Logan Mailloux exprime des remords et espère gagner la confiance des partisans

Le Canadien a sélectionné les attaquants Riley Kidney et Oliver Kapanen pendant le deuxième tour du repêchage, samedi.
Photo: Paul Chiasson La Presse canadienne Le Canadien a sélectionné les attaquants Riley Kidney et Oliver Kapanen pendant le deuxième tour du repêchage, samedi.

Le nouvel espoir du Canadien Logan Mailloux a de nouveau exprimé des remords pour avoir pris et partagé sans son consentement une photo d’une partenaire lors d’un acte sexuel l’automne dernier, et il espère pouvoir gagner la confiance des partisans de la formation montréalaise.

Moins de 12 heures après avoir été sélectionné en première ronde par le Tricolore, au 31e rang, Mailloux a commencé sa première visioconférence en tant que membre de l’équipe en lisant une déclaration en anglais et en français.

« J’ai commis un geste stupide et irresponsable. J’ai agi sans penser. Pour cette erreur de jugement, j’ai été mis à l’amende par la justice suédoise », a rappelé Mailloux en revenant sur l’incident survenu en novembre 2020, quand il évoluait avec le SK Lejon, en troisième division suédoise.

« Je sais que j’ai causé du tort à la personne et sa famille. J’ai présenté des excuses, mais ceci la suivra quand même pour le restant de sa vie. Pour cela, je le regrette profondément. »

Le Canadien a causé une onde de choc à travers la planète hockey en sélectionnant Mailloux, d’autant plus que le principal intéressé avait publié une déclaration via son compte Twitter mardi dans laquelle il demandait aux équipes de la LNH de ne pas le repêcher cette année. Le joueur natif de Belle River, en Ontario, préférait plutôt avoir la chance de gagner en maturité et de refaire ses preuves avec les Knights de London l’hiver prochain.

« Je ne crois pas que je mérite ce droit. Mon objectif est de m’améliorer en tant que personne et que membre de la communauté, a répété Mailloux samedi. Si c’est à Montréal que je dois le faire, ainsi soit-il. »

Questionné à savoir pourquoi le Canadien avait jugé bon de repêcher Mailloux si le principal intéressé ne croyait pas mériter ce droit, le directeur général adjoint de la formation montréalaise Trevor Timmins a longuement hésité avant de tenter à nouveau de justifier la sélection.

« Il était émotif quand il a publié cela (son gazouillis), a dit Timmins au terme du repêchage. Peut-être qu’il se sent différemment aujourd’hui.

« Nous étions à l’aise en raison des informations que nous avions et de nos entrevues avec lui. Nous croyons en ses remords. Nous allons l’aider à passer à travers cette période difficile. Nous avons le personnel pour l’aider avec ça. Il sortira grandi de cette expérience. »

Mailloux s’était rendu en Suède puisque la Ligue de l’Ontario n’a jamais été en mesure de commencer sa saison 2020-21 en raison de la pandémie de COVID-19.

Le jeune homme âgé de 18 ans a indiqué ne pas avoir eu de contact avec le Canadien entre la publication de sa déclaration, mardi, et sa sélection, vendredi. Il avait toutefois eu plusieurs discussions avec le Canadien au cours de l’hiver.

Selon The Athletic, 11 équipes l’avaient rayé de leur liste d’espoirs en prévision du repêchage, mais ESPN a rapporté que d’autres formations prévoyaient lui tendre peut-être une perche en deuxième ronde.

De son côté, le directeur général du Canadien, Marc Bergevin, a affirmé que rendu au 31e rang, l’écart entre Mailloux et le joueur suivant sur la liste du Canadien était trop important pour l’ignorer. Il a ajouté qu’il ne croyait pas que le défenseur droitier aurait été disponible quand le Canadien aurait eu à nouveau le droit de parole, au 63e rang.

Gagner la confiance

Mailloux s’est dit conscient qu’il allait devoir travailler fort pour gagner la confiance des partisans du Canadien. Il espère aussi que la victime pourra reconnaître la sincérité de ses remords.

« Je me suis excusé à plusieurs reprises », a dit Mailloux.

« C’est la chose la plus stupide que j’ai faite dans ma vie », a-t-il ajouté en parlant de ses actions, qui lui ont valu des amendes de plus de 4000 $ CAD selon le site DailyFaceoff, qui a obtenu les documents de la cour.

Mailloux a indiqué qu’il consulte une thérapeute depuis plusieurs mois déjà et qu’elle l’aide à braver la tempête.

« Au cours des huit derniers mois, en passant à travers ça, j’ai beaucoup changé comme personne, a-t-il dit. Je vois les choses de manière différente, je pense différemment lors de différentes situations. Je réfléchis plus avant d’agir, je suis plus prudent avec tout. Je prends les choses plus à cœur aussi. J’espère pouvoir continuer à m’améliorer en tant que personne. »

Le Canadien a affirmé vouloir mettre un plan en place pour encadrer Mailloux et l’aider, afin qu’il ne commette plus de telles erreurs. La nature de ce plan demeure floue pour l’instant.

« En partageant mon histoire, mon erreur, à des plus jeunes, j’espère profiter de la plateforme qui m’est offerte pour transformer un événement négatif en positif, afin qu’ils ne commettent pas la même erreur que moi, a déclaré Mailloux. Je crois que ça peut avoir un impact positif. »

Seul le temps pourra le dire. Pour l’instant, Mailloux devra continuer à travailler fort pour gagner la confiance des partisans et prouver que le Canadien a fait le bon choix en lui accordant une deuxième chance.

À voir en vidéo