Comment un vélodrome a changé le cyclisme sur piste canadien

Le Canada a envoyé sa plus imposante équipe de cyclisme au Japon, alors que 12 cyclistes prennent part à la compétition cette semaine.
Thibault Camus Associated Press Le Canada a envoyé sa plus imposante équipe de cyclisme au Japon, alors que 12 cyclistes prennent part à la compétition cette semaine.

Autrefois, les cyclistes sur piste canadiens étaient habitués à être constamment en mouvement. Sans vélodrome permanent au pays, les meilleurs étaient obligés de sillonner le globe pour se développer, s’entraîner et prendre part à des compétitions. Les résultats sur la scène internationale étaient bons malgré le manque d’infrastructures, et les cyclistes canadiens ont gagné sept médailles olympiques entre 1984 et 2016. Le mode de vie transitoire épuisait cependant à la fois les athlètes et les coffres du programme.

« Nous avions vraiment une équipe nomade, a déclaré le directeur de la haute performance de Cyclisme Canada, Kris Westwood. Ce que nous pouvions faire était vraiment limité. Nous identifiions les meilleurs espoirs et nous les emmenions à Los Angeles pour les entraîner là-bas ou dans un autre vélodrome quelque part dans le monde. »

Les Jeux panaméricains de 2015 à Toronto ont tout changé. Une installation de calibre mondial ouverte toute l’année à Milton, en Ontario, à une cinquantaine de kilomètres de Toronto, fait maintenant partie de l’héritage de ce sport.

« Ça a tout transformé, a poursuivi Westwood. Maintenant, nous pouvons réellement travailler avec les athlètes sur une plus longue période, faire travailler les cyclistes en développement aux côtés de cyclistes d’élite, faire le développement des entraîneurs et avoir tout le personnel de la science du sport dans le même bâtiment. »

L’impact est ressenti aux Jeux de Tokyo, six ans plus tard. Le Canada a envoyé sa plus imposante équipe de cyclisme au Japon, alors que 12 cyclistes prennent part à la compétition cette semaine, dont Michael Foley, qui est originaire de Milton.

Outre Foley, les cyclistes Allison Beveridge, Annie Foreman-Mackey, Ariane Bonhomme, Derek Gee, GeorgiaSimmerling, Hugo Barrette, Jasmin Duehring, Jay Lamoureux, KelseyMitchell, Lauriane Genest, Nick Wammeset Vincent de Haître participent aux épreuves au vélodrome d’Izu.

Simmerling, Duehring et Beveridge faisaient partie de l’équipe féminine en poursuite par équipes qui a décroché la médaille de bronze aux Jeux de Rio, en 2016. Duehring a aussi aidé le Canada à terminer troisième dans cette discipline quatre ans plus tôt, aux Jeux de Londres.

Lundi, le Canada a lancé ses activités en cyclisme sur piste aux Jeux de Tokyo. Beveridge, Duehring, Foreman-Mackey et Simmerling ont pris le huitième rang lors des qualifications en poursuite par équipes. Dans cette même discipline, mais du côté masculin, Foley, Gee, Lamoureux et de Haître ont terminé au sixième échelon.

À voir en vidéo