Maude Charron remporte la deuxième médaille d’or du Canada aux JO de Tokyo

L'haltérophile rimouskoise Maude Charron
Photo: Vincenzo Pinto Agence France-Presse L'haltérophile rimouskoise Maude Charron

Maude Charron est devenue la deuxième Canadienne à remporter une médaille d’or en haltérophilie mardi, triomphant chez les moins de 64 kg. Elle rejoint ainsi Christine Girard dans l’histoire de l’olympisme canadien.

L’athlète rimouskoise de 28 ans a réalisé l’exploit non sans créer un petit moment d’inquiétude lors de sa première tentative à l’épaulé-jeté, lorsqu’elle a laissé tomber au sol la charge de 128 kg après l’avoir posée sur ses épaules.

Elle s’est rapidement ressaisie en réussissant à porter au bout de ses bras la même barre de 128 kg à sa deuxième tentative, avant de soulever 131 kg à son troisième essai.

Cette performance, combinée à sa charge de 105 kg à l’arraché, lui a permis d’inscrire un total de 236 kg. Elle a devancé l’Italienne Giorgia Bordignon (232 kg) et Chen Wen-Huei de Taïpei (230 kg).

« Ce fut une excellente compétition, une bonne bataille », a déclaré Charron. « Une belle compétition à regarder et à laquelle participer aussi. Je suis très fière. »

En montant sur la plus haute marche du podium, Charron a levé ses mains en signe de triomphe. Elle a ensuite semblé essuyer des larmes alors que résonnait l’hymne national canadien.

 

Pour bien suivre les JO de Tokyo

Charron est seulement la quatrième athlète née au Canada à gagner une médaille olympique en haltérophilie, et la deuxième femme.

Girard a réalisé l’exploit à deux occasions, méritant le bronze à Pékin en 2008, et l’or aux Jeux de Londres en 2012, à chaque fois chez les moins de 63 kg. Cette dernière médaille lui avait été octroyée six ans plus tard.

Gerry Gratton, en 1952, et Jacques Demers, en 1984, sont les deux autres haltérophiles à avoir été médaillés olympiques, ayant tous deux gagné l’argent chez les moins de 75 kg.

Huit médailles, toutes à des femmes

Les exploits de la Rimouskoise ont permis au Canada de porter à huit son total de médailles à Tokyo.

En plus de l’or de Charron, le Canada a ajouté une troisième médaille d’argent et deux médailles de bronze à sa récolte.

Kylie Masse a donné le ton à la journée en décrochant la deuxième place à l’épreuve féminine de natation du 100 mètres dos.

L’Ontarienne de 25 ans a nagé la distance en 57,72 secondes et elle n’a été devancée que par l’Australienne Kaylee McKeown. Il s’agissait de la deuxième médaille olympique de Masse dans cette discipline.

Quelques heures plus tard, l’équipe féminine de balle molle a vaincu le Mexique 3 à 2, ramassant au passage la médaille de bronze. Il s’agissait de la première médaille olympique de son histoire dans ce sport.

En fin de journée, la judoka Catherine Beauchemin-Pinard a remporté une médaille de bronze dans la catégorie des moins de 63 kg.

Beauchemin-Pinard a triomphé de la Vénézuélienne Anriquelis Barrios par waza-ari après un éreintant combat qui a nécessité 3 h 03 de prolongation sur le tatami du Nippon Budokan.

« Je la sentais fatiguée. J’ai été contente d’avoir gardé ma concentration, même après avoir perdu en demi-finales. Je savais que j’étais capable d’aller chercher une médaille aujourd’hui, a-t-elle expliqué. J’y allais un combat à la fois et j’ai été contente de tous mes combats. »

Depuis le début des Jeux de Tokyo, les athlètes féminines sont responsables de toutes les médailles remportées par le Canada.

Margaret Mac Neil (100 m papillon et 4x100m style libre), Jessica Klimkait (judo), Jennifer Abel et Mélissa Citrini-Beaulieu (tremplin 3 m synchro), ainsi que Penny Oleksiak, Kayla Sanchez, Rebecca Smith et Taylor Ruck (4x100m style libre) ont aussi reçu une médaille au cours des derniers jours.

Quant à Meaghan Benfeito et Caeli McKay, elles se sont arrêtées au pied du podium à la tour de 10 m synchro. Après trois plongeons somme toute bien réussis, Benfeito et McKay ont tenté un triple saut périlleux et demi arrière, avec un degré de difficulté de 3,3, soit le plus difficile de la compétition.

Benfeito a un peu dépassé la verticale alors que McKay a été à court. Elles ont obtenu 51,48 points pour ce plongeon, soit la pire récolte de cette quatrième ronde. Les Canadiennes ont terminé la compétition avec 299,16 points, à 0,54 point d’une médaille de bronze.

« Je ne vous mentirai pas, je suis évidemment déçue. Tout le monde serait déçu de finir à 54 centièmes d’une médaille. Mais je suis très fière de Caeli », a affirmé Benfeito.

Quelques athlètes canadiens ont pu célébrer des victoires et d’autres ont fourni de beaux efforts pour se classer dans leur discipline.

En volleyball de plage, Brandie Wilkerson et Heather Bansley ont vaincu les Argentines Ana Gallay et Fernanda Pereyra en deux manches. En rugby à sept, l’équipe masculine a eu raison du Japon 36-12 et est ainsi passée en quarts de finale, mais a ensuite perdu 21-10 contre la Nouvelle-Zélande.

L’équipe féminine de soccer s’est qualifiée pour les quarts de finale du tournoi olympique à la suite d’un match nul de 1-1 contre la Grande-Bretagne.

Le Canada a été victime d’un but contre son camp à la 85e minute après que Adriana Leon lui eut procuré l’avance 30 minutes plus tôt.

Le judoka Antoine Valois-Fortier a gagné son premier combat dans la catégorie des moins de 81 kg, mais il s’est incliné par waza-ari en huitièmes de finale.

Au triathlon féminin, Amélie Kretz a pris la 15e position. En vélo de montagne, Catharine Pendrel a conclu l’épreuve en 18e place, tandis que Haley Smith a terminé 29e. Finalement, Florence Maheu s’est contentée du 23e échelon de la demi-finale du slalom en kayak.

En boxe féminine, Myriam da Silva, de Chambly, s’est inclinée par décision unanime aux mains de la Dominicaine Maria Altagracia Moronta Hernandez chez les mi-moyens.



À voir en vidéo