuis la finale de 2008, les États-Unis ont gagné quatre parties de suite par un total combiné de 63-26.

 

Les Américaines rejoignent les équipes masculines de la Grande-Bretagne (1908-1920) et de la Hongrie (2000-2008) en tant que seules formations à avoir remporté trois titres olympiques de suite en water-polo.

Les États-Unis sont le seul pays à avoir récolté une médaille lors de chacune des six représentations du tournoi féminin aux Jeux olympiques.

À voir en vidéo